Scanner

Grec : graphein.

Définition 

Appareil radiologique particulier autorisant l'étude en différentes coupes du corps humain ou animal grâce à l'utilisation d'un appareil complexe : le scanner à rayons X appelé également le tomodensitométre, le scanographe, le scanner ou scanneur, mis au point par la firme anglaise : EMI-Musical Industries.

Généralités 

La tomodensitométrie va permettre de mettre en évidence des malformations cérébrales (touchant les artères et les veines, des hémorragies cérébrales et les ischémies (diminution de la vascularisation) artérielles. Des tumeurs du cerveau sont également mises en évidence par l'utilisation de scanner.

En cas de survenue d'un traumatisme crânien, le scanneur permet d'étudier avec précision le lieu et la gravité cet incident.

Les investigations peuvent également se faire au niveau de l'œil, du nerf optique, des différentes glandes de l'organisme y compris l'hypophyse qui est une glande située à la base du cerveau, etc. Ceci est obtenu en faisant une tomodensitométrie cranio-encéphalique appelée également scanner cérébral.

La tomodensitométrie orbitocéphalique appelée également scanner orbitaire va permettre l'exploration des parois de l'orbite, de l'œil proprement dit, du nerf optique et des muscles situés en périphérie du globe oculaire. Certaines structures de taille minime comme les glandes lacrymales, certains vaisseaux peuvent également être investiguer par la tomodensitométrie orbitocéphalique. Dans certains cas il est nécessaire d'effectuer une injection de produit de contraste sachant que les tissus traversés par les rayons X sont radiotransparents et que l'utilisation de ce produit de contraste permet d'obtenir « une ombre » sur les clichés radiographiques, scanographiques plus précisément.

La tomodensitométrie thoracique appelée également scanner thoracique permet l'exploration du thorax et des organes qu'il contient : aorte et autres vaisseaux, poumons, médiastin.

La tomodensitométrie rachidienne ou scanner rachidien permet l'étude du rachis (colonne vertébrale) et plus précisément des disques situés entre chaque vertèbre (disques intervertébraux) permettant ainsi de visualiser s'il existe ou pas la présence d'une hernie du disque intervertébral susceptible d'être à l'origine d'une sciatalgie (douleurs liées à une irritation de la racine du nerf sciatique). Ce type d'examen permet également de mettre en évidence des lésions de la moelle épinière et des nerfs rachidiens (nerf sortant de la moelle épinière entre chaque vertèbre).

La tomodensitométrie abdominale appelée scanner abdominal autorise l'étude de la cavité abdominale dans son ensemble et bien entendu des organes qui s'y trouvent : le pancréas, les reins, le foie, l'aorte abdominale, la rate, la veine cave inférieure, le tube digestif, la vessie etc.La tomodensitométrie pelvienne ou scanner pelvien étudie, tout particulièrement chez la femme, la cavité délimitée par le bassin et contenant les organes génitaux tels que le vagin, l'utérus, les ovaires électrons. Dans les deux sexes, cet examen permet l'investigation des parois du rectum, des muscles s'insérant à l'intérieur du bassin, du plancher pelvien, et des organes urinaires et génitaux masculins.

Historique 

Le premier scanner à rayons X a été inventé par un ingénieur britannique : Godfrey Newbold Hounsfield qui fut présenté pour la première fois en 1972. Ce savant a obtenu le prix Nobel de médecine en 1979 pour cette invention.Les premières images de tomodensitométrie furent réalisées sur le cerveau permettant ainsi de montrer très nettement les cavités des ventricules du cerveau (contenant le liquide céphalo-rachidien). Par la suite, elles ont été effectuées sur l'ensemble du corps humain.

Classification 

Il existe plusieurs variétés de scanner (liste non exhaustive) :

  • Le scanner hélicoïdal ou spiralé appelé en anglais spiral computorized tomography dont le principe associe une rotation en continu du tube qui émet des rayons X et un déplacement également continu et linéaire de la table où le patient est allongé. Grâce à cet appareil il est possible d'obtenir des images en trois dimensions.
  • La tomographie d'émission à positrons ou positons. Grâce à cet examen il est non seulement possible de voir sur un ordinateur un cerveau ou un autre organe en trois dimensions et sous différents angles, mais aussi d'étudier son métabolisme (fonctionnement) intime (consommation d'oxygène, de sucre etc.). Cette technique consiste à associer une tomographie et une détection de positrons (électrons chargés positivement). La tomographie est un procédé radiologique qui permet de prendre des clichés d'un organe par plans. La TEP nécessite l'injection de quantités infimes de molécules radioactives. Ces molécules s'accumulent dans certaines zones préférentielles du cerveau ou d'un autre organe et se fixent spécifiquement puis émettent des positons. Il s'agit de particules élémentaires de la même masse que l'électron et de charge opposée. Le positon peut-être comme l'électron issu de la dégradation d'un nombre élevé d'isotopes radioactifs. Certains de ces isotopes sont utilisés en médecine nucléaire. Un isotope est un produit constitué d'atomes ayant le même nombre d'électrons et de protons mais pas de neutrons. Ils ont la propriété d'émettre des rayonnements utilisés en thérapeutique (télécobalthérapie), ou pour faire un diagnostic (iode, phosphore radioactif). Les molécules utilisées sont marquées par un isotope de base constitutive de la matière vivante (carbone 11, O 15, N 13). Par l'intermédiaire de ces isotopes, il est possible de « marquer » c'est-à-dire de laisser une trace sur certaines molécules biologiques (appartenant à l'organisme) simples comme l'eau. Ces traceurs permettent ensuite de mesurer le débit sanguin et celui du glucose (sucre) radioactif. On obtient de cette manière une image de l'activité et du fonctionnement du cerveau. Autrement dit, cet appareil renseigne sur la biochimie des organes mais nécessite l'utilisation d'un marqueur radioactif qui émet des photons (gain de lumière) de très courte durée de vie d'où la présence nécessaire d'un accélérateur de particules à proximité immédiate des appareils. Cela constitue un des inconvénients de la tomographie par émission de positons, avec son coût. En effet cet appareil ne peut fonctionner que s'il possède à proximité de lui un cyclotron médical qui va fabriquer au fur et à mesure des radio-isotopes qui ont une courte durée de vie.

Forum : discussions concernant "Scanner"

  • scanner cerebral de la fosse postérieure? ... Voila, je lis sur le net que le scanner cerebral n'est pas très précis en ce qui concerne la fosse ... une tumeur ou autre? je m'inquiète, car ayant passer un scanner cerebral pour des sensations d'instabilitée, vertigineuse... qui s'est ...
  • Scanner du crâne, cerveau besoin d'un médecin ou infirmier ... peut m'aider à définir un problème à la suite d'un scanner effectuer au niveau du crâne. A cause d'une espèce de boule ou bosse ... de quoi il s'agit??? De plus le docteur à l'issue de ce scanner le medecin m'a reommander à nouveau de refaire un scanner car il a ...
  • ... tendance à me fatiguer aprés une marche un peu longue. Scanner thoracique. Le médecin me dit que je n'ai pas un cancer du poumon et qu'il n'y a rien sur le scanner et que l'on annule la fibroscopie bronchique et il termine son laius ...
  • ... de douleurs dorsales intolerables, j'ai exigée un scanner dorsal, car je faisais beaucoup de musculation a divers appareils avec ... une petitte hernie discale en D8 D9, découverte lors du scanner a la clinique du dos) j'ai developpé une NCB droite bloquée des ...
  • ... a un accident de voiture du 3 janvier 2008 un premier scanner cervicale a ete fait .il ni aparait que discartrose. Il y a une semaine un autre scanner est fait suite a douleur epaule droite et haut du bras ainsi que point ...
Lancez une discussion sur le forum

Aucun commentaire pour "Scanner"

Commentez l'article "Scanner"