Syphilide

Terme utilisé pour désigner l'ensemble des manifestations cutanées de la syphilis en dehors du chancre (sorte d'ulcérations ou si l'on préfère de perte de substance survenant au début de certaines maladies infectieuses). Ce sont des tâches plus ou moins foncées pigmentées correspondant à une deuxième éruption appelée deuxième floraison ou encore syphilis secondaire tardive.

Un regroupement particulier de syphilide porte le nom de collier de Vénus. Il se voit tout particulièrement chez la femme et se caractérise par la présence de taches plus ou moins foncées, pigmentées et de taches décolorées autour du cou.

Les syphilides se caractérisent par la présence de petites élevures de coloration brune ou rouge se localisant quelquefois dans les plis de la peau. Elles sont très contagieuses et se situent essentiellement au visage, aux plantes des pieds, aux paumes des mains, au pourtour des orifices (bouche anus etc.). Ces lésions des muqueuses peuvent apparaître des années après l'infection et sièger sur la bouche, le pharynx, les muqueuses de l'appareil génital et anal. Elles apparaissent du jour au lendemain et s'extériorisent sous forme de condylomes au niveau de la vulve ou autour de l'anus entre autres. Ces lésions sont très riches en tréponème. L'évolution des syphilides se fait par pousser successives. Elles sont accompagnées le plus souvent par de la fièvre, une asthénie (fatigue) ou des maux de tête. Quelquefois on remarque une atteinte du foie s'accompagnant d'un ictère (jaunisse) ou même de douleurs osseuses.

La syphilis est une maladie infectieuse sexuellement transmissible, très contagieuse et inoculable, due à une bactérie : Treponema pallidum.

Le tréponème pâle et un spirochète découvert en 1905 c'est-à-dire une bactérie se présentant sous la forme d'une petite hélice mobile. Cette grande mobilité est liée à la présence d'un appareil locomoteur interne utilisant des cils pouvant effectuer trois types de mouvement :

Hélicoïdale c'est-à-dire en pas de vis
Ondulatoire à la manière d'un serpent
D'avant en arrière
Le tréponème pâle est visible grâce à l'utilisation d'un ultramicroscope sur fond noir. Sa longueur mesure de 6 à 14 microns et présente environ une vingtaine de spires. Le tréponème pâle et très mobile et possède des cils.
L'homme constitue un réservoir de tréponème et transmet la maladie par contact sexuel et exceptionnellement par contact d'objets contaminés ou encore par transfusion de sang.

Après la contamination, le tréponème se multiplie très rapidement dans l'organisme. Son incubation (période pendant laquelle cette bactérie s'installe dans l'organisme et avant l'apparition des signes de la maladie) et d'environ 2 à six semaines. Puis, l'infection évolue en trois stades :

Le stade primaire ou syphilis primaire
Le stade secondaire ou syphilis secondaire
Le stade tertiaire ou syphilis tertiaire

Il existe en dehors de ces trois stades la syphilis latente qui correspond à l'infection par le tréponème pâle sans que l'individu ne manifeste de signes cliniques et la syphilis congénitale pendant laquelle le fœtus s'infecte au cours de la vie intra-utérine à partir du quatrième mois de la grossesse lorsque la mère a une syphilis récente non traitée.

La syphilis est particulièrement contagieuse pendant la phase primaire et secondaire. Étant donné que le tréponème peut traverser la peau qui n'est pas abîmée, son passage vers l'intérieur de l'organisme se fera par l'intermédiaire d'une muqueuse (couche de cellules recouvrant l'intérieur des organes creux en contact avec l'air et tout particulièrement la bouche le rectum) par l'intermédiaire des baisers ou des contacts corporels intimes) ou par l'intermédiaire d'une peau lésée. Une fois que le tréponème a pénétré à l'intérieur du corps il envahit le système lymphatique où on le retrouve dans les ganglions lymphatiques quelques heures après son inoculation (introduction dans l'organisme). À partir des ganglions lymphatiques, le tréponème va se répandre dans la circulation sanguine (voie hématogène). Dans plus de 95 % des cas, la transmission se fait par voie sexuelle. Néanmoins il est nécessaire que le microbe (spirochète) pénètre dans l'organisme par des écorchures des muqueuses. Le contact sexuel avec une personne infectée, quelquefois n'est pas contaminant si la muqueuse du partenaire est saine.

Aucun commentaire pour "Syphilide"

Commentez l'article "Syphilide"