Roséole épidémique

Maladie contagieuse plus connue sous le nom de rubéole (appelée également rubelle).

C’est une affection infectieuse de l’hiver et du printemps due à un virus du genre rubivirus (de la famille des togaviridae) entraînant une éruption.

Elle atteint essentiellement l’enfant et l’adolescent.

Elle est grave lorsqu’elle atteint la femme enceinte (non immunisée) pendant les quatre premiers mois de la grossesse :en effet, elle est susceptible d’entraîner des malformations chez le fœtus.

La roséole épidémique survient une seule fois, grâce à l’immunité durable qui est conférée par le virus. La contamination élevée de la roséole épidémique se fait par l’intermédiaire de gouttelettes en suspension dans l’air, qui pénètrent dans les voies respiratoires et entraînent l’apparition des symptômes.

Symptômes

L’éruption typique de la roséole épidémique se voit de moins en moins. Les formes dites atypiques de la maladie (c’est-à-dire ne comportant pas d’éruption cutanée) sont actuellement les plus fréquentes.

  • L’incubation, généralement silencieuse (absence de symptôme), dure environ deux semaines.

  • La période d’invasion (c’est-à-dire le début des premiers signes) est caractérisée par la survenue de :
  • Fièvre légère
  • Toux
  • Pharyngite banale

  • Au troisième jour apparaîssent :

  • Un gonflement des ganglions lymphatiques au niveau du cou (parfois inapparents) et sous l’occiput (à la base du crâne)
  • Une éruption cutanée sous forme de petites taches de coloration rosée, à peine surélevées débute au visage 1 à 2 jours après la fièvre initiale
  • L’éruption s’étend en quelques heures à l’ensemble du corps (thorax, membres supérieurs essentiellement) et dure de 2 à 5 jours, puis s’efface sans séquelles
  • Parfois, une forme d’éruption ressemblant à la scarlatine (la peau apparaît totalement rouge)
  • Une angine légère (parfois inapparente)

La maladie ne doit pas être confondue (diagnostic différentiel) avec :

  • La rougeole (l’évolution est plus longue)
  • Une mononucléose infectieuse (le laboratoire fait la différence)
  • La scarlatine (présence d’une angine associée à des symptômes plus graves et une chute de lambeaux de peau : desquamation)

Complications possibles

  • Céphalées importantes (maux de tête)
  • Fièvre importante
  • Inflammation des articulations (polyarthrite)
  • Petites hémorragies cutanées (purpura)
  • Inflammation des méninges et de l’encéphale (plus rarement)
  • Otite (rare)

Traitement

  • Isolement des malades
  • Injection d’immunoglobulines spécifiques (anticorps) qui protègent la mère pendant trente jours mais ne protègent pas contre le risque d’infection du fœtus si elle est enceinte.

Prévention

  • Vaccination comportant l’association de plusieurs vaccins : rubéole, oreillons, rougeole (R.O.R.) administrée entre 12 et 15 mois environ, mais également aux adolescentes n’ayant pas eu la rubéole (non immunisées).
  • La vaccination des femmes en âge de procréer est également conseillée, en mettant en place une contraception efficace un mois avant et deux mois après la vaccination (effet tératogène : malformations du fœtus)
  • Vaccin contre-indiqué chez la femme enceinte
  • L’immunité (la protection contre le virus) due au vaccin dure environ 3 ans, mais peut entraîner quelques arthralgies (environ un mois après la vaccination).

Aucun commentaire pour "Roséole épidémique"

Commentez l'article "Roséole épidémique"