Anticorps antinucléaire

Définition 

Les anticorps antinucléaires correspondent à une variété d'anticorps qui sont des auto-anticorps que possèdent certains individus, dirigés contre un ou plusieurs éléments du noyau de leurs propres cellules, et qui sont alors considérés comme des antigènes (corps étranger à l'organisme).

Généralités 

Les anticorps anti-noyaux appartiennent essentiellement aux immunoglobulines suivantes : Les IgG, Les IgA, Les IgM.
 

Épidémiologie 

Ce sont des protéines appartenant au groupe des gammaglobulines présentes dans le sang, et d'autres liquides de l'organisme possédant une activité d'anticorps (de défense contre les agressions extérieures).

Chaque immunoglobuline comporte 2 chaînes de nature protéique appelées chaînes polypeptidiques (c'est-à-dire formée de plusieurs polypeptides = chaîne d'acides aminés qui sont les constituants des protéines) :

  • Une paire de chaînes légères que l'on rencontre dans tous les groupes d'immunoglobulines.
  • Une paire de chaînes lourdes propre à chaque groupe d'immunoglobulines.

Historique 

Les premiers anticorps antinucléaires ont été découverts en 1948 par Malcom Hargraves.

Classification 

Les anticorps anti noyaux comprennent essentiellement :

1) L'anticorps anti-acide désoxyribonucléique qui est caractéristique du lupus érythémateux aigu disséminé. Il s'agit d'une maladie auto-immune (le patient fabrique des anticorps contre ses propres tissus) dont l'origine précise est inconnue, s'accompagnant d'un trouble sévère de l'immunité (défaut de la fonction de certains globules blancs : les lymphocytes T et B). Elle touche préférentiellement les femmes jeunes, et sa fréquence semble plus élevée chez les noires américaines et les Asiatiques. Cette maladie, qui se caractérise par la production d'anticorps et plus particulièrement d'anti-ADN, peut être à l'origine d'une auto-destruction de tous les organes .

2) L'anticorps anti-nucléoprotéine ou anti-DNP (DésoxyriboNucléoProtéine) que l'on rencontre dans tous les cas de lupus érythémateux aigu disséminé, et quelquefois dans la polyarthrite rhumatoïde. Il s'agit du facteur de Haserick, responsable de la formation des cellules lupo-érythémateuses. La désoxyribonucléoprotéine est une molécule constituée d'acide désoxyribonucléique (ADN) et d'histone (variété de protéines qui est liée à l'acide désoxyribonucléique des noyaux des cellules, jouant un rôle de premier plan dans la synthèse des protéines). C'est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires chroniques dont l'origine n'est pas connue avec précision, mais qui appartient à une variété de maladies auto-immunes (le malade fabrique des anticorps contre ses propres tissus). Il touche environ 0,5% de la population (la femme 4 fois plus souvent que l'homme), et survient essentiellement entre 35 et 55 ans. Il entraîne une inflammation de la synovie (membrane tapissant l'intérieur des articulations) et la destruction progressive de l'os et du cartilage, qui survient précocement au cours des premières années. Les zones situées en dehors de l'articulation ne sont pas indemnes de lésions (ligaments, tendons, cœur et vaisseaux, muscles, poumon, foie).

Aucun commentaire pour "Anticorps antinucléaire"

Commentez l'article "Anticorps antinucléaire"