Dépistage : bientôt un seul test pour 3 cancers ?

Le test de dépistage du cancer du col de l'utérus, utilisé avec succès depuis de nombreuses années, pourrait permettre de détecter 2 autres types de cancer : le cancer de l'endomètre (ou corps de l'utérus), et le cancer de l'ovaire.

C'est le résultat d'une étude clinique pilote réalisée à l'Université Johns Hopkins (Etats-Unis).

Le Pap (du nom de son inventeur Papanicolaou) permet depuis de nombreuses années de dépister le cancer du col de l'utérus par simple observation microscopique de cellules prélevées lors d'un frottis cervico-vaginal.
Pour la 1ère fois, les chercheurs ont découvert dans les frottis du col de l'utérus des marqueurs génétiques de 2 autres cancers : le cancer de l'endomètre, particulièrement meurtrier car le plus souvent découvert à un stade avancé, et le cancer de l'ovaire.

Une avancée rendue possible par le séquençage génomique

Le séquençage génomique permet de distinguer l'ADN des cellules cancéreuses de celui des cellules saines.
L'équipe du Professeur Luis Diaz a émis l'hypothèse que dans un frottis prélevant de la glaire cervicale pouvaient aussi se trouver des cellules provenant de l'endomètre et des ovaires. Et donc, en cas de cancer, des cellules cancéreuses provenant de ces organes. Le séquençage génomique permettant de les distinguer des cellules saines, les scientifiques ont donc décidé de chercher dans ces prélèvements des cellules porteuses des modifications génétiques les plus fréquentes spécifiques du cancer de l'endomètre et du cancer de l'ovaire.
Ils ont observé les cellules de frottis de femmes qu'ils savaient atteintes d'un de ces 2 cancers et le résultat a été probant : le test a permis de détecter ces cellules cancéreuses tant à un stade avancé qu'à un stade précoce pour 100% des cancers de l'endomètre, et 41% des cancers de l'ovaire.

Des études plus étendues, menées sur des femmes qui semblent en bonne santé, seront nécessaires avant de pouvoir généraliser ce nouveau test génétique, baptisé PapGene.

Ce résultat est d'autant plus important qu'à aujourd'ui, aucun test de routine ne permet de dépister le cancer de l'endomètre et le cancer de l'ovaire.

"Notre approche de séquençage génomique pourrait avoir le potentiel de détecter ces cancers à grande échelle et de façon peu coûteuse", souligne le Dr Diaz.

Un test simple et peu coûteux qui pourrait sauver de nombreuses vies.

Suivant Pilule de 3ème génération : un numéro vert pour poser vos questions

Aucun commentaire pour "Dépistage : bientôt un seul test pour 3 cancers ?"

Commentez l'article "Dépistage : bientôt un seul test pour 3 cancers ?"