Recto-colite ulcéro-hémorragique

Recto-colite ulcéro-hémorragique

Définition 

La recto-colite ulcéro-hémorragique est une inflammation chronique (prolongée) de la muqueuse du côlon et du rectum.

 

 

Généralités 

La rectocolite hémorragique (RCH), dont l’incidence familiale est élevée, est une maladie rare qui touche essentiellement la femme jeune (20-30 ans). Elle s’associe le plus souvent à une inflammation chronique des articulations vertébrales: la spondylarthropathie.

Elle commence le plus souvent par le rectum : on parle alors de proctite ou rectite (inflammation du rectum). Généralement, elle atteint l’ensemble du côlon et parfois même l’iléon.

Au stade aigu, l’examen de l’intérieur de l’intestin montre une muqueuse contenant de l’eau et recouverte de multiples petites hémorragies.
À un stade plus avancé, alors que la muqueuse saigne facilement, on voit apparaître des ulcérations (petites plaies plus ou moins profondes).
Au fur et à mesure que le temps passe, la muqueuse perd sa coloration rouge et devient de plus en plus pâle. Elle se déforme et l’on voit apparaître des sortes de polypes accompagnés de petits abcès.

On ne connaît pas l’origine de la recto-colite ulcéro-hémorragique.

 

SYMPTÔMES

  • Émissions par l’anus de mucus (sécrétion visqueuse semblable à de la glaire) associé à du sang
     
  • Douleurs abdominales
     
  • Epreintes se caractérisant par une colique (douleur abdominale s’accompagnant d’une contraction douloureuse et répétitive) précédant une évacuation, et associée à une inflammation du gros intestin. Les épreintes sont accompagnées d’une fausse envie pressante et impérieuse d’aller à la selle
     
  • Ténesme (faux besoins)
     
  • Selles ne contenant pas de matières, liquides et parfois purulentes (contenant du pus)
     
  •  Amaigrissement
     
  • Fatigue
     
  • Perte de l’appétit
     
  • Fièvre parfois très élevée

 

DIAGNOSTIC

  • L’endoscopie permet de poser le diagnostic : cet examen montre une muqueuse luisante et rouge, qui saigne spontanément dès qu’on la touche.
     
  • La rectoscopie est accompagnée d’une biopsie qui permet de compléter le diagnostic
     
  • La fibroscopie du côlon et de l’iléon (dernière partie de l’intestin grêle) est particulièrement indiquée dans certaines formes de recto-colite ulcéro-hémorragique, mais également quand il existe une suspicion de cancer à ce niveau.
     
  • Quelquefois, la coloscopie est contre-indiquée, et il est nécessaire d’effectuer une radiographie de l’abdomen sans préparation, qui montre des modifications du côlon à type de dilatation (augmentation de volume)
     
  • Le lavement baryté est également utile et montre des rétrécissements du côlon et une disparition des contractions de celui-ci, ainsi qu’une muqueuse semblant contenir des polypes. Cet examen radiologique donne la possibilité de visualiser le gros intestin grâce à une radiographie effectuée après préparation par de la baryte (produit de contraste injecté dans le côlon). Il se pratique de moins en moins depuis la généralisation de la coloscopie (visualisation directe de l’intérieur du côlon, par l’intermédiaire d’un appareil muni de fibres optiques). La radiographie de l’abdomen prise sans préparation préalable ne montre pas avec suffisamment de précision l’intérieur des organes creux. C’est pour cette raison que l’on emploie comme produit de contraste la baryte, qui met en valeur les modifications anatomiques et anormales de la paroi du côlon et de sa muqueuse de recouvrement (couche de cellules de protection). Le lavement baryté, que l’on introduit dans le rectum à l’aide d’une canule appelée anorectale, permet d’effectuer deux types de lavements : le lavement baryté simple et le lavement baryté en double contraste.

 

ÉVOLUTION

Une très petite partie (environ 10 %) des premières poussées présentent une rémission allant de 10 à 15 ans. Il existe une forme mineure qui ne s’accompagne pas d’un amaigrissement important, sans fièvre, et avec uniquement quelques selles sanguines lentes. Les douleurs abdominales ne sont pas fortes pour ces patients, dont le diagnostic ne sera pas toujours effectué. Ils présentent parfois uniquement une proctite ulcéreuse (inflammation du rectum accompagnée de petites plaies localisées) dont le pronostic est favorable.

Environ 80 % des malades présentent des poussées émaillées de rémission dont la durée est plus ou moins importante. Ces patients souffrent d’une forme de recto-colite ulcéro-hémorragique de gravité moyenne, se caractérisant par une perte de poids et une température légèrement élevée. Ils présentent par ailleurs des douleurs de l’abdomen et environ 4 à 6 selles par 24 heures. Ils sont susceptibles d’évoluer vers une aggravation des poussées, et pour quelques-uns d’entre eux une rémission dont la durée est variable.

Pour 20 % des patients, il est nécessaire d’intervenir chirurgicalement lors de poussées graves.

La mortalité est relativement faible, et le plus souvent secondaire à une hémorragie importante ou à une dégénérescence cancéreuse.
Certains malades présentent une recto-colite ulcéro-hémorragique fulminante, tout particulièrement des enfants et des adultes jeunes. Dans ce cas, les évacuations de selles sont incessantes, la température est élevée, l’état général s’altère de façon importante. Ils présentent un amaigrissement rapide, et les lésions s’étendent généralement à l’ensemble du côlon.

 

COMPLICATIONS

Complications possibles d'une recto-colite ulcéro-hémorragique :

  • Fistules : communication anormale entre un abcès et la peau. Elles sont dues à l’inflammation liée à la maladie, ou aux abcès
     
  • Fissures anales : ulcérations de la muqueuse de l’anus. Cette plaie, de forme plutôt allongée, est due à une érosion. Elle est plus superficielle qu’une déchirure.
     
  • Sténose (diminution du calibre) des intestins
     
  • Perforations, survenant essentiellement dans les formes sévères de recto-colite hémorragique, sur une ulcération étendue qui a rendu la paroi de l’intestin extrêmement fragile
     
  • Colectasie (dilatation du côlon), qui serait due à une diminution des possibilités de contraction de l’intestin due à l’inflammation. L’utilisation inadaptée de médicaments qui diminuent la motilité intestinale, comme la codéine, le lopéramide, le diphénoxylate, l’élixir parégorique, ou de médicaments contenant des anticholinergiques (utilisés contre la diarrhée lors des poussées aiguës de cette maladie) semble devoir précipiter la survenue de cette complication. Le paradoxe qui réside dans cette complication est la diminution de la diarrhée, qui ne correspond pas à une amélioration de l’état général du patient mais en réalité à son aggravation : en effet, cette diminution de la fréquence des diarrhées serait la traduction d’une atonie du côlon (baisse de la réponse musculaire). D’autres signes accompagnent cette complication typique de la recto-colite hémorragique : mauvais état général du patient, accélération du rythme cardiaque (tachycardie), chute de la tension artérielle, douleur abdominale.
     
  • Cancer du côlon : il touche les patients présentant une atteinte étendue de la muqueuse (on parle alors de pancolite), ou ceux qui présentent une évolution depuis de très nombreuses années. Il est difficile d’avancer des chiffres, mais on peut néanmoins parler de 1 % après 10 ans d’évolution, 12 % après 15 ans, 25 % après 20 ans, 42 % après 24 ans
     
  • Mégacôlon toxique : il s’accompagne d’une dilatation très importante du côlon due à une atteinte de l’innervation susceptible d’entraîner une paralysie de la musculature du côlon. Le mégacôlon toxique se caractérise par une déshydratation (perte de liquide de l’organisme) avec risque de perforation.
     
  • Hémorragies digestives basses, le plus souvent associées à une perforation
     
  • Érythème noueux (apparition de nodosités sur une peau de coloration plus ou moins rouge, se situant au niveau de la face avant et interne des tibias entre autres)
     
  • Complications articulaires : elles surviennent environ chez 25 % des patients atteints de maladies inflammatoires des intestins. Elles revêtent différents caractères, et peuvent aller de la simple douleur des articulations aux atteintes articulaires importantes très douloureuses, avec augmentation de volume. Elles touchent essentiellement les chevilles, les genoux et les poignets, mais les autres articulations peuvent également être concernées. Les examens de laboratoire sont négatifs et la maladie évolue de façon parallèle à l’inflammation des intestins.
     
  • Manifestations cutanées à type de pyoderma gangrenosum, correspondant à une lésion cutanée importante pouvant être due à de nombreux germes. Elle survient le plus souvent sur le tronc et à la face antérieure du tibia. Elle guérit parfois sans cicatrice.
     
  • Complications oculaires (inflammation de l’iris et de l’uvée)
     
  • Problèmes hépatiques : hépatite chronique, atteinte de la vésicule biliaire et des voies d’excrétion de transport de la bile
     
  • Troubles urinaires : calculs
     
  • Problèmes de coagulation sanguine à type d’hypercoagulabilité (augmentation des capacités de coagulation du sang).

 

TRAITEMENT

Les traitements de la recto-colite ulcéro-hémorragique sont :

  • Repos
     
  • Sédatifs
     
  • Régime (celui des diarrhées)
     
  • Cortisone lors des poussées, soit sous forme de comprimés en utilisant la prednisone, soit sous forme de lavement avec hydrocortisone plus spécifiquement utilisée dans les proctites (inflammation du rectum).
    Le lavement doit être gardé aussi longtemps que possible. Il est administré le soir.
    L’utilisation de la cortisone se fait également par voie intraveineuse, sous forme de perfusion continue d’hydrocortisone, surtout quand il existe une diarrhée fréquente, et dans le mégacôlon toxique. Le relais est ensuite pris par les corticoïdes en comprimés.
     
  • Sulfasalazine ou mésalazine dans les formes dont l’évolution est rapide.
     
  • L’utilisation des immunosuppresseurs (médicaments dont le but est de diminuer l’activité du système immunitaire de l’organisme) comme l’azathioprine et la mercapurine est controversée. Néanmoins, ils sont utilisés quand les corticoïdes sont mal supportés.
     
  • Il est parfois utile d’avoir recours aux transfusions sanguines, quand il existe une anémie importante.
     
  • L’indication d’un acte chirurgical comme la procto-colectomie (intervention sur le rectum et l’anus), ou l’iléostomie (qui consiste à relier l’extrémité de l’intestin grêle à un orifice pratiqué sur la peau) ne se fait que dans les formes invalidantes et rebelles au traitement médical, en présence d’un cancer, ou d’hémorragies massives.
     
  • La colectomie (qui consiste à enlever une partie ou la totalité du côlon) est réalisée en cas de mégacôlon toxique, ne guérissant pas par l’utilisation de corticoïdes en 24 ou 48 heures, ainsi qu’en cas de perforation.

 

 

1 commentaire pour "Recto-colite ulcéro-hémorragique"

Portrait de frances kona
J'aime 0

CURE EFFICACE POUR LE VIRUS DU VIH AU RÉSULTAT NÉGATIF ​​(herbalcure12@gmail.com) whatsapp/call +2349036036397 Je suis assez audacieux parmi beaucoup d'autres pour dire qu'il existe maintenant un remède efficace pour ce VIRUS VIH, mais beaucoup ne le savent pas. J'ai découvert que j'avais été infecté par le virus il y a 2 mois, après un examen médical. Mon médecin me l'a dit et j'ai été choqué, confus et j'ai eu l'impression que mon monde s'était effondré. Je mourais lentement à cause de l'annonce de mon médecin, mais il m'a assuré que je pourrais quitter une vie normale si je prenais mes médicaments (car il n'y avait pas de remède médical contre le virus de l'herpès). Je suis allé d'églises en églises, mais je me suis vite rendu compte que mon cas nécessitait une attention urgente parce que je devenais maigre par peur de mourir de sitôt. Afin de trouver une solution durable à ma situation, j'ai cherché des solutions dans le monde des plantes. Je suis allé en ligne et j'ai cherché tous les puissants phytothérapeutes que je pouvais craquer parce que j'ai entendu dire que les herbes africaines avaient un remède contre le VIRUS VIH, le VIRUS HERPES, le CANCER ALS, le DIABÈTE, donc toutes les maladies et virus. C'est après une courte période de recherche sur le Web que j'ai rencontré le Dr Mohammed (un puissant phytothérapeute africain), qui m'a proposé de m'aider à un prix monétaire. Je devais me conformer car c'était mon dernier arrêt de bus pour recevoir une cure parfaite. Ma dernière résolution était de me suicider si ce plan échouait. Enfin, cela a bien fonctionné. Il m'a donné quelques étapes à suivre et j'ai méticuleusement exécuté toutes ses instructions. il m'a envoyé la phytothérapie par le biais d'un service de messagerie ups fournissant un service à mon pays au Royaume-Uni et j'utilise la phytothérapie comme il me l'a indiqué, après quelques jours, j'ai remarqué que mon corps fonctionnait bien et devenait fort et sain, et que ma température corporelle était correcte Le mois dernier, pour être précis, je suis retourné à l'hôpital pour effectuer un autre test et à ma grande surprise, les résultats ont montré que je suis VIH NÉGATIF, je suis tellement reconnaissant à DIEU d'avoir utilisé ce médecin Mohammed pour me guérir, je suis très heureux de partager mon grand témoignage pour que chaque corps sache qu'il existe un remède contre le VIRUS du VIH et d'autres virus et maladies, le Dr mohammed peut guérir la maladie suivante ... Cancer, VIH, herpès, hépatite B, C, inflammatoire, diabétique , Fibroid, virus de l'herpès, als, Vous pouvez être indemne de ce virus du vih en visitant ce grand phytothérapeute africain via cet e-mail:

ou appelez-le et Whatsapp au +2349036036397 Il vous aidera et sa phytothérapie est sûre . il a le remède contre toutes les maladies

Commentez l'article "Recto-colite ulcéro-hémorragique"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.