Desquamation

Latin : a:privatif, et squama : écaille.

Définition 

Exfoliation de l'épiderme sous forme de squames, qui sont des petits lambeaux (plaques) de peau plus ou moins importants, ressemblant à des pellicules. Cette exfoliation intervient sous forme de poudre (pulvérulente) ou de plaques plus ou moins étendues. À l'image de la chute des parties mortes de l'écorce d'un arbre, le terme d'exfoliation est quelquefois employé en dermatologie : il désigne la destruction des couches superficielles de l'épiderme (couche superficielle de la peau située au-dessus du derme).

Classification 

Plusieurs maladies infectieuses, survenant généralement au début de la vie, s'accompagnent de desquamation. Il peut s'agir (entre autres) de la scarlatine, de la roséole, de la rougeole. En ce qui concerne la rougeole, on parle plus précisément de desquamation furfuracée (qui ressemble à du son). Au cours de la rougeole, on constate le signe de Comby (en anglais : Comby's sign) qui correspond à une inflammation de la langue (stomatite) de nature érythémato-pultacée (rouge recouverte d'un enduit blanc grisâtre). Cette inflammation est observée dans plusieurs maladies survenant relativement rapidement au cours de la période prodromique de la maladie. Les prodromes sont les signes précédent l'apparition d'une maladie, le plus souvent ce sont des malaises. Autrement dit, il s'agit de symptômes qui marquent le début d'une maladie. Les gencives sont également de couleur rouge, augmentées de volume (hypertrophiques) et recouvertes d'un enduit blanc grisâtre secondaire à la desquamation épithéliale.La grande abondance du smegma (substance blanchâtre que l'on trouve chez l'homme après une période de quelques jours sans soins hygiéniques dans le sillon balano-préputial, c'est-à-dire la petite vallée située entre le gland et le corps du pénis proprement dit) est liée à un excès de desquamation des cellules constituant la muqueuse à ce niveau.La xérodermie (terme issu du grec xêros : sec, aride, et derma : peau - en anglais : xeroderma) correspond une variété d'ichtyose au cours de laquelle la peau apparaît sèche et subit une desquamation pulvérulente (sous forme de poudre). Les ichtyoses sont le résultat d'un épaississement de la couche cornée de l'épiderme (voir ci-après).L'ichthyose (terme issu du grec ikhthus : poisson) est une maladie de peau se caractérisant par une sécheresse importante et la présence de squames (écailles de peau) très fines dont les bords sont libres, ressemblant à des écailles de poisson, ce qui donne à la peau un aspect rêche. Cette maladie se transmet suivant le mode dominant (il suffit qu'un des parents présente l'anomalie génétique pour que l'enfant ait la maladie) ou suivant sur le mode récessif (il est nécessaire que les deux parents portent l'anomalie génétique pour que l'enfant ait la maladie).La kératose pilaire est une forme d'ichtyose. L'hyperkératose ichtyosiforme de Darier également.La dermatite exfoliatrice des nouveau-nés de Ritter, étudiée pour la première fois en 1879 (en anglais : Ritter's disease) est appelée également de maladie de Ritter von Rittershain. Il s'agit d'une dermatose (maladie cutanée) à type d'érythrodermie (coloration rouge de la peau) qui débute lors des premières semaines de la vie par l'apparition de bulles qui se localisent au visage et autour de la bouche. Par la suite, surgit une coloration rouge envahissant l'ensemble du corps, associée à une desquamation sèche et une hyperthermie (élévation de la température). L'évolution de cette affection est péjorative pour un malade sur deux.L'érythrodermie (terme issu du grec éruthros : rouge, et derma : peau - en anglais : erythroderma) est appelée également dermatitis exfoliativa de Wilson, herpétides exfoliatrices de Bazin, pityriasis rubra de Willan. Il s'agit d'un ensemble de symptômes se caractérisant par la présence d'une rougeur due à une inflammation de la peau généralisée ou très étendue s'accompagnant d'une exfoliation (desquamation) apparaissant en même temps que l'érythème. On décrit plusieurs variétés de cette affection : l'érythème scarlatiniforme qui évolue comme une maladie infectieuse aiguë et guérit en 15 ou 20 jours, la dermatite exfoliative généralisée subaiguë ou chronique de type Wilson Brocq se caractérisant par une importante desquamation associée à l'altération de l'état général du patient, par son évolution traînante, parfois très péjorative. Le pityriasis rubra de Hebra, affection rare, évoluant progressivement vers un état général catastrophique (cachexie) et une augmentation de l'épaisseur de la peau qui perd son élasticité et se rétracte pour ensuite s'atrophier, se fissurer. L'érythrodermie vésiculo-cedémateuse de Milian, décrite en 1910, s'accompagne d'une élévation de la température (forme fébrile) avec des démangeaisons (prurit). Au cours de cette affection la peau est infiltrée de liquide (sérosité) et se couvre de très nombreuses petites vésicules. Il existe un risque de surinfection. Enfin l'érythrodermie est susceptible d'apparaître à la suite d'une autre dermatose telle que l'eczéma ou un psoriasis entre autres. Elle peut également apparaître sur une peau saine à la suite d'une érythrodermie de type hématodermie ou à la suite d'une prise médicamenteuse comme les sels d'or ou certains antibiotiques. Une pathologie infectieuse par le streptocoque est également susceptible d'entraîner une érythrodermie.Le hodi-posty, appelé également tinea flava de Castellani et Chalmers, achromie parasitaire du visage et du cou, survient essentiellement l'été et correspond à une dermatose liée à la présence d'une mycose (champignon) appelée dermatomycose. Cette pathologie s'observe essentiellement à Madagascar et est due à l'hormodendrum fontoynonti. Elle se caractérise par la présence d'une desquamation associée à un dépôt blanchâtre tirant sur le gris en opposition avec la couleur sombre de la peau.Le mélasme (terme issu du grec mélos : noir - en anglais : melasma) correspond à la présence de deux couleurs sombres (tirant sur le noir) s'observant chez certains vieillards, particulièrement aux membres inférieurs. Le mélasme est dû à une coloration anormale de l'épiderme. Son évolution se fait vers une desquamation furfuracée (de couleur blanc tirant sur le gris).Les desquamations peuvent également intervenir à l'intérieur de l'organisme et pas uniquement à l'extérieur (sur la peau ou les muqueuses). Ainsi, dans certaines otites on constate une inflammation du conduit auditif externe avec desquamation (de Hartmann). On parle alors d'otite externa desquamativa, appelée également kératose obturante de Wreden. Certaines affections de ce type, siégeant l'intérieur du conduit auditif externe et du tympan, sont à l'origine d'une desquamation importante et de la formation de bouchons épidermiques profonds susceptibles d'adhérer aux parois et de diminuer l'acuité auditive entraînant une surdité.La pneumonite de Adams correspond à une pathologie de l'appareil respiratoire à type de pneumopathie congénitale touchant le fœtus et le prématuré. Cette pathologie, sans doute liée à un virus, survient quelquefois sous forme d'épidémie et se caractérise par la multiplication et la desquamation importante de l'épithélium tapissant l'intérieur des bronches, s'associant à une infiltration du pourtour des bronches et du tissu interstitiel (tissu situé entre les alvéoles pulmonaires), de cellules que les spécialistes nomment mononucléaires à inclusions cytoplasmiques acidophiles.L'auride (terme issu du latin aurum : or - en anglais : auride) est le terme utilisé par les dermatologues pour qualifier les accidents cutanés à type d'éruptions variées accompagnées d'érythèmes (rougeurs locales) et d'exfoliation apparaissant au cours du traitement par les sels d'or : la chrysothérapie.L'exfoliation des lamelles du nouveau-né (desquamation collodionnée), appelée également bébé collodion, correspondant à une sorte de desquamation s'observant très rarement chez le nouveau-né et se caractérisant par une importante surface recouverte de squames de taille minuscule qui rappellent celle des lamelles de collodion sec. Les squames finissent par tomber au bout de quelques jours et font entrer cette dermatose dans le cadre des états ichtyosiformes congénitaux. Cette maladie de peau se caractérise par une sécheresse importante et la présence de squames (écailles de peau) très fines dont les bords sont libres, ressemblant à des écailles de poisson, ce qui donne à la peau un aspect rêche. Cette affection se transmet suivant le mode dominant (il suffit qu'un des parents présente l'anomalie génétique pour que l'enfant ait la maladie). Elle peut également se transmettre sur le mode récessif (il est nécessaire que les deux parents portent l'anomalie génétique pour que l'enfant ait la maladie).

Forum : discussions concernant "Desquamation"

  • Desquamation au niveau de l'aisne chez l'homme, pityriasis ? ... les plis de l'aisne, de part et d'autre de l'entre jambe. Desquamation tres importante de couleur jaune, rougeur desoous la desquamation, pourtour de la zone durcie et dessechee de couleur plus sombre ...
  • desquamation ... Comment traiter une "desquamation " au niveau du crâne qui entraîne une perte de ...
  • desquamation de la muqueuse intestinale ... négative,la laborantine m'a dit que c'était une sorte de désquamation de la muqueuse intestinale avec présence d'hématies. Elle ne ...
  • desquamation du gland ... de 3x1gramme pendant 8 jours , je constate une desquamation du gland est ce normale dois je recourir à un traitement ...
  • desquamation légére ... temps (deux semaines environ), j'ai pu constaté unesorte de desquamation sur la jambe gauche, qui n'est pas accompagnée de démangeaisons ...
Lancez une discussion sur le forum
Autres articles sur le sujet "Desquamation"

Aucun commentaire pour "Desquamation"

Commentez l'article "Desquamation"