Néphrite interstitielle

Définition 

La néphrite interstitielle est une maladie du rein dans laquelle les espaces entre les tubules rénaux enflent d'où inflammation.

Cette dernière peut affecter la fonction des reins, y compris leur capacité à filtrer les déchets.

Classification 

On distingue deux grandes sortes de néphrite selon leur mécanisme :

  • La néphrite interstitielle due à une atteinte du tissu interstitiel par voie urinaire, portant également le nom de néphrite interstitielle par voie ascendante. Ce type de néphrite porte également le nom de pyélonéphrite. Cette variété de néphrite est le résultat d'une infection, ou d'une malformation des voies excrétrices, c'est-à-dire des voies permettant d'éliminer l'urine à partir du rein proprement dit. Il s'agit : 
    • Des calices (tubes collecteurs de l'urine qui se réunissent pour donner le bassinet).
    • Du bassinet.
    • De l'uretère (canal transportant l'urine du rein vers la vessie).
    • De la vessie (réservoir d'urine).
    • De l'urètre (canal transportant l'urine de l'intérieur de la vessie vers l'extérieur de l'organisme).
  •  Parmi les néphrites dues à une atteinte du tissu interstitiel par voie urinaire, on distingue :
    • La pyélonéphrite aiguë qui ne concerne qu'un seul rein généralement, et plutôt la femme jeune que l'homme. Elle est le résultat d'une infection par une bactérie (colibacille le plus souvent), et est parfois favorisée par un calcul urinaire. Ce sont essentiellement les individus présentant déjà une atteinte de la vessie à type d'inflammation (cystite), et n'ayant pas reçu de traitement adapté, qui présentent ce genre de pathologie. Les symptômes de la pyonéphrite aiguë sont des douleurs vives qui irradient dans les lombes (bas du dos), s'accompagnant de frissons, et d'hyperthermie (fièvre). Le traitement de la pyélonéphrite aigüe fait appel aux antibiotiques qui doivent être pris pendant une longue période (plusieurs semaines à un mois) de façon à éviter les rechutes.
    • La pyélonéphrite chronique, au contraire de la précédente, est susceptible d'atteindre les deux reins. Ce type d'infection urinaire est le résultat d'infections urinaires qui récidivent le plus souvent à la suite d'anomalies congénitales, ou acquises des voies excrétrices. En effet, la gêne à l'écoulement de l'urine favorise la survenue de telles affections urologiques. Quand la pyélonéphrite chronique est bilatérale, c'est-à-dire concerne les deux reins, elle est susceptible d'engendrer une insuffisance rénale, c'est-à-dire une insuffisance de fonctionnement de filtration rénale ayant pour conséquence l'accumulation des toxines délétères pour l'organisme nécessitant alors une dialyse rénale (élimination artificielle des substances nocives contenues dans le sang). Le traitement de la pyonéphrite chronique, consiste tout d'abord à arrêter l'infection, et à soigner l'anomalie ayant entraîné la pathologie.
  • La néphrite due à une atteinte du tissu interstitiel par voie sanguine, est le résultat d'une infection susceptible d'engendrer une septicémie (infection générale grave). Ce type de néphrite peut également être le résultat d'une intoxication par un médicament, ou un antigène (substance étrangère non acceptée par organisme), entraînant ainsi des réactions immunitaires aboutissant à une variété de néphropathie interstitielle, portant le nom de néphrite immunoallergique. Ce type de néphrite concerne toujours les deux reins.Toujours parmi les néphrites dues à une atteinte du tissu interstitiel par voie sanguine, les néphrites interstitielles aiguës sont dues à l'absorption de certains produits toxiques, ou à des phénomènes de type allergique, essentiellement à des molécules médicamenteuses. La néphrite interstitielle aiguë, survient brutalement et entraîne une insuffisance de fonctionnement du rein de manière aiguë (sur une courte période). On constate quelquefois, des formes sévères qui nécessitent une épuration du sang par hémodialyse. L'évolution de ce type de néphrite, est généralement bonne puisque l'on constate, spontanément, une guérison qui survient en quelques jours ou en quelques semaines. Les néphrites interstitielles chroniques, appartiennent également aux néphrites dues à une atteinte du tissu interstitiel par voie sanguine. Cette variété de néphrite est le résultat, le plus souvent, d'atteintes métaboliques (dérèglement du fonctionnement normal de l'organisme) liées à un excès de calcium dans le sang (hypercalcémie), ou à un défaut de potassium dans le sang (hypokaliémie). Dans certains cas, il s'agit d'une oxalose (dépôts de cristaux d'oxalate de calcium dans les reins, et dans d'autres organes), ou encore d'une accumulation à l'intérieur du rein de substances toxiques de nature médicamenteuse. Les médicaments concernés sont généralement ceux contenant du lithium, ou des médicaments utilisés dans le traitement des cancers (cisplatine). Ces lésions que l'on constate au cours de la néphrite interstitielle chronique, sont dues à une atteinte du tissu interstitiel par voie sanguine, et peuvent évoluer vers une insuffisance rénale chronique nécessitant alors une épuration par hémodialyse de manière continue. Certains patients peuvent bénéficier d'une greffe rénale.

Aucun commentaire pour "Néphrite interstitielle"

Commentez l'article "Néphrite interstitielle"