Marasme

Grec : maraînein : dessécher.

Définition 

État pathologique (maladie) se caractérisant par une maigreur extrême due un apport insuffisant de nutriments (dénutrition) ou une longue maladie. On parle par exemple de marasme sénile (vieillissement). Ce terme doit pas être confondu avec celui de malnutrition (en anglais malnutrition) terme qui désigne les anomalies touchant la nutrition, que celle-ci soit pléthorique (nutrition par excès), ou par défaut ou déséquilibre.

Généralités 

L'apport de nutriments est adopté par les organismes vivants pour utiliser les aliments afin d'assurer leur croissance et leurs fonctions vitales. La dénutrition se caractérise par une désassimilation trop importante et une assimilation perturbée pouvant être origine d'une asthénie (fatigue importante) due à l'apport insuffisant d'aliments (inanition), et d'une cachexie. La cachexie correspond à la dégradation profonde de l'état général, accompagnée d'une maigreur importante. Elle s'observe surtout chez les malades en phase terminale d'une affection se pérennisant et s'accompagnant d'une morbidité extrême.

Classification 

On distingue plusieurs variétés de dénutrition :Quand la dénutrition touche un enfant en bas âge et qu'elle est énergétique, on parle de marasme. Correspondant à la cachexie, le marasme est la maigreur extrême, conséquence d'une dénutrition importante.La dénutrition protéique est appelée Kwashiorkor. « Maladie de l'enfant sevré quand son cadet vient de naître », est la traduction de Kwashiorkor dans le dialecte ashanti du Ghana. La malnutrition de l'enfant résulte d'une alimentation pauvre en protéines, les besoins caloriques globaux pouvant être par ailleurs couverts. C'est essentiellement en Afrique tropicale et équatoriale que le kwashiorkor sévit et touche les enfants entre 6 mois et 3 ans, au moment du sevrage (arrêt de l'allaitement maternel). Mais on le retrouve également dans tous les pays en voie de développement. Tant que l'enfant est alimenté par le lait maternel apportant une alimentation équilibrée et riche en protéines, il ne montre pas de déséquilibre protéïnique. Après le sevrage, l'enfant adopte la nourriture des adultes (essentiellement végétale) comprenant de la bouillie de céréales, de tubercules ou de bananes plantains pauvres en protéines. Ce sont les prémices de la maladie.A cette période de sa vie, l'enfant a d'énormes besoins en protéines, pour assurer une croissance normale. Le kwashiorkor s'associe également à une carence en certains minéraux comme le fer et le zinc et en vitamines.La dénutrition mixte est la carence en protéines, en vitamines, en minéraux et en métaux (fer).CausesOn distingue globalement 2 causes à la dénutrition.Dans la majeure partie des cas, la dénutrition est le résultat d'une carence d'apport qui est absolue et qui correspond à un apport alimentaire insuffisant. Ceci est le cas entre autres lorsqu'une mère ne peut pas alimenter correctement son enfant. La famine (rareté des vivres dans un pays ou dans une région) peut également entraîner une dénutrition absolue. D'autres situations pathologiques peuvent également être à l'origine d'une dénutrition absolue. Il peut s'agir (liste non exhaustive) : de troubles du comportement alimentaire : anorexie (perte d'appétit) psychique, régime amaigrissant mal fait, refus de s'alimenter (maladie psychiatrique)d'une pathologie du tube digestif (cancer, cirrhose, pancréatite, anomalie de la muqueuse l'intestin entre autres), d'un trouble d'assimilation des sédiments : anomalie du processus de digestion ou d'absorptiondes suites d'une intervention chirurgicale (tube digestif raccourci).Certaines situations pathologiques entraînent une dénutrition relative. Il peut aussi s'agir d'une augmentation non satisfaite des besoins en énergie ou en protéines du sujet. Dans ce cas, le patient nécessite un apport énergétique supplémentaire pour compenser sa maladie. Les causes peuvent être, entre autres :

  • Un cancer
  • Une maladie inflammatoire telle que la polyarthrite rhumatismale
  • Une maladie infectieuse grave (tuberculose, sida)
  • Un dérèglement hormonal (trouble thyroïdien)
  • Des pathologies touchant d'autres organes tels que le cœur (insuffisancecardiaque) ou les poumons (bronchite chronique)
  • Au cours de ces différents processus, l'organisme ne pallie pas à l'utilisation des protéines et de l'énergie secondaire à la maladie. L'évolution peut se faire vers la cachexie, résultat d'une association entre une carence d'apports due à une mauvaise digestion et quelquefois une anorexie.La dénutrition peut être absolue et relative à la fois chez le même patient.

    Forum : discussions concernant "Marasme"

    • ... médecin souhaitais surtout savoir si je voulais "sortir du marasme de la douleur" et savoir si je voulais me bouger un peu plus car je ... end ensoleillé ... Moi , je vais me bouger pour sortir du marasme de la douleur !!! Elle m'a dit que le ménage était une activité trop ...
    Lancez une discussion sur le forum

    Aucun commentaire pour "Marasme"

    Commentez l'article "Marasme"