Hormone (généralités)

Grec : hormaô : j'excite

Définition 

Une hormone est une substance naturelle, constituée par des protéines et dont le rôle physiologique spécifique est la modification (régulation) du fonctionnement des cellules constituant un tissu (regroupement de plusieurs cellules), c'est-à-dire la cible.

Le terme parahormone désigne la substance véhiculée par le sang, qui possède une action stimulante comme une hormone, mais qui ne provient pas du système endocrinien, c'est-à-dire du système hormonal. L'exemple le plus connu de parahormone est le CO2.

Généralités 

Une hormone dont le nom vient du grec krinôs qui signifie en grec : sécrétion, est en quelque sorte un messager chimique qui est fabriquée par des cellules ayant la capacité de sécréter de petits liquides soit directement à l'intérieur du sang (sécrétion endocrine), soit en dehors de celui-ci (sécrétion exocrine).

Grâce aux découvertes de Claude Bernard, et plus particulièrement celle de la fonction glycogénique du foie (capacité que possède le foie à fabriquer du sucre) et celles de Starling en 1905, il a été possible de définir ce qu'est une hormone. La définition la plus plausible est sans doute la suivante : il s'agit d'un messager chimique, un régulateur chimique, un excitant fonctionnel spécifique.

Finalement les hormones sont des substances que l'on peut qualifier de simples et dont le poids (les spécialistes en endocrinologie appellent cela le poids moléculaire) est peu élevé.

Les hormones dérivent du cholestérol, des protéines, des acides aminés (éléments entrant dans la composition des protéines, comme les briques d'un mur).

Pour qu'une hormone soit efficace il est nécessaire que l'organe cible, c'est-à-dire les cellules sur lequel l'hormone va agir, soit capable de recevoir le message de celle-ci. Ces cellules doivent donc être pourvues de récepteurs membranaires (récepteurs situés sur la membrane des cellules) et ces récepteurs doivent d'autre part être spécifiques de cette hormone.

Les hormones sont sécrétées par des glandes dont la taille et le type de cellules qui composent ces glandes sont très variables d'une hormone à l'autre.

Pour mieux comprendre la différence essentielle entre sécrétion hormonale endocrine et sécrétion hormonale exocrine, il est nécessaire de donner quelques exemples.

Sans doute le plus connu du grand public, l'insuline est l'hormone qui permet de régulariser, plutôt de réguler, le taux de sucre dans le sang, c'est-à-dire la quantité de glucide à l'intérieur de la circulation sanguine. Grâce à l'insuline ce taux de sucre est constamment normal chez un individu ne souffrant pas de diabète. L'insuline est une hormone endocrine car elle est sécrétée à l'intérieur du sang.

Un autre exemple est celui des glandes sudoripares qui participent à la formation de la sueur à la surface de la peau.  Cet exemple va nous permettre de comprendre ce qu'est une glande exocrine. En effet, dans le cas des glandes sudoripares la sécrétion se fait à l'extérieur du sang, précisément à l'extérieur du corps.

La sécrétine est un autre exemple de sécrétion exocrine. Cette hormone est produite par le duodénum en présence d'aliments à l'intérieur de l'estomac. La sécrétine stimule le pancréas à produire les enzymes nécessaires à la bonne digestion des aliments. Cette hormone à une action à proximité de son site de production et son action se fait à l'intérieur du tube digestif donc en dehors du sang. C'est la raison pour laquelle on parle d'hormones exocrines.

Il existe des glandes possédant à la fois une fonction endocrine et une fonction exocrine. L'exemple le plus connu du grand public est celui du pancréas. En effet, cet organe sécrète à la fois de l'insuline qui est une hormone endocrine (sécrétée dans le sang) et des sucs digestifs qui passent l'intérieur de l'intestin, par l'intermédiaire du canal pancréatique.

Revenons un instant sur l'insuline dont le rôle est primordial pour la régulation du taux de sucre dans l'organisme. L'insuline contrôle les cellules de tout l'organisme en termes d'utilisation du sucre. L'insuline est sécrétée de façon continuelle dans le sang à partir du pancréas mais dans certains cas, selon les nécessités de l'organisme, en quantité plus ou moins importante. Ainsi le niveau de sucre va dépendre de l'importance de l'effort physique qui est fourni par un individu. Quand cet effort physique augmente le pancréas à son tour sécrète plus d'insuline. Celle-ci a une action hypoglycémiante c'est-à-dire qu'elle fait abaisser le taux de sucre dans le sang. Cette baisse du taux du sucre dans le sang se fait en stimulant l'utilisation du glucose par les tissus de l'organisme.

Historique 

Terme utilisé par Bayliss et Starling en 1905, désignant la substance produite dans un organe, par des glandes qualifiées d'endocrines (endo = sécrétion interne). Les hormones sont transportées dans la circulation sanguine, à partir de leur lieu de synthèse (les glandes hormonales) vers un autre organe, une autre glande ou un tissu, où se produit, sous l'action de cette hormone, une excitation ou une inhibition, résultant du développement ou du blocage du fonctionnement du récepteur.

Ce sont avant tout, les extraits de tissus provenant de la glande thyroïde et du foie, qui ont été longtemps utilisés.

Les broyats provenant des testicules d'animaux ont également été utilisés au siècle précédent, par certains chercheurs en physiologie et en neurophysiologie (Brown Séquard).

Charles Edouard Brown-Séquard né en 1817, mort en 1894 était médecin et physiologiste français. Il fut l'un des précurseurs des recherches sur les hormones.

Classification 

Pour les spécialistes, les hormones sont chimiquement divisées en trois groupes :

  • Le groupe phénolique, en ce qui concerne l'adrénaline et la thyroxine.
  • Le groupe stéroïde, avec les hormones surrénaliennes, et celles fabriquées par l'appareil génital.
  • Le groupe protéique, avec les hormones du pancréas, les hormones sécrétées par la glande hypophyse, et les hormones parathyroïdiennes.

On peut également diviser les hormones en trois groupes selon leur structure :

  • Les hormones polypeptidiques, c'est-à-dire constituées de plusieurs acides aminés (éléments de base entrant dans la constitution d'une protéine), c'est le cas de l'insuline.
  • Les hormones stéroïdes, qui sont dérivées du cholestérol, c'est le cas du cortisol et de ses dérivés (corticoïdes, cortisone).
  • Les hormones dérivées d'un acide aminé, comme les hormones thyroïdiennes (T3 T4).

Aucun commentaire pour "Hormone (généralités)"

Commentez l'article "Hormone (généralités)"