Embolie pulmonaire

Définition 

L'embolie pulmonaire est l'obstruction brutale de l'une des branches de l’artère pulmonaire.

Cette affection, à l'origine de nombreux décès en milieu hospitalier, est due à la formation d'un caillot (petite masse de sang coagulée) formé sur la paroi d'une veine (généralement profonde au niveau d'un membre inférieur, de l'abdomen ou du petit bassin).

Ce caillot va migrer, grâce à la circulation sanguine, de l'endroit de sa formation, jusque vers les poumons, qui servent en quelque sorte de filtre.

Généralités 

Le terme embolisation désigne le déplacement du thrombus (caillot sanguin) veineux, de son lieu de formation, vers la circulation pulmonaire artérielle, ou ce qui est paradoxal, vers la circulation artérielle, à travers un foramen ovale perméable, ou une communication entre deux oreillettes.

Environ un patient sur deux, présentant une thrombose veineuse du bassin, ou une thrombose des membres inférieurs, fait une embolie pulmonaire.

D'autre part celle-ci n'entraîne pas, dans l'ensemble, l'apparition de symptômes significatifs de cette embolie pulmonaire.

Certaines thromboses qui apparaissent de manière isolée, à l'intérieur des veines du mollet sont, par rapport aux précédentes, moins emboligènes, c'est-à-dire, entraîne moins la formation d'embolie pulmonaire. À l'opposé elles sont à l'origine de la plus fréquente des embolies paradoxales.

La survenue des phlébites des membres supérieurs, susceptibles d'aboutir à une embolie pulmonaire, semble plus fréquente depuis l'utilisation des cathéters veineux centraux, de façon à permettre une alimentation entérale, et où une chimiothérapie.

Il en est de même des stimulateurs cardiaques entre autres.

Classification 

L'embolie pulmonaire massive qui en théorie, est étendue sur le plan anatomie, se caractérise par l'apparition d'une hypotension artérielle.

Ce type d'embolie pulmonaire nécessite un traitement initial par thrombolyse (destruction du caillot sanguin) ou embolectomie (ablation chirurgicale du thrombus qui a provoqué l'embolie).

Ceci devrait permettre aux patients d'obtenir une évolution favorable de son affection.

Un patient, ayant une embolie pulmonaire associée à un infarctus pulmonaire, est concerné le plus souvent par une embolie de petite intensité, avec la caractéristique majeure, d'être associée à des douleurs intenses, s'expliquant par la proximité des nerfs qui innervent la plèvre c'est-à-dire la membrane de recouvrement et de protection du poumon.

Les patients atteints d'embolie pulmonaire, dont l'intensité se situe entre modérée, à importante, et ayant une diminution de la fonction du ventricule droit, objectivée par l'échographie cardiaque (montrant une hypokinésie ventriculaire droite) mais avec une pression artérielle normale, sont pris en charge de manière différente selon les spécialistes en pneumologie.

En effet, le traitement, dans ce cas, est au centre d'une polémique. Ces patients doivent-ils bénéficier d'un traitement par thrombolyse ou embolectomie ? ou plutôt est-il nécessaire de leur administrer des anticoagulants seuls ?

Les patients, atteints d'embolie pulmonaire dont l'intensité se situe entre petite et modérée, et ayant une fonction cardiaque droite normale, ainsi qu'une tension artérielle normale, évoluent généralement favorablement avec seulement un anticoagulant.

Les embolies pulmonaires volumineuses, et situées vers le centre du poumon, sont susceptibles d'apparaître avec un infarctus pulmonaire, quant à lui situé en périphérie des poumons.

Il existe une variété d'embolies pulmonaires non thrombotiques, c'est-à-dire ne s'accompagnant pas de caillot sanguin. Cette variété d'embolie est susceptible de passer inaperçue. Elle est le plus souvent due, à la migration de bulles de graisses survenant après un traumatisme, ou une fracture des os longs. L'embolie tumorale ou gazeuse, peut également, être la source d'embolie pulmonaire non thrombotique.

L'embolie amniotique apparaît, à la suite d'une déchirure ou d'une fuite des membranes du foetus, au contact du placenta. Dans ce cas on constate la survenue d'un oedème pulmonaire, sans doute lié à une fuite à partir des alvéoles et des capillaires.

L'embolie pulmonaire des toxicomanes, peut être le résultat d'une migration d'un corps étranger, à l'intérieur de la circulation sanguine. Il peut s'agir de substances telles que calcul, un poil, du coton, n'importe quelles parcelles de tissu, ou substances, utilisées par des toxicomanes.

Aucun commentaire pour "Embolie pulmonaire"

Commentez l'article "Embolie pulmonaire"