Albuminurie

Définition 

L'albuminurie définit la présence dans les urines, d'une variété particulière de protéine : l'albumine.

 

Généralités 

Le terme protéinurie désigne la présence de protéines, de n'importe quelle nature, dans les urines. 

Cette dernière porte le nom d'histurie quand la protéine provient d'une lésion des tissus composant l'appareil urinaire.

Classification 

On distingue plusieurs variétés de protéinurie (liste non exhaustive) :

  • La protéinurie légère (moins de 1 g par 24 heures) se rencontre au cours des insuffisances du fonctionnement :
    • De la pompe cardiaque.
    • Des élévations de la tension artérielle.
    • De la maladie polykystique du rein.
    • De l'hyperthermie (fièvre).
  • La protéinurie modérée (entre 1 et 3,5 g par 24 heures) survient au cours des glomérulonéphrites, des néphrites interstitielles, des atteintes rénales dues à l'absorption de certains médicaments et spécifiquement des analgésiques (antidouleurs).
  • La protéinurie forte (plus de 3,5 g par 24 heures) survient au cours du syndrome néphrotique.
  • La protéinurie intermittente survient au cours d'un effort intense chez un sujet ne présentant aucune pathologie, et disparaît immédiatement.
  • La protéinurie orthostatique s'observe chez environ 2 à 5 % des sujets plutôt jeunes et longilignes. Elle est quantifiée à moins de 1 g par 24 heures et apparaît en position debout et disparaît pendant la nuit, quand le sujet est au repos. Le plus souvent, ces individus ne présentent aucune anomalie et la protéinurie disparaît spontanément avant l'âge de 30 ans.
  • La protéinurie intermittente survenant au cours de l'hyperthermie (fièvre) est considérée comme bénigne. Il faut néanmoins envisager la survenue d'une maladie rénale de type glomerulopathie à complexes immuns (maladie auto-immune survenant quand le patient fabrique des anticorps contre ses propres tissus).
  • La protéinurie permanente est classée elle-même en protéinurie prérénale, rénale et post-rénale
    • La protéinurie permanente prérénale correspond à la production trop importante de protéines de faible poids moléculaire, survenant au cours de certaines maladies (protéinurie de Bence Jones, leucémies myéloïdes) avec excrétion de lysozymes (2 g par 24 heures) et la maladie de type gammapathie monoclonale (présence d'une seule chaîne légère).
    • La protéinurie permanente rénale correspond à un trouble de la circulation au niveau du rein, et plus spécifiquement à une diminution de l'irrigation de cet organe provoquant une filtration augmentée des protéines survenant au cours de l'insuffisance cardiaque, et de l'hypertension artérielle grave. Une altération de la paroi des glomérules (unités de filtration du rein) comme celle survenant au cours des glomérulonéphrites ou du syndrome néphrotique fait également partie des protéinuries permanentes rénales (les tubulopathies également.). Les intoxications par les métaux lourds et certaines maladies héréditaires (maladie de Wilson, maladie de Fanconi, acidose rénale entre autres), l'insuffisance de potassium dans le sang et l'insuffisance rénale aiguë font partie des lésions tubulaires entraînant une protéinurie permanente rénale. Le diabète est susceptible d'être à l'origine d'une atteinte rénale pouvant entraîner la présence de protéines dans les urines de façon permanente.
    • La protéinurie permanente post-rénale est le résultat d'hémorragie ou d'infection urinaire grave.

Aucun commentaire pour "Albuminurie"

Commentez l'article "Albuminurie"