Pneumonie opportuniste

1

Définition 

La pneumonie opportuniste est une inflammation des poumons causée par une infection, survenant chez des personnes dont le système immunitaire est affaibli (sida, chimiothérapie) et due à des germes variés et quelquefois saprophytes.

 

Généralités 

Lors d'une pneumonie opportuniste le terme saprophyte qualifie les bactéries, les champignons microscopiques, ou les protozoaires (constitués d'une seule cellule) qui ne se développent pas dans l'organisme vivant, et qui se nourrissent de matières mortes. Ils participent par ailleurs, à la dégradation de ces matières organiques. Un germe saprophyte vit dans l'organisme sans être pathogène quand l'individu qui l'héberge ne présente pas de déficit immunitaire.

 

PNEUMONIE OPPORTUNISTE - CAUSES

Liste non exhaustive des maladies et des processus pouvant expliquer la survenue de ce type d'affection pulmonaire :

Un traitement à base de médicaments immunosuppresseurs (destiné à diminuer les capacités immunitaires, de défense de l'organisme).

Une infection par le virus de l'immunodéficience humaine (sida)

La maladie de Hodgkin

Une infection par Pneumocystis carinii

Une infection par Candida

Une toxoplasmose

Une infection par Nocardia

Une infection par Cryptococcus

Une infection due à un herpès

Une infection par Bordetella bronchiseptica

Une infection par un cytomégalovirus

Un déficit immunitaire dû à une autre maladie (baisse globale du taux des anticorps dans le sang), l'hypogammaglobulinémie, un déficit de fabrication de certains anticorps, myélome multiple). Ce type de déficit, entraîne des infections par des bactéries du genre Streptococcus pneumoniaestaphylococcus aureus (staphylocoque doré), hémophilus.

Un déficit de polynucléaires neutrophiles dû à :

Un déficit en polynucléaires sélectifs, s'accompagnant d'une perturbation de la phagocytose, ou du chimiotactisme). Cette perturbation s'explique par une difficulté, parfois une incapacité pour les globules blancs à se rendre vers les substances étrangères dangereuses pour l'organisme (microbes entre autres), et une diminution de leur capacité à digérer ces éléments. Cet effet délétère, intervient à partir d'un certain nombre de globules blancs (500 par microlitre). Quand le nombre de ces derniers a chuté de manière importante, le risque infectieux devient alors majeur, et se caractérise par la survenue d'infection par des bactéries Gram positif, et Gram négatif, telles certaines bactéries peu connues (Enterobacter, Serratia marcescens).

Le déficit immunitaire susceptible d'entraîner des pneumonies opportunistes, peut être le résultat d'un mauvais fonctionnement d'autres composants de l'immunité de l'organisme. Il s'agit entre autres, du déficit de la voie interne du complément. Le complément total est constitué de 11 composants, qui interviennent les uns après les autres, dans une réaction en chaîne qui participe au système immunitaire antigène-anticorps, et joue donc, un rôle très important dans la lutte contre les maladies infectieuses. Le rôle du complément, est essentiellement la destruction des antigènes. Certaines situations médicales, en particulier :​

  • la greffe de moelle
     
  • la transplantation d'organes
     
  • une hospitalisation dans des conditions défavorables
     
  • l'utilisation d'antibiotiques dont le champ d'action est trop large
     
  • l'utilisation d'appareils aérosols mal entretenus
     
  • une incubation
     
  • une ventilation assistée
     
  • une baisse du taux des anticorps chez un nouveau-né
     
  • des maladies malignes (cancer entre autres), sont également susceptibles d'entraîner des pneumonies opportunistes

 

PNEUMONIE OPPORTUNISTE - SYMPTÔMES

Au cours des pneumonies opportunistes les patients présentent essentiellement les symptômes de la maladie responsable du déficit immunitaire.

 

PNEUMONIE OPPORTUNISTE - DIAGNOSTIC

Le prélèvement sanguin met en évidence une baisse plus ou moins importante du nombre de globules blancs (leucopénie).

Les différents examens complémentaires sont :

L'hémoculture qui n'est pas toujours positive (30 % des cas).

La radiographie n cas d'infection par une bactérie montre :

  • Une modification de la trame (tissu) pulmonaire s'expliquant par la pénétration à l'intérieur des tissus des poumons (infiltrat diffus), le plus souvent de : Pneumocystis carinii, cytomégalovirus et quelquefois d'Aspergillus ou Cryptococcus.
     
  • Cette modification de la trame des poumons, peut également être le résultat de l'apparition de petits nodules (infiltrats nodulaires). Les germes responsables de cette modification tissulaire pulmonaire sont :

La fibroscopie bronchique consiste à visualiser l'intérieur des bronches, grâce à l'utilisation d'un système optique, accompagné d'une aspiration des sécrétions, provenant de la trachée, et des bronches. Elle est quasi systématiquement utilisée pour mettre en évidence certains germes, et plus précisément les mycobactéries, et Aspergillus. Les techniques utilisées sont la brosse de Wimberley et le cathéter télescopique avec lavage des alvéoles.

Dans certains cas, il est nécessaire de procéder à des prélèvements des tissus pulmonaires, effectués par le chirurgien pneumologue. Ceci n'est envisagé que si la fibroscopie bronchique, et les autres examens complémentaires, ont été des échecs.

 

PNEUMONIE OPPORTUNISTE - TRAITEMENT

  • nettoyage convenable des voies respiratoires, en prenant soin de ne pas rajouter d'autres germes
     
  • utilisation d'antibiotiques, en fonction du germe responsable, ou que l'on suspecte
     
  • modification voire arrêt, de certains médicaments utilisés (cortisone, immunodépresseurs)
     
  • injection d'immunoglobulines variées (polyvalentes), sous forme de perfusions.

 

 

 

 

Aucun commentaire pour "Pneumonie opportuniste"

Commentez l'article "Pneumonie opportuniste"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.