Grippe aviaire

Définition 

La grippe aviaire se caractérise par le fait qu'elle concerne essentiellement les individus jeunes et surtout qu'elle entraîne une mortalité particulièrement élevée puisque tournant autour de 60 %.

Épidémiologie 

Le virus de la grippe aviaire est susceptible d'affecter l'ensemble des oiseaux, sauvages ou domestiques. Pour le grand public, les oiseaux concernés sont avant tout le poulet et le canard qui, lui, pourrait jouer un rôle de réservoir, c'est-à-dire contenir des virus susceptibles d'être transmis à d'autres animaux. D'autre part, le canard pourrait également transmettre la maladie vers les volailles. Il semblerait que ce virus soit également capable d'affecter certains mammifères comme le léopard et le tigre entre autres.

La transmission de ce virus se fait par contacts fréquents et prolongés. Ce sont avant tout les sécrétions provenant de l'appareil respiratoire et de l'appareil digestif des volailles qui transmettent la grippe aviaire. Il est également nécessaire de signaler que la transmission entre personnes humaines semble possible puisque celle-ci a été rapportée dans quelques études (New England J Med).

Historique 

La première épidémie de grippe aviaire a eu lieu à Hong Kong en 1997. Elle était le résultat d'affection liée à un virus de type H5N1. Cette épidémie a concerné 18 personnes dont 6 sont décédées.
En 2003, toujours dans la même région, est survenue une nouvelle épidémie aboutissant au décès d'un enfant. Toujours en 2003, mais cette fois-ci aux Pays-Bas, 89 personnes ont été concernées toujours par le virus de la grippe aviaire de type H7N7. Au cours de cette épidémie, une seule personne est décédée.
En 2004, à nouveau en Asie de l'Est et du sud-est, une nouvelle épidémie apparaît avec le même type de virus que celle qui avait eu lieu à Hong Kong en 1997, c'est-à-dire le dire de la grippe aviaire A de type H5N1. Sur 79 personnes concernées, le nombre de décès a été beaucoup plus élevé : 49.

Classification 

On distingue trois genres de virus de la grippe (influenza virus) de type A B et C.

Le virus de la grippe est recouvert d'antigène, c'est-à-dire de structure constituée de protéines considérées comme étrangères par l'organisme. Il s'agit des hémagglutinines et des neuraminidases. On distingue 15 hémagglutinines différentes, ou plus précisément 15 antigènes hémagglutiniques et 9 antigènes neuraminidiques. Les lettres H. et N désignent respectivement le numéro de l'hémagglutinine et celui de la neuraminidase. Ainsi, le virus de la grippe aviaire ayant entraîné, à Hong Kong en 1997, la première épidémie de grippe aviaire été le virus aviaire A H5N1. En masse, le virus était donc constitué de l'hémagglutinine numéro 5 et de la neuraminidase numéro 1.

Parmi les sous-types les plus dangereux (pathogènes) pour la volaille, il faut citer le sous-type H5 et le sous-type H7.

Aucun commentaire pour "Grippe aviaire"

Commentez l'article "Grippe aviaire"