Incontinence urinaire de la femme

Définition 

L'incontinence urinaire chez la femme est une pathologie très fréquente mais non liée à l’âge. Elle consiste en une perte d’urine de façon involontaire nécessitant une consultation en urologie. Elle ne doit pas être confondue avec les fuites d’urine ayant lieu pendant le sommeil (énurésie) ni avec l’impériosité mictionnelle qui correspond à une envie d’uriner trop intense ou trop pressante.

Généralités 

L'incontinence urinaire de la femme se définit par la survenue de fuite d'urine involontaire à travers le méat urétral c'est-à-dire l'orifice permettant à l'urine de sortir en provenance de la vessie vers l'extérieur. Ceci entraîne souvent des retentissements psychologiques et sociales, voire hygiéniques.

Le terme d'incontinence urinaire est utilisé à chaque fois qu'une femme perd ses urines et que cela occasionne un retentissement, indépendamment de l'importance de la fuite.

C'est avant tout les traumatismes faisant suite à un ou plusieurs accouchements qui sont reconnus comme étant la principale cause de l'incontinence urinaire chez la femme.

Certaines études ont montré que la gêne occasionnée par l'incontinence urinaire chez la forme ainsi que le retentissement sur la qualité de la vie sont très importants. Ceci peut avoir des répercussions sociales et psychologiques dont il faut savoir tenir compte. Il semble que cette gêne soit supérieure à celle occasionnée par d'autres maladies telles que l'hypertension artérielle ou un diabète. C'est la raison pour laquelle, une patiente consultant pour autre chose qu'une incontinence urinaire, mais souffrant de cette maladie, doit en parler à son médecin de façon à ce que cette pathologie soit prise en compte et traitée convenablement.

Épidémiologie 

L'incontinence urinaire de la femme augmente avec l'âge, le nombre de grossesses et le nombre d'accouchements par voie naturelle  (par le vagin). Les autres facteurs de risque de l'incontinence urinaire d'effort sont les efforts répétés tels que la toux chronique (s'étendant sur une longue période), le sport de haut niveau et la constipation.
Il semble exister un facteur héréditaire favorisant la survenue d'incontinence urinaire chez la femme aussi bien pour l'incontinence d'effort que pour l'incontinence par activité exagérée de la vessie.

Classification 

L’incontinence urinaire être permanente. Dans ce cas elle se manifeste par un écoulement d’urine incontrôlable, secondaire à un déficit du sphincter (voir ci-dessus). Elle est généralement due à un problème neurologique venant perturber le fonctionnement normal de la vessie et de ses sphincters (muscle circulaire permettant de fermeture ou l'ouverture d'un conduit dans l'organisme). C’est le cas :

  • D’une malformation de la colonne vertébrale comme un spina bifida.
  • D’une intervention chirurgicale sur la prostate.
  • D’un traumatisme de la moelle épinière.
  • D’une complication opératoire.
  • D’une rupture de l’urètre après un traumatisme violent.
  • A l’effort.

L'incontinence urinaire survenant au cours d’un effort se caractérise par une perte des urines en poussant, en éternuant, en riant, en soulevant une charge ou lors d’un exercice physique. Dans ce cas, il s’agit d’une insuffisance de fonctionnement des sphincters dont le but est de maintenir l’urine à l’intérieur de la vessie. C’est le cas par exemple des femmes âgées ou ayant eu de multiples accouchements : l’affaiblissement des muscles constituant le périnée qui soutient la vessie entraîne une descente d’organes (prolapsus) et consécutivement une faiblesse des sphincters.
 
L'incontinence urinaire impérieuse est un type d’incontinence urinaire se traduisant essentiellement par un mauvais fonctionnement de la vessie. Dans ce cas, les mictions sont fréquentes, il existe des fuites quand le patient entend de l’eau couler par exemple ou encore en cas de changement de température.

Il est nécessaire de distinguer l'incontinence d'effort et l'incontinence liée à une hyperactivité de la vessie s'établir à une activité exagérée de celle-ci.

  • Dans l'incontinence d'effort la fuite d'urine apparaît au moment de l'effort mais sans que la patiente ressentent une envie préalable d'uriner. D'autre part on ne constate pas de fuite durant le sommeil et les fuites sont généralement de petites quantités, apparaissant sous la forme de petits jets.
  • Dans l'incontinence urinaire liée à une hyperactivité vésicale (activité exagérée de la vessie) la fuite est précédée tout de suite d'un besoin urgent d'uriner (urgenturie) de manière impérieuse. D'autre part on constate généralement des envies d'uriner durant le sommeil (nycturie ou énurésie)  s'accompagnant de fuites qui sont le plus souvent d'un volume important.

Anatomie 

Le sphincter urétral est constitué d’un muscle possédant la forme d’un anneau et ayant le rôle de fermer ou d’ouvrir le canal dans lequel passe l’urine pour aller de la vessie vers l’extérieur, afin de s’évacuer.

Le périnée est la région qui constitue le plancher du petit bassin (région du bassin contenant les organes génitaux externes - vulve chez la femme - et l’anus). Cette région se présente différemment chez la femme et chez l’homme.

Aucun commentaire pour "Incontinence urinaire de la femme"

Commentez l'article "Incontinence urinaire de la femme"