Ténia solium

Grec : taenia : ruban

Définition 

Le ténia solium est un ver adulte dont les larves se trouvent dans la viande de porc. 

Ce ver se présente sous la forme d’un ruban et appartient à l’ordre des cestodes, qui comprend de nombreuses espèces susceptibles de parasiter l’intestin de l’homme et des animaux supérieurs, entraînant une maladie parasitaire.

Généralités 

Le ténia, qu’on appelle habituellement ver solitaire (pour certains types), apparaît sous la forme d’un ver plat dont la taille varie de quelques millimètres à plusieurs mètres (3 m). 

Il présente, à son extrémité antérieure (en avant), un appareil appelé le scolex muni de 4 ventouses proéminentes et de 700 à 1000 proglottis (segments ou anneaux de ténia) régulièrement alternés.

Il possède 2 couronnes-crochets qui lui servent d’organes de fixation sur la muqueuse de l’intestin grêle (le ténia saginata n’en possède pas).

La muqueuse est la couche de cellules recouvrant l’intérieur des intestins.

Quelquefois, sa durée de vie dépasse 25 ans.

Épidémiologie 

Le ténia solium est très répandu dans le monde, plus spécifiquement au Mexique, en Asie du sud-est, en Afrique, en Europe de l’est et en Amérique du Sud.

Par rapport au ténia saginata, le ténia solium est devenu rare dans les pays industrialisés, grâce aux contrôles vétérinaires des viandes : c’est ainsi que l’on ne rencontre qu’un seul cas de ténia solium pour une centaine de ténia saginata.

Classification 

On distingue habituellement 4 types de ténia selon l’espèce mise en cause :

  • Ténia saginata, relativement fréquent en France, dont la transmission se fait par l’ingestion de viande de bœuf.
  • Ténia solium, dont la transmission se fait par l’ingestion de viande de porc.
  • Hymenolepis nana, à l’origine de l’hyménolepiase. Ce parasite est particulièrement fréquent chez les enfants, et se présente sous la forme d’un petit ténia, dont la transmission se fait par l’ingestion d’insectes, comme les puces ou le ver de farine, mais surtout les œufs du ver (plus fréquents dans les pays tropicaux)
  • Diphyllobotrium lattum, parasite responsable de la bothriocéphalose, et dont la transmission se fait par l’ingestion de poissons d’eau douce.

Les trois premières variétés de ténia se transmettent à l’homme par l’intermédiaire d’aliments contenant des larves et qui n’ont pas été suffisamment cuits. 

Aucun commentaire pour "Ténia solium"

Commentez l'article "Ténia solium"