Syndrome Parkinsonien

Définition 

Le syndrome parkinsonien se définit comme une association de plusieurs symptômes neurologiques traduisant l'atteinte du système nerveux central et comprenant une lenteur et une rareté des mouvements (akinésie) avec une hypertonie c'est-à-dire une rigidité. À cela s'ajoute un tremblement au repos des membres. L'ensemble des signes traduisent une altération du faisceau pyramidal.

Anatomie 

Le faisceau pyramidal est une voie nerveuse principale appartenant au système nerveux central (encéphale et moelle épinière). Il est constitué d'un groupement de fibres nerveuses possédant un trajet commun, et destinées à transporter les messages moteurs volontaires (influx nerveux permettant d'obtenir un mouvement, contrairement aux messages destinés à la perception des sensations).

Il relie les cellules nerveuses de forme pyramidale contenues dans l'écorce cérébrale (substance grise du cerveau) à d'autres cellules nerveuses contenues dans la moelle épinière. Les nerfs constituant le faisceau pyramidal volontaire appartiennent à un ensemble de fibres destinées au tronc et aux membres. A partir des cellules pyramidales, ce faisceau descend vers la moelle épinière en passant par une zone du bulbe rachidien (région du système nerveux central située en avant du cervelet entre le cerveau au-dessus et la moelle épinière en dessous).

Il décusse, c'est-à-dire change de côté. Puis il se sépare à l'intérieur de la moelle épinière en 2 branches appelées cortico-spino-ventrale (trajet situé vers l'avant de la moelle épinière) et latérale (trajet situé sur les côtés de la moelle épinière).

Il se termine dans la corne antérieure de la moelle épinière appelée corne latérale (située de l'autre côté du trajet de ce faisceau).

Aucun commentaire pour "Syndrome Parkinsonien"

Commentez l'article "Syndrome Parkinsonien"