Scintigraphie

Latin : scintilla : étoile.
Grec : graphein : inscrire.

Définition 

La scintigraphie, est une technique d'imagerie, utilisant des substances radioactives que l'on injecte à l'intérieur d'un organisme en quantité infime, et qui ont la propriété de se fixer sur les organes ou les tissus du patient.

Généralités 

A l'aide d'une caméra spéciale appelée caméra à scintillation (gamma-caméra), on enregistre le rayonnement qui est émis par l'organe ou le tissu. Un appareil détecte les particules d'après les scintillations qu'elles produisent sur un écran. On obtient de cette manière, une succession dans le temps de plusieurs images des organes intéressés, avec les anomalies ou altérations, qui peuvent être la cause de la maladie. Il est possible de visualiser une évolution, une transformation, voire un mouvement.

La tomoscintigraphie est une scintigraphie particulière, au cours de laquelle la gamma-caméra tourne autour du patient. La silhouette obtenue, c'est-à-dire l'image constituée d'une multitude de petits points, directement ou par photographie d'un écran cathodique, est appelée scintigramme ou scintillogramme. Il s'agit de la région qui a fixé l'isotope.

 

 

 

Classification 

On distingue :

  • La scintigraphie thyroïdienne permet de visualiser le bon fonctionnement de cette glande, et de mettre en évidence une pathologie :
    • Nodules.
    • Thyroïdite : inflammation de la glande.
    • Hyperthyroïdie : augmentation de la sécrétion de l'hormone thyroïdienne dans le sang.
  • La scintigraphie rénale facilite l'observation du fonctionnement normal des reins, et celui de l'élimination de l'urine, par les voies urinaires.
  • La scintigraphie pulmonaire de perfusions,  s'effectue à l'aide du technetium 99 m. Elle permet de mettre en évidence des emboles (caillots de sang venant perturber la circulation sanguine dans les poumons), mais également de se faire une idée de la ventilation par l'utilisation d'un gaz, ou d'un aérosol, contenant des éléments radioactifs. Ceci peut révéler des troubles des échanges gazeux, au niveau des alvéoles pulmonaires.
  • La scintigraphie cardiaque objective une anomalie des parois du muscle cardiaque (apparaissant après une angine de poitrine, ou un infarctus du myocarde) : fonctionnement de la pompe cardiaque, par mise en évidence de la quantité de sang expulsé à chaque contraction du cœur (systole), grâce à la scintigraphie cavitaire.
  • La scintigraphie cérébrale permet de voir un défaut de circulation au niveau du cerveau. Le liquide céphalo-rachidien peut également être étudié, grâce à cette technique.
  • La scintigraphie biliaire se fait après injection de produit radioactif, qui est éliminé par le foie et la bile. Cet examen est utilisé pour aider à la mise en place de différents diagnostics, dont celui de la cholécystite aiguë, d'un dysfonctionnement (mauvais fonctionnement) du sphincter d'Oddi, et d'autres affections des voies biliaires.
  • La scintigraphie hépatique est un examen du foie, obtenu après avoir injecté un produit radioactif, qui se fixe sur les cellules hépatiques, et plus précisément les cellules de Kupffer et les hépatocytes. La scintigraphie hépatique est utilisée pour faire le diagnostic des tumeurs du foie entre autres.
  • La scintigraphie osseuse est une méthode permettant d'étudier le squelette après injection d'une substance radioactive (pyrophosphate de technetium). Celle-ci se fixe sur les zones d'os qui sont modifiées par excès d'élaboration de la trame osseuse, ou par une vascularisation accentuée (hypervascularisation). La scintigraphie osseuse s'effectue sur un individu allongé, et utilise une gamma-caméra qui procède à des balayages successifs sur la zone que l'on désire étudier (le plus souvent l'ensemble du squelette de l'organisme). Certaines anomalies osseuses, apparaissent à la scintigraphie osseuse, grâce à leur hyperactivité (activité accrue) isotopique, correspondant à une hyperfixation. Chez certains patients au contraire, il s'agit d'une hypoactivité isotopique que les spécialistes appellent trou de fixation, et qui est le résultat d'un déficit d'irrigation sanguine, quelquefois même une absence de vascularisation locale de l'os.
  • La scintigraphie salivaire est un examen utilisé pour orienter le diagnostic de syndrome de sécheresse buccale, et d'autres affections des glandes salivaires, plus précisément fonctionnelles (anomalie de fonctionnement).

Aucun commentaire pour "Scintigraphie"

Commentez l'article "Scintigraphie"