Mal des montagnes

On appelle mal des montagnes un ensemble de troubles apparaissant en altitude. Une personne peu accoutumée à l'altitude peut ressentir le mal des montagnes dès 2000 mètres.

Le mal des montagnes est provoqué en altitude par la baisse de la pression atmosphérique et l'appauvrissement de l'air en oxygène. Les troubles sont aggravés par l'air sec, le vent, le soleil, une ascension trop rapide, la fatigue, le manque de sommeil.

Degrés de gravité 

Le mal des montagnes impose la consultation d'un médecin dans les heures qui suivent.
L'appel des secours (SAMU, pompiers) est parfois nécessaire.

Signes 

D’abord :

  • maux de tête survenant brutalement, souvent localisés au front
  • impression de pulsations
  • bourdonnements d'oreille
  • faiblesse musculaire
  • étourdissement
  • nausées
  • insomnie

Puis :

  • pouls accéléré
  • essoufflement même au repos
  • oedème (gonflement) autour des yeux, des doigts et des chevilles
  • diminution de la quantité d'urine émise

Enfin :

  • désorientation dans le temps et dans l'espace
  • euphorie
  • somnolence pouvant aller jusqu'au coma profond

 

Que faire ? 

Dès les premiers signes :

  • s'arrêter immédiatement
  • prendre 1 g d'aspirine (pour l'adulte)
  • boire au moins 1 litre
  • attendre que les signes régressent pour redescendre progressivement

Si les signes persistent ou s'aggravent :

  • aider la victime à descendre rapidement à une altitude plus basse

 

Comment l'éviter ? 

  • Il faut permettre à l'organisme de s'habituer à l'altitude : ceci demande plusieurs jours avant une ascension importante.
  • Ne pas monter plus de 400 mètres d'altitude par jour
  • Toujours redescendre un peu pour dormir
  • Boire avant d'avoir soif
  • Manger avant d'avoir faim
  • S'arrêter aux premiers signes de mal des montagnes

Avant de partir :

  • Faire un bilan médical d'aptitude
  • Prévoir des moyens de communication

Aucun commentaire pour "Mal des montagnes"

Commentez l'article "Mal des montagnes"

Exprimez vous !