Mélancolie (définition psychiatrique)

Grec : mégas, anos : noir et kholê : bile.

Définition 

Le terme mélancolie est utilisé en psychiatrie pour désigner, non pas pas une tristesse vague sans cause définie, mais une psychose qui survient par épisodes, et se caractérisant par, comme le précise Griesinger : « l'existence morbide d'une émotion pénible, dépressive, qui domine le sujet». La mélancolie aboutit progressivement à la baisse des capacités cognitives (facultés intellectuelles).

Classification 

L'autoaccusation est la revendication de fautes imaginaires par rapport à la réalité. Il s'agit d'une exagération qui s'accompagne d'une douleur morale que le patient extériorise à l'aide d'un complexe de culpabilité susceptible d'être apaisé, calmé par une expiation masochiste. L'autoaccusation est l'un des principaux symptômes de la mélancolie. Elle aboutit parfois au suicide, ou à l'automutilation. Il s'agit d'un symptôme qui survient chez les patients atteints de comitialité (crise d'épilepsie) ou encore chez un sujet souffrant d'intoxication alcoolique.

L'automutilation est une blessure d'une partie du corps, exécutée par le patient lui-même. Il s'agit d'un comportement que les psychiatres considèrent comme une équivalence suicidaire, avec une connotation auto-punitive survenant chez certains patients mélancoliques, ou au cours d'un délire mystique.

Parfois, l'automutilation, est la seule façon, pour le patient, d'exprimer certains arriérés (appartenant au passé). Comme pour l'autoaccusation, l'automutilation révèle quelquefois un désir masochiste de châtiment, s'accompagnant d'une culpabilité sous-jacente. Les blessures concernent essentiellement les organes génitaux, les yeux et les mains. En ce qui concerne l'enfant autistique, et les patients schizophrènes, l'automutilation est quelquefois en rapport avec des altérations du schéma corporel

 

Aucun commentaire pour "Mélancolie (définition psychiatrique)"

Commentez l'article "Mélancolie (définition psychiatrique)"