Herpès génital

Grec : herpein : inventer.

Définition 

Le virus de l'herpès est contenu dans un seul réservoir : l'homme.

C'est la raisons pour laquelle la transmission est donc interhumaine (entre personnes).

Le virus de l'herpès possède une enveloppe qui lui confère une grande fragilité quand il se trouve à l'extérieur de l'organisme.

La contamination par l'eau est improbable également.

Épidémiologie 

Une patiente est contagieuse pendant les poussées d'herpès, car il existe une excrétion du virus dans l'appareil génital, dès le début des symptômes et jusqu'à quelques jours après.

Il existe des périodes d'excrétion qualifiée d'asymptomatiques, c'est-à-dire survenant alors que la patiente ou le patient, ne présente aucun symptôme. Celles-ci ont lieu quelques jours avant, et après la poussée, et surtout en dehors de toute symptomatologie.  A cet instant le risque de contamination est imparable.

La transmission du virus, se fait par contact direct entre deux muqueuses (bouche), ou entre la peau, et une muqueuse, avec un sujet qui exprime le virus à l'occasion d'une primo-infection (voir plus loin). Cela peut également survenir au cours d'une récurrence. C'est la raison pour laquelle la contagion est particulièrement importante lors de la primo-infection.

A l'opposé à l'air libre le virus est détruit très rapidement. Pour cette raison il existe donc peu, ou pas de risque de contagiosité, en ce qui concerne la cuvette de toilette, ou les serviettes (en dehors du fait qu'il y a contact direct immédiat entre cet objet et une autre personne).

Aucun commentaire pour "Herpès génital"

Commentez l'article "Herpès génital"