Mutuelle santé et Sécurité sociale : comment fonctionne le remboursement des soins ?

© Pixabay

Mutuelle santé et Sécurité sociale : comment fonctionne le remboursement des soins ?

Lorsque l’on parle de santé, les termes tels que Sécurité sociale, mutuelle ou remboursement sont souvent évoqués. Ces notions revêtent une importance capitale, car elles nous concernent tous. Que vous soyez salarié, indépendant, retraité ou sans emploi, comprendre le fonctionnement du remboursement des soins est essentiel pour gérer au mieux votre budget santé. C’est là qu’interviennent les assurances et mutuelles complémentaires, qui sont des acteurs clés de la prise en charge de vos frais de santé.

Le rôle de la Sécurité sociale et le taux de remboursement

La Sécurité sociale est un acteur incontournable de votre santé. Elle intervient pour vous rembourser une partie de vos dépenses de santé, que ce soit une consultation chez votre médecin, une hospitalisation, des soins dentaires ou encore l’achat de médicaments.

Le taux de remboursement de la Sécurité sociale est défini par le tarif de base de la Sécurité sociale (TBSS). Il varie en fonction du type de soin et du secteur d’activité du médecin. Par exemple, pour une consultation chez un médecin de secteur 1 (tarif conventionné), la Sécurité sociale rembourse 70% du TBSS qui est de 25 euros. Vous êtes donc remboursé 17,50 euros, le reste étant à votre charge.

Il est important de noter que la Sécurité sociale ne prend pas en compte les honoraires libres fixés par certains professionnels de santé. Ceux-ci peuvent donc engendrer des dépassements d’honoraires qui restent intégralement à votre charge.

Le rôle des mutuelles et assurances complémentaires

Pour pallier les limites de remboursement de la Sécurité sociale, les mutuelles et assurances complémentaires sont là pour compléter la prise en charge de vos dépenses de santé.

Ces organismes remboursent le « reste à charge » après intervention de la Sécurité sociale. Il peut s’agir de la partie non remboursée du tarif de base fixé par la Sécurité sociale, mais aussi des dépassements d’honoraires, des frais de santé non pris en charge par la Sécurité sociale (optique, audiologie…) ou encore du forfait journalier hospitalier.

Le remboursement de votre mutuelle dépendra du contrat que vous avez souscrit. Certaines mutuelles proposent des remboursements à 100% du TBSS, d’autres à 200% ou même 300%. Ainsi, plus le niveau de garantie de votre mutuelle est élevé, plus vous serez remboursé.

La participation forfaitaire et la franchise médicale

La participation forfaitaire et la franchise médicale sont des montants qui restent à votre charge après intervention de la Sécurité sociale et de votre mutuelle.

La participation forfaitaire est de 1 euro pour toutes les consultations et actes médicaux réalisés par un médecin, sauf pour les enfants de moins de 18 ans, les femmes enceintes à partir du 6ème mois de grossesse et les bénéficiaires de la CMU-C. Cette participation n’est pas remboursée par la Sécurité sociale ni par la plupart des mutuelles.

La franchise médicale est un montant prélevé sur les remboursements de la Sécurité sociale pour les médicaments, les actes paramédicaux et les transports sanitaires. Elle est de 0,50 euros par boîte de médicament, de 0,50 euros par acte paramédical et de 2 euros par transport sanitaire. La franchise médicale est plafonnée à 50 euros par an et par personne.

Le ticket modérateur

Le ticket modérateur représente la part des dépenses de santé qui reste à votre charge après le remboursement de la Sécurité sociale et avant intervention de votre mutuelle. Le montant du ticket modérateur varie en fonction du type de soin et du respect du parcours de soins coordonnés.

Par exemple, pour une consultation chez un médecin de secteur 1, le ticket modérateur est de 30% du tarif de base fixé par la Sécurité sociale, soit 7,50 euros (30% de 25 euros). Si vous avez une mutuelle, celle-ci rembourse généralement le ticket modérateur.

Le tiers payant

Le tiers payant est un dispositif qui vous permet de ne pas avancer les frais de santé. Vous n’avez donc pas à débourser le montant de la consultation ou des soins. Ce sont la Sécurité sociale et votre mutuelle qui paient directement les professionnels de santé.

Le tiers payant peut être total ou partiel. Si le tiers payant est total, vous n’avez rien à payer. Si le tiers payant est partiel, vous devez régler la part des dépenses non couvertes par la Sécurité sociale et votre mutuelle.

Les dépassements d’honoraires

Il est fréquent que certains professionnels de santé, notamment ceux qui sont classifiés dans le secteur 2 de la Sécurité sociale, pratiquent des dépassements d’honoraires. Ces dépassements peuvent considérablement augmenter la part des dépenses de santé laissée à votre charge après le remboursement de l’assurance maladie.

Les professionnels de santé du secteur 2 sont autorisés à fixer leurs tarifs librement, ce qui signifie qu’ils peuvent facturer leurs prestations au-delà du tarif conventionné fixé par la Sécurité sociale. Par exemple, un médecin spécialiste du secteur 2 peut facturer une consultation à 50 euros au lieu de 25 euros, le tarif de base de la Sécurité sociale. Dans ce cas, l’assurance maladie vous remboursera sur la base du tarif conventionné, soit 70% de 25 euros, ce qui représente 17,50 euros. La différence, soit 32,50 euros, sera à votre charge.

Si vous avez souscrit une complémentaire santé ou une mutuelle santé, celle-ci pourra prendre en charge, en tout ou partie, ce dépassement d’honoraires. Le niveau de remboursement dépendra de votre contrat de mutuelle. Certaines mutuelles proposent des remboursements allant jusqu’à 300% du tarif de base de la Sécurité sociale, ce qui peut couvrir une grande partie des dépassements d’honoraires.

Il est donc important de bien choisir votre mutuelle et de comparer les niveaux de remboursement proposés, en particulier si vous consultez régulièrement des professionnels de santé pratiquant des dépassements d’honoraires.

Le parcours de soins coordonnés

Le parcours de soins coordonnés est un dispositif mis en place par l’assurance maladie pour optimiser le suivi médical des patients et maîtriser les coûts de santé. Dans ce parcours, le médecin traitant joue un rôle central : il est le pivot de votre prise en charge médicale et coordonne vos soins avec les autres professionnels de santé.

Dans le cadre du parcours de soins coordonnés, vous devez déclarer un médecin traitant à la Sécurité sociale. Ce peut être un médecin généraliste ou un spécialiste, selon votre état de santé. C’est à ce médecin que vous devrez vous adresser en premier lieu pour toute consultation. Si vous avez besoin de consulter un autre médecin (spécialiste, par exemple), votre médecin traitant devra vous y orienter par une lettre de liaison.

Respecter le parcours de soins coordonnés est essentiel pour bénéficier d’un taux de remboursement optimal de la part de la Sécurité sociale et de votre complémentaire santé. Si vous ne respectez pas ce parcours (par exemple, si vous consultez un spécialiste sans être orienté par votre médecin traitant), vos remboursements seront réduits.

Il est donc important de bien connaître et comprendre le parcours de soins coordonnés pour optimiser vos remboursements de santé.

Conclusion

Comprendre le fonctionnement du remboursement des soins par la Sécurité sociale et par les mutuelles est essentiel pour gérer efficacement votre budget santé. Il est important de connaître les bases du système de santé, comme le rôle de la Sécurité sociale, le fonctionnement des mutuelles, l’impact des dépassements d’honoraires ou encore l’importance du parcours de soins coordonnés.

En somme, être bien informé et faire les bons choix peuvent vous aider à bénéficier d’une couverture santé optimale tout en maîtrisant vos dépenses.