Péricardite sèche

Définition 

La péricardite sèche correspond à un type de péricardite  qui survient chez les adultes jeunes, et se caractérise par un début aigu (rapide), s'accompagnant de douleurs très violentes dans le thorax (celles-ci sont quelquefois confondues avec une angine de poitrine, voire un infarctus du myocarde), qui sont aggravées par l'inspiration et la déglutition (quand le patient avale).

Classification 

La péricardite constrictive (en anglais constrictive pericarditis) appelée quelquefois péricardite calleuse (désuet), symphyse péricardique. Il s'agit d'une forme de péricardite chronique (s'étalant dans le temps) et se caractérisant par un épaississement du péricarde appelé pachypéricardite. On ne connaît pas avec précision son origine, mais le plus souvent il s'agit d'une infection tuberculeuse, qui est confirmée par la biopsie (prélèvement). Celle-ci est devenue rare dans les pays industrialisés. Les causes actuelles sont :

Chez l'enfant, la péricardite constrictive se développe quelquefois après une péricardite purulente (s'accompagnant de pus) due à hemophilus influenzaeLa péricardite constrictive se caractérise par la présence d'un un sac fibreux , véritable carapace engainant le cœur, pouvant atteindre 1 cm d'épaisseur, comportant quelquefois des calcifications (dépôts de carbonate de calcium surtout dans les formes tuberculeuses). Ce sac diminue progressivement de volume (rétraction) finissant par jouer un rôle d'étau sur le cœur qui ne peut plus avoir de contraction normale (on parle d'adiastolie c'est-à-dire d'absence de remplissage des ventricules). Ceci entraîne consécutivement un engorgement du foie par le sang (pseudo- cirrhose péricardique), des reins, et de la rate, l'ensemble s'accompagnant d'une stase (diminution de la circulation sanguine veineuse) importante

Son évolution se fait vers une insuffisance cardiaque (insuffisance de la pompe cardiaque elle-même) s'accompagnant d'une hypertension veineuse (élévation de la pression à l'intérieur des veines) et tout spécialement de la veine cave inférieure dont le sang ne se déverse plus normalement dans le cœur. La péricardite constrictive s'accompagne également d'une ascite (épanchement liquidien au niveau du péritoine de l'abdomen) d'une hépatomégalie (augmentation de volume du foie).

La péricardite constrictive comporte également :

  • Une dyspnée (difficulté à respirer).
  • Une asthénie (fatigue très importante).
  • Une anorexie (manque d'appétit).
  • Une dyspepsie (digestion lente et parfois douloureuse).
  • Une cyanose (coloration en bleu des tissus secondaire à une insuffisance d'oxygénation de l'organisme par diminution de transport de celui-ci dans le sang par le cœur).
  • Une distension des jugulaires (veines situées de chaque côté du cou).
  • Plus tardivement, un oedème des jambes (liquide non résorbé par les veines dû à insuffisance de fonctionnement de la pompe cardiaque dans son mouvement d'aspiration du sang périphérique).
  • Un pouls rapide et irrégulier.
  • Une tension artérielle basse, avec une différence entre la tension systolique (chiffre maximal) et diastolique (chiffre minimal) faible.

Les examens complémentaires comportent :

L'évolution est relativement bonne si le diagnostic est précoce. En absence de traitement une évolution fatale peut survenir et être due à une baisse progressive des capacités de la pompe cardiaque en tant que telle, à l'origine d'une baisse du débit sanguin et consécutivement d'une diminution de l'apport en oxygène aux tissus.

Le traitement nécessite une péricardiotomie (ou péricardotomie) c'est-à-dire une incision faite au péricarde dans le but d'évacuer la collection de liquide entre les feuillets du péricarde. La résection chirurgicale du péricarde doit se faire avant que le myocarde (muscle cardiaque proprement dit) ne soit trop atrophié. On parle alors de décortication correspondant à un véritable pelage du péricarde il s'agit d'une variante de la péricardectomie. La décortication permet de libérer le cœur de la gaine qu'il emprisonnait. Les résultats sont généralement bons, et aboutissent à la guérison. Le traitement de la tuberculose (l'antibiothérapie spécifique a nettement diminué la fréquence des péricardites chroniques constrictives) fait partie des thérapeutiques

La péricardite ischémique(syndrome de Dressler). Ce syndrome  appelé également syndrome post-infarctus du myocarde survient parfois dans les jours ou dans les semaines qui suivent l'apparition d'un infarctus du myocarde. Chez quelques patients, le syndrome Dressler survient également après une poussée d'insuffisance coronarienne (diminution du passage sanguin dans les coronaires : artère irriguant le muscle cardiaque lui-même). On parle alors de syndrome post-coronarite de Dressler.

Ce syndrome se caractérise par :

  • Une hyperthermie (fièvre).
  • Des douleurs du thorax.
  • Une péricardite.
  • Une pleurésie (épanchement au niveau des plèvres pulmonaires : membrane de recouvrement et de protection des poumons).
  • Une congestion des poumons.

Le labo montre une augmentation de la vitesse sédimentation, une petite hyperleucocytose (élévation des leucocytes : variété de globules blancs) s'accompagnant d'une polynucléose neutrophile (élévation des polynucléaires neutrophiles : autre variété de globules blancs).

Son évolution se fait après plusieurs rechutes, vers la guérison grâce à l'utilisation d'anti-inflammatoires.

La péricardite purulente survient secondairement à :

  • Une infection par bactérie de voisinage (poumon, plèvre, médiastin, sous le diaphragme).
  • Une septicémie (présence de germes dans le sang) tout particulièrement en cas de survenue d'endocardite infectieuse.

Cette variété de péricardite touche tout particulièrement l'enfant chez qui l'on retrouve quelquefois le méningocoque ou l'hemophilus influenzae.

La péricardite urémique s'observe à la fin d'une néphropathie (maladie des reins) et chez les malades en hémodialyse (artificielle). Cette variété de péricardite survient chez plus d'un tiers des patients présentant une insuffisance rénale chronique et se rencontre essentiellement chez les patients sous hémodialyse. La péricardite urémique est quelquefois fibrineuse ou associée à un épanchement de sang. Généralement le patient ne se plaint pas de douleur. Quelquefois cette variété de péricardite aboutit à la tamponnade. La tamponnade se caractérise par un ensemble de troubles dus à la présence de liquide sous pression à l'intérieur du péricarde. Ceci est du à la stagnation du sang en amont du cœur, qui se traduit par l'apparition de signe d'insuffisance cardiaque droite, c'est-à-dire une saillie des veines jugulaires de chaque côté du cou, une augmentation de volume du foie (hépatomégalie), une diminution du débit cardiaque à l'origine d'une baisse de la pression artérielle, une gêne respiratoire. La tamponnade nécessite une hospitalisation en urgence car il existe un risque de survenue rapide d'insuffisance cardiaque grave.

Le traitement nécessite l'emploi d'anti-inflammatoires et une intensification de l'hémodialyse. En cas de tamponnade, il est nécessaire de prévoir une péricardocentèse (intervention sur le péricarde ferme la parenthèse. En cas de récidive il est quelquefois nécessaire d'envisager une péricardectomie (ablation du péricarde). 

1 commentaire pour "Péricardite sèche"

Portrait de CHERIET
J'aime 0

j'ai une péricarde sec. Est- il dangereux à la longue.

Salutations,

M. CHERIET

Commentez l'article "Péricardite sèche"