Tout savoir sur les champs électromagnétiques

Définition 

Un champ électromagnétique de très basse fréquence est généré par le courant industriel dont la fréquence est de 50 Hertz en Europe et de 60 Hz sur le continent américain.

L'association médicale américaine (AMA) a tenté, par l'intermédiaire d'expérimentations médicales et d'études épidémiologiques, d'apporter une conclusion sur les éventuels dangers sur la santé induits par ces champs électromagnétiques.

Généralités 

Les normes de protection actuelles sont-elles suffisantes ?

La réponse du rapport BioInitiative est non. Selon ces chercheurs, il est reconnu que des effets biologiques et des troubles possibles pour la santé causés par une exposition prolongée peuvent survenir à des niveaux d'exposition beaucoup plus faibles que ceux fixés par les normes actuelles.

Ils préconisent que les normes ne se basent plus uniquement sur les effets thermiques (énergie absorbée et réchauffement des tissus), mais tiennent compte des effets non-thermiques (de basse intensité), dont la nocivité en cas d'exposition chronique a été établie.

Diverses études ont démontré que l'exposition chronique à ces rayonnements a des effets sur :

Quelles précautions prendre ? 

  • N’autorisez pas les enfants de moins de 12 ans à utiliser un téléphone portable, sauf en cas d’urgence : les organes en développement sont les plus sensibles à l’exposition aux champs électromagnétiques.
  • Lors de vos communications, maintenez le téléphone à distance du corps (l’amplitude du champ est 4 fois plus faible à 10 cm, et 50 fois plus faible à 1 m de distance).
  • Utilisez le mode « haut-parleur » aussi souvent que possible.
  • Restez à distance d’une personne qui utilise un téléphone portable.
  • Évitez d’utiliser votre téléphone portable dans des lieux publics (train, métro, bus) pour ne pas exposer vos voisins proches au champ électromagnétique de votre appareil.
  • Évitez de porter un téléphone mobile sur vous, même en veille. Ne le laissez pas à proximité de votre corps la nuit (sous l’oreiller ou sur la table de nuit), surtout les femmes enceintes.
  • Si vous portez votre téléphone sur vous, dirigez la face « clavier » vers votre corps et la face « antenne » (puissance maximale du champ) vers l’extérieur.
  • N’utilisez votre téléphone portable que pour établir le contact ou pour des conversations de quelques minutes seulement (les effets biologiques sont directement liés à la durée d’exposition). Rappelez ensuite d’un téléphone fixe filaire : attention, les téléphones fixes sans fil (DECT) utilisent une technologie à micro-ondes proche de celle des portables.
  • Quand vous utilisez votre téléphone portable, changez régulièrement de côté.
  • Ne portez votre téléphone portable à votre oreille que quand votre correspondant a décroché (baisse de la puissance du champ électromagnétique émis).
  • Évitez d’utiliser le portable lorsque la force du signal est faible ou lors de déplacements rapides (en voiture ou en train par exemple) : augmentation maximale et automatique de la puissance lors des tentatives de raccordement à une nouvelle antenne relais ou à une antenne distante.
  • Communiquez par SMS plutôt que par téléphone (limite la durée d’exposition et la proximité du corps).
  • Choisissez un appareil avec le DAS le plus bas possible par rapport à vos besoins (le « Débit d’Absorption Spécifique » mesure la puissance absorbée par le corps).

 

Appel de 20 experts internationaux concernant l'utilisation des téléphones portables

Au mois de juin 2008, à l'initiative du docteur David Servan-Schreiber, 20 experts internationaux ont lancé un appel visant à alerter l'opinion publique sur les dangers de l'utilisation des téléphones portables.

Ces scientifiques rappellent que les études réalisées démontrent :

  • une pénétration significative des champs électromagnétiques des téléphones portables dans le corps humain, particulièrement au niveau du cerveau, et plus encore chez les enfants du fait de leur plus petite taille.
  • divers effets biologiques des champs électromagnétiques dans les bandes de fréquence des téléphones portables (de 800 à 2200 Mhz) même en dessous des seuils de puissance imposés par les normes de sécurité européennes (2 W/kg pour 10g de tissu) sur les tissus vivants, notamment une augmentation de la perméabilité de la barrière hémato-encéphalique et une synthèse accrue des protéines de stress.

Les études les plus récentes qui incluent des utilisations de téléphone portable pendant plus de 10 ans montrent une association probable avec certaines tumeurs bénignes (neurinomes du nerf acoustique) et certains cancers du cerveau, plus marquée du coté d’utilisation de l’appareil.

LES 20 SIGNATAIRES INITIAUX

  • Dr Bernard Asselain, Chef du service de Biostatistiques du Cancer, Institut Curie
  • Pr Franco Berrino, Directeur du Département de Médecine Préventive et Prédictive de l’Institut National du Cancer, Milan, Italie
  • Dr Thierry Bouillet, Cancérologue, Directeur de l’Institut de Radiothérapie, Centre Hospitalier Universitaire Avicenne, Bobigny
  • Pr Christian Chenal, Professeur Émérite de Cancérologie, Université de Rennes 1 et ancien responsable de l’équipe de recherche CNRS « Radiations, Environnement, Adaptation »
  • Pr Jan Willem Coebergh, Cancérologue, Département de Santé Publique, Université de Rotterdam, Pays Bas
  • Dr Yvan Coscas, Cancérologue, Chef du service de radiothérapie, Hôpital de Poissy St Germain
  • Pr Jean-Marc Cosset, Chef de département honoraire d'Oncologie/Radiothérapie de l'Institut Curie, Paris
  • Pr Devra Lee Davis, Chef du Département de Cancérologie Environnementale, Université de Pittburgh, Etats-Unis
  • Dr Michel Hery, Cancérologue, Chef du Département de radiothérapie, Centre Hospitalier Princesse Grâce, Monaco
  • Pr Lucien Israël, Professeur Émérite de Cancérologie, Université Paris XIII, Membre de l’Institut
  • Jacques Marilleau, Ingénieur SUPELEC, ancien physicien au Commissariat à l’Energie Atomique et au CNRS Orsay
  • Dr Jean-Loup Mouysset, Cancérologue, Polyclinique Rambot-Provençale, Aix-en-Provence, Président de l’association Ressource
  • Dr Philippe Presles, Président Institut Moncey de Prévention Santé, Paris, Auteur de « PREVENIR », Robert Laffont, 2006
  • Pr Henri Pujol, Cancérologue
  • Joël de Rosnay, Docteur ès Sciences, Ecrivain scientifique
  • Dr Simone Saez, Docteur ès Sciences, ancien chef de Service du Centre de Lutte contre le Cancer Léon Bérard, Lyon
  • Dr Annie Sasco, Docteur ès Sciences, Directrice de l’Equipe d’Epidémiologie pour la Prévention du Cancer – INSERM, Université Victor Segalen Bordeaux 2
  • Dr David Servan-Schreiber, Docteur ès Sciences, Professeur clinique de Psychiatrie, Université de Pittsburgh
  • Dr Pierre Souvet, Cardiologue, Aix-en-Provence, Président de l’Association Santé Environnement Provence
  • Dr Jacques Vilcoq, Cancérologue, Clinique Hartmann, Neuilly-sur-seine

LES NOUVEAUX SIGNATAIRES DEPUIS LE 15 JUIN 2008

  • Pr Ronald Herberman, Cancérologue, Directeur de l’Institut de Cancérologie de l’Université de Pittsburgh, Vice-Chancellier Associé pour la recherche en cancérologie, faculté de médecine de l’université de Pittsburgh
  • Pr Dan Wartenberg, Directeur de la division d’épidémiologie environnementale, Faculté de Médecine Robert Wood Johnson, Université de Marylan
  • Dr David Carpenter, Directeur de l’Institut pour la Santé et l’Environnement, Université d’Albany, ancien doyen de la Faculté de Santé Publique.

Aucun commentaire pour "Tout savoir sur les champs électromagnétiques "

Commentez l'article "Tout savoir sur les champs électromagnétiques "

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.