Electrocution

Généralités 

Tous les coups électriques ne présentent pas le même risque. La peau sèche est un excellent isolant (résistance importante au passage du courant électrique), contrairement à la peau humide qui est un excellent conducteur. Ce qui signifie que même pour un voltage minime, le risque d’électrocution peut être fatal dans certaines conditions.

La gravité de l’électrocution dépend de différents critères :

  • Potentiel (voltage)
  • Intensité (nombre d’ampères)
  • Résistance du corps
  • Trajet du courant
  • Durée de contact.

Le courant alternatif (courant utilisé dans la maison) est trois fois plus dangereux que le courant continu.

Épidémiologie 

Les accidents liés à l’électricité sont de plus en plus nombreux. Les décès survenant par électrocution représentent environ 1 % de l’ensemble des décès par accident. Environ 60 % des accidents mortels dus à l’électricité touchent des hommes de 20 à 34 ans. L’électrocution atteint essentiellement les individus travaillant avec du courant de haute tension, puis les travailleurs du bâtiment. En ce qui concerne les accidents de basse tension, ils surviennent essentiellement à domicile et touchent les jeunes enfants.

Classification 

Electrocution par la foudre (ou fulguration)
Action de la foudre sur le corps des animaux et celui de l’homme (la foudre étant la décharge électrique intense qui a lieu pendant un orage, s’accompagnant d’un éclair et d’une violente détonation : le tonnerre).
Sous un nuage, les charges électriques sont négatives par rapport à la surface de la terre où elles sont positives. On appelle ceci une différence de potentiel. Entre les deux, la couche d’air constitue une isolation qui s’atténue progressivement et entraîne une décharge électrique sous la forme d’un éclair, la foudre. Celle-ci peut frapper suivant plusieurs modes : coup direct, potentiel d’enjambement, phénomène de flash, flash latéral.

1) La foudre est susceptible de frapper et de traverser un individu sous la forme d’un coup direct, entraînant au niveau de l’organisme un influx majeur de courant électrique brutal. Ce type de fulguration est le plus grave des accidents, il est favorisé par les objets en métal que porte la victime pendant un orage (parapluie, outil, accessoires de sport,...).

2) Le potentiel d’enjambement provient du fait que l’éclair frappe d’abord le sol à proximité de la victime, dont l’un des 2 pieds au contact du sol est plus proche que l’autre du point d’impact. Dans ce cas, entre les deux jambes de la victime, existe potentiel dangereux (différence de charge électrique). L’éclair est susceptible de pénétrer dans une jambe et dans l’appareil circulatoire, puis de ressortir par l’autre jambe. Cette variété de fulguration peut atteindre plusieurs personnes à la fois.

3) Le flash latéral se produit quand l’éclair jaillit d’une structure proche de la victime (arbre, bâtiment, autres personnes).

4) D’autre part, si la personne est mouillée (par la pluie ou la transpiration, entre autres), la décharge électrique circule à l’extérieur du corps, favorisée par l’humidification des vêtements : on parle alors de flash.

Les différences de charges constituant un éclair peuvent aller de 3 000 000 à 200 000 000 de volts et l’intensité (quantité de courant passant par seconde) est susceptible d’être d’une grandeur allant de 2000 à 3000 ampères. Même si l’exposition des victimes à la foudre est très brève (quelques millièmes de secondes), les lésions survenant lors de la fulguration sont les mêmes que celles dues à une électrocution classique.

Aucun commentaire pour "Electrocution"

Commentez l'article "Electrocution"