Blastomycose

Définition 

 La blastomycose est une maladie pulmonaire due à l'inhalation des spores d'un champignon le Blastomyces dermatitidis, dont la contamination s'effectue, semble-t-il, par voie respiratoire.

Généralités 

Blastomyces est un champignon très petit (microscopique) appartenant à une famille les blastomycètes. Ces champignons microscopiques sévissent essentiellement dans les deux parties du continent américain, et moins souvent en Afrique. On distingue essentiellement trois formes de blastomycose :

  • La blastomycose nord-américaine (sévit également un Afrique),  est le résultat d'une infection par blastomyces dermatidis. Les patients tombent malades à cause d'une inhalation (ils respirent le germe responsable c'est-à-dire des spores qui se trouvent dans la poussière) essentiellement. Ils peuvent également contracter la maladie par voie cutanée, c'est-à-dire à travers la peau. Il s'agit d'une maladie rare, dont l'évolution est lente mais qui peut être grave surtout en ce qui concerne sa forme disséminée. On constate dans ce cas, une maladie granulomateuse s'associant à du pus à l'intérieur des poumons. Les os et la peau, peuvent être également concernés, la peau est recouverte par une sorte de verrue.
  • La blastomycose sud-américaine, appelée également paracoccidioïdose, s'observe avant tout au Brésil. Elle est le résultat d'une infection par blastomycètes brasiliensis. Les patients contractent cette maladie par voie orale. Il s'agit d'une mycose profonde, dont l'évolution se fait sur une très longue période, entraînant l'apparition de lésions au niveau de la peau et des muqueuses, surtout autour des orifices naturels en particulier la bouche, et l'anus. L'examen des patients montre que ceux-ci présentent un gonflement des ganglions, que l'on appelle des adénopathies. Les patients peuvent également avoir des lésions profondes concernant avant tout le système digestif, les poumons, et le cerveau.
  • La blastomycose ou maladie de Lobo, celle-ci est essentiellement cutanée c'est-à-dire concerne la peau. Elle se rencontre avant tout dans en Amazonie, entraînant l'apparition d'une rétraction de la peau qui perd son élasticité, aboutissant à la formation de chéloïdes.

Classification 

On distingue plusieurs variétés de blastomycose :

  • La première forme est la blastomycose nord-américaine appelée également blastomycose pulmonaire ou maladie de Gilchrist. Il s'agit d'une mycose granulomateuse due à blastomycètes dermatidis que l'on observe de temps à autre en Amérique du Nord et en Afrique. Cette pathologie infectieuse se transmet par inhalation de spores qui sont dans la poussière, et qui sont des éléments reproducteurs de la plupart des végétaux cryptogames (algues, champignons, mousses), et d'autres micro-organismes comme les protozoaires, et les bactéries. Certains patients présentent des formes aiguës, qui se caractérisent par une atteinte de la peau et des poumons pouvant évoluer vers une dissémination et une atteinte du squelette osseux ainsi que l'appareil urinaire et génital. Le système nerveux central, est quelquefois également concerné. Les formes touchant la peau sont chroniques, c'est-à-dire s'étalant dans le temps, et se caractérisant par l'apparition de papules (légères surélévations et d'ulcères plaies plus ou moins profondes) qui s'étendent progressivement pendant de longues périodes, parfois des années. Le diagnostic de blastomycose nord-américaine, est obtenu quand on met en évidence le germe à l'intérieur du pus, des expectorations (crachats), de l'urine, et des prélèvements. Ces derniers sont examinés directement au microscope. Il est quelquefois procédé à la mise en culture. Des réactions immunologiques, telles que les réactions urologiques, d'immunodiffusion et d'immunofluorescence apparaissent positives. Il est possible également de procéder à une intradermoréaction en utilisant de la blastomycine qui se positive dès le début. Il est possible de confondre ces réactions, du moins au laboratoire, avec une autre maladie : l'histoplasmose. Le traitement de la blastomycose nord-américaine, utilise l'itraconazole sous forme de comprimés. L'amphotéricine B par voie injectable est quelquefois utilisée, en ce qui concerne les formes graves surtout chez les patients présentant une immunodépression (baisse des défenses immunitaires) comme ceux atteints du sida.
  • La deuxième forme de blastomycose, est la blastomycose sud-américaine appelée également maladie de Lutz-Splendore et Almeida due à une infection de par Paracoccidioïdes mycoses. Cette maladie infectieuse est le résultat d'une infection, également, par Paracoccidioïdes brasiliensis. Ce type de blastomycose s'observe en Amérique du Sud et en Amérique centrale, ainsi qu'au Mexique. Il s'agit d'une maladie qui est transmise par inhalation de spores, et qui se caractérise par l'apparition d'ulcérations de la peau et des muqueuses (couche de cellules recouvrant l'intérieur des organes en contact avec l'air). Les patients présentent également des ganglions lymphatiques malades, puis des viscères pathologiques. Quelquefois la maladie se généralise et évolue péjorativement, c'est-à-dire vers le décès du patient. La lésion typique de ce type d'infection, est un ulcère granuleux concernant la peau et les muqueuses, se caractérisant par la présence de petits points de coloration jaunâtre, associés à des zones blanchâtres où il est possible de mettre en évidence, grâce à un examen direct au laboratoire. Le diagnostic de blastomycose sud-américaine, fait appel aux réactions immunologiques et en particulier, pour les spécialistes en biologie, à la réaction de précipitations en immunofluorescence directe essentiellement à la phase initiale. Le traitement de cette forme de blastomycose fait appel aux kétoconazoles pendant un an. En ce qui concerne les formes graves, il faut utiliser l'amphotéricine B par voie intraveineuse.
  • La troisième forme de blastomycose est la blastomycose de Jorge Lobo. Il s'agit d'une maladie comparable aux précédentes qui est due à un autre champignon portant le nom de Loboa loboi. Cette pathologie infectieuse, se caractérise par l'apparition de nodules chéloïdiens (rétraction cutanée) dont le traitement nécessite l'utilisation de l'amphotéricine B suivie d'un sulfamide.

La blastomycose européenne porte également le nom de cryptococcose.

Aucun commentaire pour "Blastomycose"

Commentez l'article "Blastomycose"