Prothèse de hanche

Définition 

La prothèse de hanche est à une intervention chirurgicale dont le but est de remplacer l'articulation défectueuse par un appareillage.

 

Généralités 

Appelée parfois prothèse totale de hanche, cette opération est devenue l’objet d’une demande de plus en plus importante, de la part des malades (environ 50 000 prothèses de hanche sont posées en France chaque année). 

 

 

 

 

 

 

L’articulation de la hanche (coxo-fémorale) est composée de la tête fémorale (extrémité hémisphérique du fémur) qui s’articule dans le cotyle (cavité articulaire de l’os iliaque, située de chaque côté du bassin).

 

 

 

 

 

 

 

 

Une prothèse de hanche est généralement indiquée en cas d’usure de la surface cartilagineuse recouvrant la tête fémorale et de celle recouvrant l’intérieur du cotyle.

La demande de prothèse de hanche est essentiellement liée à la gêne ressentie par le malade :

  • La douleur : premier motif de consultation et de demande d’intervention
     
  • La perte de mobilité, pouvant aller jusqu’à une impossibilité de bouger la jambe (enraidissement)
     
  • Le désir de retrouver une vie " normale " (marcher, monter et descendre des escaliers, mettre des chaussures)
     
  • Le désir de diminuer la prise d’antalgiques (antidouleurs) et d’anti-inflammatoires.

 

La prothèse de hanche peut être cimentée ou non cimentée (colle particulièrement efficace qui permet de maintenir les éléments constituant la prothèse).

Elle est constituée de 2 parties :

  • Une partie longue, faite d’un alliage de chrome et de cobalt, est insérée dans le corps du fémur (fût fémoral)
     
  • Une cupule creuse, en polyéthylène (matière plastique souple obtenue après polymérisation de l’éthylène, utilisée pour la fabrication des tuyaux souples entre autres), est collée dans le cotyle.

 

 La possibilité d’une intervention est essentiellement étudiée en fonction de l’âge du patient.

Avant 40 ans :

  • Risque opératoire faible
     
  • Recherche d’une solution chirurgicale autre que la prothèse (solution conservatrice) : l’indication d’une prothèse totale de hanche est délicate chez un sujet jeune.

Après 60 ans :

  • Age " idéal " pour la prothèse de hanche
     
  • Prise en compte de l’état général du patient
     
  • Risques opératoires plus élevés 

 

Les complications possibles sont très diverses, rares, et surviennent généralement dans les 3 premiers mois :

  • La luxation, facilement reconnaissable car le patient a une déformation du membre (qui est tourné en dedans), et la jambe du côté de la prothèse est plus courte que l’autre
     
  • Des infections, notamment pulmonaires
     
  • Des oedèmes
     
  • Une embolie pulmonaire (survenue d’un caillot dans la circulation pulmonaire)
     
  • Un infarctus
     
  • Un hématome (collection de sang) profond ou superficiel
     
  • Une usure du matériel susceptible de provoquer un descellement de la prothèse
     
  • Une atteinte du nerf sciatique quand l’opération a lieu par voie postérieure
     
  • Une atteinte du nerf crural quand l’opération a lieu par voie antérieure.

 

 

 

 

Aucun commentaire pour "Prothèse de hanche"

Commentez l'article "Prothèse de hanche"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.