TSH (Thyroid Stimulating Hormone)

Voir également hyperthyroïdie, thyroïde, hypophyse, hypothyroïdie hypophysaire, myxoedème, thyréostimuline hypophysaire, Hashimoto (thyroïdite d'), Basedow.

Synonymes: hormone thyréotropine, thyréotrophine, thyréotropine, thyrotropine.

Terme issu du grec trépein : se tourner vers.

Hormone sécrétée par l'hypophyse et plus particulièrement son lobe antérieur. Son but est de stimuler le fonctionnement de la glande thyroïde.

Le labo
Le dosage très sensible (ultrasensible) dans le sang de la TSH est effectué en laboratoire et donne actuellement des résultats qui permettent d'étudier les pathologies thyroïdiennes. Le taux plasmatique (quantité de l'hormone TSH dans une fraction de sang ne contenant pas les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes) est compris entre 0,3 à 5 micros unités par ml.
Le taux est abaissé dans le myxoedème hypophysaire d'origine central et dans les hyperthyroïdies (élévation du taux des hormones thyroïdiennes dans le sang).
Le taux est élevé dans le myxoedème primaire d'origine thyroïdien. La cause de ce myxœdème est le résultat d'un mécanisme auto-immun (le patient fabrique des anticorps contre ses propres tissus) qui peut se déclencher à la suite d'une thyroïdite d'Hashimoto (inflammation de la thyroïde), d'une maladie de Basedow, d'une ablation de la thyroïde, ou après un traitement par de l'iode radioactif ou le plus souvent à la suite d'une carence en iode.

Il existe une épreuve de stimulation en cas d'hyposécrétion (diminution de la sécrétion) de la TSH. Elle consiste à administrer de la TRH à la dose de 400 microgrammes par voie intraveineuse. Cette hormone habituellement sécrétée par l'hypothalamus (zone du cerveau constitué de cellules nerveuses et hormonales) doit normalement stimuler l'hypophyse qui elle-même stimule la thyroïde. Cette stimulation provoque après environ 20 à 40 minutes, une augmentation du taux de thyréostimuline (hormone fabriquée par la glande hypophyse à l'origine de la stimulation de la thyroïde) dans le sang. En cas d'hypothyroïdie dont l'origine est hypothalamique (tertiaire) on assiste à cette augmentation mais pas dans l'hypothyroïdie d'origine hypophysaire (secondaire).

Mécanisme
La sécrétion de TSH est simulée par l'hypothalamus. Cette stimulation se fait par l'intermédiaire d'une autre hormone la TRH (Thyrotropin Releasing Hormone). Il existe également un mécanisme appelé hypophyso-thyroïdienne qui consiste à augmenter la sécrétion de TSH et vice versa, dés que le taux dans le sang des hormones thyroïdiennes, triiodothyronine (T3) et la thyroxine (T4) dans le sang est bas.
Si l'on administre de façon prolongée des hormones thyroïdiennes, on assiste à une inhibition (freination) de la sécrétion de TSH. Habituellement cette inhibition cesse au bout de 3 à 4 semaines après l'arrêt de l'administration d'hormones thyroïdiennes.

L'hyposécrétion de TSH (diminution anormale du taux TSH dans le sang) est à l'origine du myxœdème hypophysaire ou myxœdème par insuffisance thyroïdienne secondaire. Le myxœdème est une infiltration (pénétration) cutanée (de la peau) à l'origine d'un gonflement du visage et des membres caractéristique de l'hypothyroïdie secondaire à une insuffisance de sécrétion hormonale de l'hypothalamus et de l'hypophyse qui entraîne une diminution de l'activité de la glande thyroïdienne et donc une diminution du taux des hormones thyroïdiennes dans le sang. Le terme de myxœdème est le plus souvent utilisé comme synonyme d'hypothyroïdie. Cet oedème présente une certaine fermeté et élasticité à la fois. Il est nécessaire de le distinguer de l'œdème (de façon générale) dont l'origine est une rétention d'eau dans les tissus due à l'insuffisance de fonctionnement de la pompe cardiaque, des reins, ou du foie.

L'hypersécrétion TSH (augmentation anormale de la sécrétion de thyréostimuline hypophysaire) est une cause très rare d'hyperthyroïdie secondaire (augmentation de la sécrétion des hormones thyroïdiennes dans le sang).

Mise à jour mars 2002

La TSH est une hormone composée de deux sous unités dont l'une est appelée alpha et l'autre bêta. On retrouve cette sous-unité alpha dans d'autres hormones : la L. H., la F. S. H. , l'hormone gonadotrophine chorionique. L'autre partie de la TSH est une sous unité bêta unique grâce à laquelle elle a une spécificité particulière.
Le rôle de la TSH est de réguler la fabrication, le stockage et la libération des hormones synthétisées par la thyroïde elle-même. Elle contrôle également la taille de la glande thyroïde.

Les concentrations normales de TSH sont en moyenne comprises entre 0, 5 et 5 mU par litre. On constate une augmentation légère au cours de la nuit qui est absente chez les patients présentant une diminution de la sécrétion d'hormones thyroïdiennes d'origine centrale.

Il est important de connaître la concentration sanguine des hormones thyroïdiennes de façon à pouvoir interpréter convenablement la concentration de TSH. C'est ainsi qu'en présence d'une hyperthyroïdie (excès d'hormones thyroïdiennes dans le sang) on constate un taux de TSH bas.

En pratique, il est possible de doser les dessous unités alpha de la TSH.

Aucun commentaire pour "TSH (Thyroid Stimulating Hormone)"

Commentez l'article "TSH (Thyroid Stimulating Hormone)"