Maladies sexuellement transmissibles

Définition 

Les maladies sexuellement transmissibles (MST), sont des maladies infectieuses dont la transmission se fait par voie sexuelle.

Généralités 

Aujourd'hui, on les appelle plutôt I.S.T. (infections sexuellement transmissibles).

Le grand public connaît, des maladies sexuellement transmissibles, les maladies vénériennes classiques c'est-à-dire :

D'autres infections bactériennes, ou virales ont une transmission également sexuelle, et font partie des maladies sexuellement transmissibles.

Épidémiologie 

D'après l'OMS, l'incidence chaque année, en ce qui concerne les maladies sexuellement transmissibles (en dehors du sida), est d'environ 350 millions de cas.

Les personnes les plus touchées sont celles qui ont de nombreux partenaires sexuels.

Les MST les plus fréquentes sont aujourd'hui :

Historique 

Jusqu'aux années 1970, les MST étaient presque exclusivement :

  • La blennoragie.
  • La syphilis.
  • Le chancre mou.
  • La lymphogranulomatose vénérienne.

Elles étaient assez facilement traitées par les antibiotiques. Ces quatre maladies ne constituent aujourd'hui qu'environ 15% des MST traitées. Depuis le début des années 1980, les MST se sont multipliées, avec notamment le développement de l'herpès, de l'hépatite B et du sida (identifié en 1982). Les MST sont redevenues des maladies pouvant entraîner la mort.

Classification 

Il existe un grand nombre de maladies vénériennes (liste non exhaustive) :

  • La chlamydiose urogénitale concernait, en 2007, plus de 90 millions de nouveaux cas. Une récente enquête effectuée aux États-Unis, montre que cette affection est la maladie sexuellement transmissible la plus fréquente. Cette infection n'entraîne pas, le plus souvent, de symptômes évidents. Quand une infection à Chlamydia n'est pas diagnostiquée, elle est susceptible d'entraîner la stérilité chez certaines femmes. La transmission au moment de l'accouchement entre la mère et l'enfant est possible, et aboutit à une conjonctivite, ou à une inflammation de l'oeil chez le nouveau-né. Chez l'homme, l'inflammation de l'urètre est susceptible d'aboutir à une infection des canaux déférents et des testicules, ainsi qu'une épididymite (inflammation de l'épididyme). Les examens de laboratoire, permettent, à travers la PCR (polymérisation en chaîne) à partir d'échantillons d'urine, ou de prélèvement provenant de l'intérieur de l'urètre, ou du col de l'utérus, de poser le diagnostic. Le traitement nécessite une antibiothérapie (administration d'antibiotiques).
  • La blennorragie est due au gonocoque, et se caractérise par une inflammation des organes génitaux, associée à un écoulement purulent (de pus).
  • La chancrelle, appelée également chancroïde, chancre mou ou simple, est une maladie spécifiquement locale, due au bacille de Ducrey. Elle consiste en un ulcère sécrétant du pus, qui est inoculable (contagieux, qui peut être transmis),  se caractérisant par des bords taillés à pic, dont le fond est suppurant, et s'accompagnant d'une adénopathie (ganglions malades) de nature inflammatoire.
  • La maladie de Nicolas et Favre est due à un Chlamydia et se caractérise chez l'homme, par une inflammation des ganglions (qui augmentent de volume) qui s'accompagne de pus (fistules), et chez la femme spécifiquement par une inflammation de la vulve, et quelquefois du rectum.

Les maladies suivantes sont à déclaration obligatoire :

  • Trichomonas.
  • Herpès.
  • Hépatite B.
  • Sida.

Aucun commentaire pour "Maladies sexuellement transmissibles"

Commentez l'article "Maladies sexuellement transmissibles"