Absorptiométrie radiographique

Définition 

L'absorptiométrie radiographique est une technique qui permet de dépister et d'évaluer la densité du tissu osseux au niveau des phalanges, en prenant une simple radiographie de la main.

Généralités 

L'absorptiométrie radiographique est un des examens complémentaires avec  :

  • La radiologie classique.
  • La mesure de la densité minérale osseuse par ostéodensitométrie.
  • L'absorptiométrie à rayons X monophotonique : calcul de la densité minérale de l'os grâce au passage d'un ensemble de rayons lumineux issus d'une même source (faisceaux lumineux).
  • La tomodensitométrie quantitative computérisée (QCT) : technique radiologique permettant de mesurer directement la densité d'un tissu osseux, l'épaisseur de la corticale qui constitue la périphérie de l'os, le diamètre de l'os, la surface de l'épaisseur de la corticale, l'épaisseur des travées constituant le tissu osseux.
  • L'absorptiométrie à rayons X biphotonique ou à double énergie.
  • L'échographie quantitative permet de dépister et de faire le diagnostic de :​
    • L'ostéoporose primitive (fréquente) :
      • Ostéoporose post ménopausique.
      • Ostéoporose idiopathique de l'homme jeune.
      • Ostéoporose sénile ou d'involution.
      • Ostéoporose masculine de l'andropause.
      • Ostéoporose d'origine génétique.
    • L'ostéoporose secondaire (rare) :
      • Ostéoporose due à un traitement par corticoïdes (cortisone).
      • Maladies endocriniennes (syndrome de Cushing : hypercorticisme), hypogonadisme, hyperthyroïdie, hyperprolactinémie, hyperaldostéronisme.
      • Ostéoporose faisant suite à une immobilisation.
      • Maladies digestives (déficit alimentaire en calcium, en vitamine C, malnutrition, intoxication alcoolique, malabsorption, cirrhose due à une cholestase ou pas).
      • Ostéoporose post-traumatique (maladie de Sudeck-Leriche).
      • Maladie héréditaire du tissu conjonctif (maladie de Marfan, syndrome d'Ehlers-Danlos, homocystinurie)
      • Cancer.
      • Ostéoporose de la grossesse de survenue rare.
      • Ostéoporose due à l'apesanteur (voyages dans l'espace).
      • Polyarthrite rhumatoïde.
      • Hypercalciurie (excès de calcium dans les urines).
      • Insuffisance rénale.
      • Pneumopathie obstructive chronique.
      • Hypophosphatasémie.
      • Administration prolongée d'héparine (anticoagulant).
      • Hyperparathyroïdie (excès d'hormone parathyroïdienne dans le sang).
      • Pathologie digestive s'accompagnant de malabsorption.
      • Maladie inflammatoire.
      • Hyperthyroïdie.
      • Intoxication alcoolique.
      • Greffe d'organes.

Classification 

On distingue plusieurs variétés d'ostéoporoses dont on ne connaît pas avec précision l'étiologie (la cause). On pense qu'il existe un déséquilibre entre la construction du tissu osseux et sa destruction.

  • La construction s'effectue grâce au dépôt ostéoblastique, c'est-à-dire l'intervention de cellules osseuses portant les noms d'ostéoblastes qui construisent le tissu osseux.
  • La destruction fait appel à l'action des ostéoclastes qui sont des cellules osseuses dont le but est de détruire le tissu osseux.

Au cours de l'ostéoporose, l'équilibre entre ces deux mécanismes est perturbé en faveur de la résorption ostéoclastique, c'est-à-dire de la destruction du tissu osseux composant le squelette. Ceci aboutit à une diminution de la masse osseuse qui ne s'accompagne pas, contrairement à ce que l'on pourrait croire, à une anomalie, c'est-à-dire une perturbation de la minéralisation, qui correspond au dépôt de minéraux sur le tissu osseux qui est constitué de collagène avant que ne se dépose les minéraux (calcium, phosphore, fluor, silice). C'est la densité minérale osseuse qui permet d'évaluer la diminution de la masse osseuse. Habituellement, c'est-à-dire physiologiquement, la masse osseuse doit atteindre son maximum à l'âge de 25 ans. Ensuite, la masse osseuse diminue de 0,3 à 0,5 % par an. Après la ménopause la masse osseuse diminue de 3 à 5 % par an. Chez l'homme, cette masse osseuse s'amenuise également mais plus tardivement.

Aucun commentaire pour "Absorptiométrie radiographique"

Commentez l'article "Absorptiométrie radiographique"