Vipère (morsure de) précautions et premiers soins

Voir également sérum antivenimeux, thermolabilité, coagulation intravasculaire disséminée.

La vipère est un serpent venimeux de 30 cm à 1,80 m de long dont le corps est épais et la tête triangulaire. En France on distingue deux espèces : la vipère aspic (Vipera aspis) et la vipère péliade (Vipera berus). Les longs crochets venimeux, repliés en arrière quand la gueule est fermée, sont quelquefois à l'origine de morsures qui ne sont pas toujours suivies d'envenimation qui quand c'est le cas est responsable de symptomatologie (douleurs etc.).

Les vipereaux sont venimeux dès leur naissance. La couleur de vipère est le plus souvent souvent sombre mais elle varie selon le milieu où elle évolue. Ainsi la vipère des déserts est jaune. La vipère des forêts est bariolée.
D'autre part, il est nécessaire de savoir que la vipère est un bon nageur.

Il existe plusieurs variétés de vipère (liste non exhaustive) :
La vipère aspic (Vipera aspis)
La vipère des pyramides (genre echis)
La vipère heurtante (genre bitis)
La vipère du pays basque ( Vipera seoanei)
La vipère péliade (Vipera berus)
La vipère de Provence Alpes Côte d'Azur (viper
a ursinii dont il existe 15 populations)

Symptômes
La gravité des symptômes observés est très variable et dépend de nombreux facteurs (âge, espèce et état de santé de la vipère (en ce qui concerne l'animal), et en ce qui concerne la victime : le nombre, la localisation de la ou des morsures.

Ce qu'il faut faire
Rassurer la victime
Mettre la victime en position allongée au repos complet
Évacuer la victime par un service d'aide médicale d'urgence vers l'hôpital le plus proche
Nettoyer et désinfecter la plaie à l'aide d'une solution antiseptique (Bétadine, eau oxygénée). Il est nécessaire de signaler que l'alcool doit être évité ainsi que l'éther. En effet, ces produits sont inefficaces quand il existe une suspicion d'infection par des bactéries présentes dans la gueule du serpent. D'autre part , ces produits favorisent la diffusion du venin.
Il est nécessaire de retirer les bagues, les bracelets, de façon à ne pas créer un garrot supplémentaire en présence d'un oedème (collection de liquide sous la peau)
Mise en place d'un bandage souple qui ne doit pas être serré (il faut pouvoir passer un doigt entre la peau et la bande). Celui-ci doit être exécuté en partant de la racine du membre vers l'extrémité ce qui a pour effet de bloquer la circulation lymphatique. Le venin empreinte la circulation pour se propager dans tout l'organisme.
La pose d'une attelle est quelquefois utile de façon à provoquer une mobilisation du membre contribuant ainsi à soulager la douleur.
L'application de glace ne doit pas être fait directement sur la peau mais par l'intermédiaire d'un linge au niveau de la zone mordue. La glace possède un effet antalgique (antidouleur) immédiat et freine l'apparition d'un oedème.
Avant le départ de l'équipe médicale, quand il y a eu des témoins, il est nécessaire de rapporter un maximum de renseignements sur les circonstances de la morsure, l'aspect du serpent, l'évolution depuis l'incident. Ces données vont permettre de faire l'évaluation de la gravité d'envenimation et ainsi d'adapter le traitement dans un service spécialisé à l'hôpital.
Utilisation de du sérum antivenimeux antivipérin est contrairement à ce que l'on pense, efficace par voie intraveineuse et non pas par voie sous-cutanée (sous la peau) ou intradermique (sous-cutanée profonde). L'antvenin viperfav a obtenu l'autorisation de mise sur le marché (AMM) pour le traitement des envenimations de grade 2 et 3. Ce traitement ne se pratique qu'à l'hôpital.

Ce qu'il ne faut pas faire
Ne pas mettre de garrot ou de tourniquet qui bloque la circulation sanguine et qui peut éventuellement entraîner une nécrose (destruction des tissus) d'origine vasculaire.

Inciser le la plaie. En effet ce geste et à l'origine d'une augmentation de la surface de contact entre le venin et les tissus de l'organisme. D'autre part, il existe un risque de destruction localement des tissus (nécrose) et surtout de surinfection.

Il est classique d'utiliser la thermolabilité destruction à la chaleur) d'un venin en approchant de la morsure, l'extrémité d'une cigarette incandescente entre autres. En fait, ce geste de cautérisation et douloureux et quelquefois dangereux, il faut donc s'en abstenir.

L'absorption de boissons susceptibles d'accélérer le rythme cardiaque, thé, café, alcool, excitant etc. est formellement contre-indiquée.

L'utilisation d'un antitoxique (sérum antivenimeux) est là aussi contre-indiquée contrairement aux idées reçues, en dehors d'un service hospitalier ou de la présence d'une équipe médicale. En effet le risque de d'allergie est important vis-à-vis du produit injecté.

La succion de la plaie (tel qu'on peut le voir dans les westerns) est également contre-indiqué même si ce geste est très spectaculaire. En effet le venin étant injecté dans l'hypoderme, l'aspiration est largement insuffisante. De plus si le sauveteur présente une lésion de la bouche, ce geste peut s'avérer dangereux pour lui. L'utilisation d'un " aspirateur de venin " vendu en pharmacie s'avère donc pour cette raison, insuffisant.

L'utilisation de cortisone et d'héparine localement (douloureuse) n'a jamais fait la preuve de son efficacité en cas de morsure de vipère. Néanmoins, l'utilisation de l'héparine doit être indiquée quand il existe un risque de coagulation intravasculaire disséminée (à condition que ce diagnostic soit fait avec certitude). La coagulation intravasculaire disséminée est une maladie au cours de laquelle le patient présente une perturbation de son système de coagulation sanguine.

1 commentaire pour "Vipère (morsure de) précautions et premiers soins"

Portrait de Marinello Elisabeth
J'aime 0

Pourquoi la vipèra (Rhâ dieu de la vie), familière des pharmacie d'antan, et enlacée au caducée, a-t-elle était chassée des officines ? Quelles sont ses propriétés médicinales ? de son venin ?

Commentez l'article "Vipère (morsure de) précautions et premiers soins"