Alimentation et cancer



Existe-t-il un rapport entre la survenue d'un cancer et l'alimentation ? C'est la question que se sont posée 350 chercheurs et médecins européens réunis à Lyon.

Le C. I. R. C. (centre de recherche internationale sur le cancer) a permis, grâce à une étude portant sur 520 000 personnes réparties dans dix pays de l'Europe, de dénombrer 14 000 tumeurs.
Grâce à ces études il est maintenant établi que les fruits et légumes en particulier, jouent un rôle préventif quant à la survenue des cancers digestifs (pharynx, bouche, oesophage, rectum...).
Toujours dans le même registre, le rôle du romarin et de l'ail, dans la prévention précoce des cancers, a été mis en évidence par des chercheurs de l'INRA (institut national de recherche en agronomie). Ces deux végétaux contiennent des composés contenant du soufre et tout particulièrement le disulfure de diallyle pouvant prévenir le développement des deux phases précoce de la cancérogenèse (mécanisme aboutissant au cancer).

L'étude EPIC, c'est le nom de l'étude précédemment citée, permet de confirmer le rôle délétère de l'alcool et du tabac. Par contre un régime riche en fibre, on le savait déjà, contenant au minimum 30 g par jour, assure une excellente protection vis-à-vis du cancer du colon. La charcuterie (plus de 70 g par jour) augmente également de 30 à 40 % la survenue de cancer du côlon.

 

Aucun commentaire pour "Alimentation et cancer"

Commentez l'article "Alimentation et cancer"