Système nerveux sympathique

Définition 

Le système nerveux sympathique, appelé également orthosympathique, correspondant à la mise en état d'alerte de l'organisme, et à la préparation à l'activité physique et intellectuelle.

Généralités 

Le système nerveux sympathique, appartient aux trois parties du système nerveux autonome (ou végétatif) efférent (partant du centre du système nerveux pour aller vers la périphérie).

Les deux autres parties sont :

  • Le système nerveux entérique (globalement digestif).
  • Le système nerveux parasympathique qui généralement entraîne des réponses opposées (les spécialistes en neurologie disent antagonistes) au système nerveux sympathique.

Classification 

Le système nerveux sympathique, contrôle une grande partie des activités inconscientes (autonomes) du corps humain. Par exemple les battements du coeur (rythme cardiaque), et la contraction des muscles lisses, sont sous la responsabilité du système nerveux sympathique, ou orthosympathique.

Le système nerveux sympathique, a également des effets sur les cellules, et certains organes, grâce à l'action  de substances fabriquées par lui-même, les neurotransmetteurs. Il s'agit des catécholamines. Ces neuromédiateurs ou neurotransmetteurs, portent le nom de :

Anatomie 

Sur le plan anatomique, le système nerveux orthosympathique (rappelons-le, portant également le nom de sympathique) «utilise» deux neurones :

  • Un neurone préganglionnaire, le corps cellulaire de ce neurone se situe à l'intérieur de la moelle épinière (partie dorsale ou lombaire).
  • Ensuite ce neurone communique (par l'intermédiaire d'une synapse) avec un neurone post-ganglionnaire (c'est-à-dire dont le corps cellulaire se trouve dans un ganglion).

Ce neurone enfin arrive au niveau du tissu cible. Autrement dit, pour les spécialistes en neurologie, les corps cellulaires des neurones présynaptiques du système sympathique, sont situés dans les colonnes cellulaires intermédio-latérales, ou noyaux intermédio-latéraux de la moelle épinière. Les colonnes intermédio-latérales gauche et droite, constituent une partie de la substance grise s'étendant entre le premier segment thoracique (T1), et le deuxième ou troisième, segment lombaire (L2 ou L3) de la moelle épinière. 

Anatomiquement ces colonnes intermédio-latérale (IMLs) apparaissent comme de petites cornes latérales, situées entre la corne centrale ou antérieure, et la corde dorsale ou postérieure, de la substance grise de la moelle épinière. Les corps cellulaires des neurones postsynaptiques du système nerveux sympathique, se rassemblent ensuite en deux endroits au sein des ganglions respectivement appelés para et prévertébraux. 

  • Les ganglions para vertébraux sont réunis entre eux pour constituer les tronc ou chaîne sympathique gauche et droite, situés de chaque côté de la colonne vertébrale. Ils s'étendent sur toute la longueur d'une partie de la colonne vertébrale. Le ganglion paravertébral supérieur, ou ganglion cervical supérieur de chacun du tronc, se localise sous la base du crâne. Le ganglion impair, c'est-à-dire coccygien se situe à l'extrémité inférieure, à l'endroit où les deux troncs se réunissent devant le coccyx. Les ganglions prévertébraux se situent dans le plexus qui entoure les origines des principales branches de l'aorte abdominale (ganglion semilunaire qui entoure par exemple l'origine du tronc cœliaque). Les ganglions sympathiques, sont organisés sous la forme de deux paires de chaînes. Un ensemble de ganglions, se trouve à côté de la colonne vertébrale (chaine pré-aortique (ou pré-vertébrale), un autre sous la forme d'une chaine para-aortique (ou para-vertébrale). Des ganglions paravertébraux sont associés à l'ensemble des nerfs spinaux (de la moelle épinière), mais cette fois-ci, au niveau du cou 8 nerfs spinaux se partagent trois ganglions  :
    • Un supérieur.
    • Un moyen.
    • Un inférieur. Les ganglions paravertébraux, sont reliés entre eux, par des tractus nerveux avec lesquels ils forment les troncs, que l'on appelle également chaîne sympathique droite et gauche. Ceux-ci sont situés de chaque côté de la colonne vertébrale.
  • Des ganglions prévertébraux ou pré-aortiques, sont associés aux plexus et se trouvent en périphérie des origines des principales branches de l'aorte de l'abdomen comme c'est le cas pour le tronc coeliaque. Les ganglions ont une action spécifique dans l'innervation des viscères de l'abdomen et du bassin (par exemple l'estomac et l'intestin).

Le neuromédiateur (appelé également neurotransmetteur) des neurones pré-ganglionnaires (ceux situés dans la moëlle épinière) est l'acétylcholine.

Le neuromédiateur  des neurones post-ganglionnaires (c'est-à-dire de ceux situés dans les chaines de ganglions), est le plus souvent la noradrénaline.

Le système orthosympathique, assure l'innervation de la glande médullo-surrénale.

Les fonctions du système nerveux sympathique entraînent :

  • Une augmentation de la pression artérielle (hypertension artérielle).
  • Une tachycardie (augmentation de la fréquence du rythme cardiaque)..
  • Un ralentissement du péristaltisme (baisse d'intensité des mouvements intestinaux).
  • Une mydriase (dilatation de la pupille).
  • Une vasoconstriction périphérique (diminution du calibre des vaisseaux en périphérie, aboutissant à une ischémie et donc à une pâleur, c'est-à-dire une coloration blanche tirant sur le bleu de la peau).
  • Une excitation des glandes sudoripares,  entraînant une exagération de la fabrication de la sueur (hypersudation).
  • Une sécrétion plus importante d'adrénaline et de noradrénaline à partir des glandes surrénales.
  • Un relâchement de la vessie.
  • Une accentuation de la libération de glucose par le foie.
  • Une stimulation de l'éjaculation.
  • Une bronchodilatation (augmentation du diamètre des bronches).

Les différents types et sous-types de récepteurs sensibles à l'adrénaline et à la noradrénaline sont :

  • Alpha-1.
  • Alpha-2.
  • Bêta-1.
  • Bêta-2.
  • Bêta-3.
  • Les récepteurs bêta sont situés à l'intérieur de la membrane des cellules réceptrices. Ils comportent une extrémité C, et une extrémité N terminales, qui apparaissent à l'extérieur de la membrane.

Aucun commentaire pour "Système nerveux sympathique"

Commentez l'article "Système nerveux sympathique"