Bien qu'il n’existe pas d’aliments anti-cancer à proprement parler, la nutrition et la diététique jouent un rôle primordial dans la prévention de certains cancers.

Alimentation et cancer

L’incidence des cancers en France a doublé en 25 ans. Ceci ne s’explique pas seulement par l'augmentation de la population et son vieillissement mais aussi par une exposition accrue aux facteurs de risques, dont certains peuvent néanmoins être réduits voire même évités.

Les facteurs de risques peuvent être de plusieurs origines :

  • caractéristiques personnelles : sexe, âge, génétique (il a récemment été prouvé que l’apparition de certains cancers est liée à l’expression de certains gènes) et statut hormonal, notamment chez la femme
  • caractéristiques comportementales : consommation de tabac, d’alcool, mauvaise hygiène alimentaire
  • caractéristiques environnementales : pollution, présence de pesticides et d’engrais dans l’eau ou les fruits et légumes.

S’il est difficile voire impossible de limiter les caractéristiques environnementales et personnelles, nous pouvons intervenir sur les caractéristiques comportementales.

Une expertise scientifique a établi que l’alimentation pouvait être aussi bien un facteur protecteur qu'un facteur de risque quant à l’apparition de certains cancers.
Le rapport d’expertise « Nutrition et prévention primaire des cancers «  publié en 2007 par le Fonds Mondial de Recherche contre le Cancer et l’Institut américain de Recherches sur le Cancer, fait aujourd’hui référence. Selon ces institutions, la mise en œuvre de certaines recommandations nutritionnelles permettrait d’éviter près d’un tiers des 12 cancers les plus fréquents dans les pays développés.

En France, l’Institut National du Cancer et l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (Anses) ont réalisé une expertise sur les facteurs nutritionnels pertinents en termes d’exposition dans le cadre de la prévention alimentaire contre le cancer. Divers facteurs ont ainsi pu être identifiés avec des preuves convaincantes démontrant que la surexposition ou la sous-exposition à  certains aliments avait un impact sur l’augmentation ou la réduction de risques de cancers.
Ainsi, les boissons alcoolisées, le surpoids, l’obésité, l’excès de viande rouge et de charcuterie, l’excès de sels et d’aliments salés et de compléments alimentaires à base de bêta-carotène sont associés à un risque accru de cancer.
À l’inverse, l’activité physique, la consommation de fruits et légumes et d’aliments contenant des fibres, et l’allaitement sont associés à une réduction du risque de cancer.

A la suite de ce constat, on peut dégager trois recommandations nutritionnelles pour la prévention de cancers primaires :

  1. avoir une alimentation équilibrée et variée
  2. pratiquer une activité physique régulière si l’état de santé le permet
  3. réduire voire supprimer la consommation d’alcool.

En ce qui concerne les récidives de cancers, peu d’études ont été faites, mais on peut cependant dégager deux recommandations :

  • la surcharge pondérale est un facteur de risque en cas de récidives de cancer du sein chez la femme
  • en limitant la consommation d’alcool, on peut réduire le risque de récidive de cancer des voies aéro-digestives.

Effet préventif de l’alimentation en fonction du type de cancer

Certaines études démontrent que l’alimentation ne joue pas le même rôle selon le type de cancer.
Voici quelques exemples de cancers et de leurs aliments protecteurs :

Cancer du poumon

Le cancer du poumon touche environ 40 000 personnes en France, c’est la première cause de mortalité par cancer.
Le tabagisme actif est la cause de 90% des cas. Il est donc évident que la principale prévention contre le cancer du poumon est l’arrêt du tabac.
La survenue du cancer est en légère diminution chez l’homme et en augmentation chez la femme (+ 78% de femmes de 45 à 64 ans entre 2000 et 2008).
L’alimentation peut dans une certaine mesure réduire ce risque et être utile chez les personnes n’arrivant pas à se sevrer.

Les aliments ont essentiellement un rôle détoxifiant, antioxydant et ils neutralisent les radicaux libres produits par le tabac.

Selon une étude européenne, chez les fumeurs, une consommation quotidienne de 100g supplémentaires de légumes réduit de 22%  la survenue de cancer du poumon.
En ce qui concerne la consommation de fruits, elle réduit la survenue de 8%.

  • Aliments protecteurs

3 fruits et légumes sont particulièrement protecteurs :

- les carottes : alpha et béta carotène, vitamines C et E interviennent sans aucun doute dans la protection. La protection est plus importante quand ces composés sont consommés ensemble que séparément. Ainsi consommer des carottes crues a un effet plus protecteur que de prendre des compléments alimentaires.

- les crucifères (choux, brocolis, radis, cresson, roquette, etc) font partie des aliments ayant un effet bénéfique. Les isothiocyanates (substances anti-cancéreuses présentes dans les crucifères), les vitamines C et E sont les principes actifs impliqués dans la protection chez les crucifères.

- les pommes auraient un effet protecteur en lien avec un antioxydant de la famille des flavonoïdes : la quercitine.

Les nutriments protecteurs trouvés dans l’ensemble de l’alimentation sont : les caroténoïdes alimentaires mais pas en compléments (le bêta-carotènes en complément peut favoriser l’apparition de cancer, notamment celui du poumon chez les fumeurs), les flavonoïdes, les vitamines E et C de sources alimentaires seulement.

Cancer du côlon et du rectum

Le cancer colorectal a touché en 2011 plus de 40 000 personnes. C’est le troisième cancer en fréquence. La survenue de nouveaux cas est stable en France et le taux de mortalité est en baisse. La promotion de la consommation de fruits et de légumes et la lutte contre le surpoids entre autres sont au programme du Plan National Nutrition Santé. Les autorités ont mis en place un programme de dépistage pour les personnes âgées de 50 à 74 ans et ce tous les deux ans. Ce programme permet un dépistage précoce de la maladie, car plus la prise en charge est précoce plus le taux de survie est important.

  • Aliments protecteurs

Les fruits et les légumes réduisent le risque de cancer colorectal, notamment sa partie principale, le rectum. Inversement, une faible consommation peut favoriser la survenue de cancer
Même consommés en faible quantité, les fruits et légumes ont un effet protecteur. Les végétaux verts, les crucifères, les légumineuses et les oignons sont souvent indiqués comme éléments protecteurs.

En consommant 800g de fruits et de légumes par jour, on réduit le risque de cancer rectal de 25% par rapport à une consommation de 200g.
Leur contenu en vitamines C, E, B9, en bêta-carotène et en fibres est à l’origine de ces bienfaits.

Notons que les autres nutriments bénéfiques sont le calcium et la vitamine D pris en compléments alimentaires, ainsi que les vitamines B6 et B9 et le magnésium en source alimentaire.

  • Aliments constituant un facteur de risque

Une consommation de 2 à 3 verres d’alcool par jour et une consommation trop importante de viande rouge et de charcuterie favorisent la survenue du cancer colorectal.

Cancer du sein

Le cancer du sein est le premier cancer de la femme avec environ 53 000 nouveaux cas par an. Sa mortalité est en diminution, grâce au dépistage précoce et à l’amélioration des traitements.

  • Aliments protecteurs

De nombreuses études démontrent un effet protecteur des fruits et des légumes. Même lorsque le diagnostic est posé, la consommation abondante de fruits et de légumes diminue le risque d’évolution défavorable de ce cancer : des femmes suivies jusqu’à 7 ans après le diagnostic ont réduit leur taux de mortalité de moitié.
Les crucifères, les flavonoïdes des fruits et des légumes semblent précisément associés à ces effets.

Les nutriments ayant un effet protecteur sont le calcium, la vitamine D et les caroténoïdes alimentaires.

En ce qui concerne la consommation de soja, les études divergent quant à son implication dans la survenue ou la protection de ce cancer.

  • Aliments constituant un facteur de risque

Ce cancer est favorisé par la consommation élevée de viande rouge et une consommation d’alcool même modérée.
Le surpoids semble également intervenir dans la survenue de cette maladie.

Liste alphabétique des crucifères

  • brocoli
  • chou
  • chou de Bruxelles
  • chou chinois
  • chou frisé
  • chou-fleur
  • chou-rave
  • colza
  • cresson
  • moutarde
  • navet
  • radis
  • raifort
  • roquette
  • rutabaga

Attention
Même si certains aliments et composés alimentaires peuvent avoir un effet protecteur sur certains cancer, ils ne se substituent en aucun cas aux traitements lorsque le diagnostic du cancer est posé.
Ces aliments ne soignent pas le cancer. 

Crédit photo : fresh organic vegetables - ©suzanam - Fotolia.com
 

Suivant Cholestérol : conseils diététiques pour réduire l'hypercholestérolémie

Aucun commentaire pour "Alimentation et cancer"

Commentez l'article "Alimentation et cancer"