Certains médicaments ne sont pas compatibles avec une exposition aux UV et peuvent provoquer des réactions parfois sévères.
 

Soleil et médicaments ne font pas toujours bon ménage ...

 

Antibiotiques, anti-inflammatoires, antiseptiques, traitements contre l'acné, traitements contre les troubles du rythme cardiaque : si vous prenez un médicament de ce type, évitez les UV.

Quels sont les médicaments concernés ?
(voir plus bas la liste alphabétique)

 

  • Antibiotiques :
    • ​les cyclines : notamment Granudoxy, Tolexine, Vibramycine
    • ​les quinolones : notamment Ciflox, Noroxine, Oflocet, Peflacine, Uniflox
  • Antiacnéiques :
    • en comprimés : isotrétinoïne, notamment Curacné, Procuta
    • ​en applications locales : adapalène, notamment Différine - isotrétinoïine notamment Antibiotrex - peroxyde de benzoyle, notamment Catacnyl, Eclaran, Pannogel - trétinoïne, notamment Effederm, Erylik, Retin-A
  • ​Antiarythmiques :
    • amiodarone : notamment Cordarone
  • ​Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) :
    • en comprimés : acide tiaprofénique, notamment Surgam - diclofénac, notamment Voltarène - indométacine, notamment Indocid, Indocollyre - kétoprofène, notamment Bi-Profenid, Kétum, Profenid 
    • en applications locales : kétoprofène, notamment Kétum - piroxicam, notamment Geldène
  • ​Antiseptiques :
    • chlorhexidine, notamment Biseptine, Cutéal, Dermaspray
    • hexamidine, notamment Hexomédine
    • triclocarban, notamment Nobacter, Septivon, Solubacter

voir plus bas la liste alphabétique de tous ces médicaments

La prudence est de mise quelle que soit la forme du médicament : c'est la molécule qui réagit aux UV
On constate que sont concernés non seulement des médicaments pris par voie orale (comprimés, gélules, ...) mais également des lotions, crèmes, pommades ou collyres.

Que risque-t-on ?
Les réactions vont de simples démangeaisons ou picotements à des rougeurs ou des brûlures graves.

Qu'est-ce qui provoque ces réactions ?
C'est l'exposition aux UV qui entraîne la photosensibilisation. Il faut donc se protéger aussi quand le temps est nuageux ou derrière une vitre.
Ces précautions ne concernent donc pas que les vacanciers qui vont s'allonger sur le sable chaud, mais toutes les personnes qui prennent un médicament de ce type : il suffit de sortir de chez soi, pour aller travailler ou faire une course, pour s'exposer aux UV.

Que faut-il faire ?

  • Avant toute chose, il est probable que votre médecin vous mettra en garde des risques s'il vous prescrit un traitement photosensibilisant.
  • Si vous partez en vacances, et donc que vous augmentez les risques d'être exposé(e) aux UV, parlez-en avec lui. 
  • Si certains traitements peuvent être aménagés, voire suspendus, cela ne peut être que sur prescription médicale : il est hors de question de prendre l'initiative d'arrêter un traitement pour des troubles du rythme cardiaque par exemple.
  • Dans tous les cas, il faudra évidemment éviter autant que possible l'exposition au soleil, et se protéger avec une crème solaire à indice élevé et avec des vêtements légers.

Attention : certains médicaments restent photosensibilisants après l'arrêt du traitement. Les anti-acnéiques oraux notamment nécessitent une protection anti-UV pendant plusieurs mois après la fin du traitement.

Liste alphabétique des principaux médicaments photosensibilisants

Antibiotrex (antiacnéique – application locale)

Bi-Profenid ((anti-inflammatoire non stéroïdien - comprimés)

Biseptine (antiseptique)

Catacnyl (antiacnéique – application locale)

Ciflox (antibiotique)

Cordarone (antiarythmique)

Curacné (antiacnéique - comprimés)

Cutéal (antiseptique)

Dermaspray (antiseptique)

Différine (antiacnéique – application locale)

Eclaran (antiacnéique – application locale)

Effederm (antiacnéique – application locale)

Erylik (antiacnéique – application locale)

Geldène (anti-inflammatoire non stéroïdien – application locale)

Granudoxy (antibiotique)

Hexomédine (antiseptique)

Indocid (anti-inflammatoire non stéroïdien - comprimés)

Indocollyre (anti-inflammatoire non stéroïdien)(anti-inflammatoire non stéroïdien - collyre)

Kétum (anti-inflammatoire non stéroïdien - comprimés)

Kétum (anti-inflammatoire non stéroïdien – application locale)

Nobacter (antiseptique)

Noroxine (antibiotique)

Oflocet (antibiotique)

Pannogel (antiacnéique – application locale)

Peflacine (antibiotique)

Procuta (antiacnéique - comprimés)

Profenid ((anti-inflammatoire non stéroïdien - comprimés)

Retin-A (antiacnéique)(antiacnéique – application locale)

Septivon (antiseptique)

Solubacter (antiseptique)

Surgam (anti-inflammatoire non stéroïdien - comprimés)

Tolexine (antibiotique)

Uniflox (antibiotique)

Vibramycine (antibiotique)

Voltarène (anti-inflammatoire non stéroïdien - comprimés)

 

Lire également :

Les médicaments soignent mieux les hommes que les femmes

Piscine : un effrayant nid à microbes ?

Bébé à la plage : protection maximale de rigueur

Mélanome : 5 signes pour le reconnaître

Détecter une maladie rare grâce à une photo

 

Crédit photo : Woman with tablet - © Syda Productions - Fotolia.com

Suivant Tatouages noirs éphémères au henné : attention, danger !

Aucun commentaire pour "Soleil et médicaments ne font pas toujours bon ménage ..."

Commentez l'article "Soleil et médicaments ne font pas toujours bon ménage ..."