Torticolis

Latin : tortum collum : cou tordu

Définition 

Le torticolis est une contracture douloureuse du cou qui persiste pendant quelques jours. Plus ou moins douloureux mais sans gravité, le torticolis se manifeste en général le matin au réveil.

Généralités 

Le torticolis est une torsion s'accompagnant d'une contraction-rétraction des tissus mous (muscles en particulier) de la région cervicale (cou).

Ce terme désigne également les positions anormales (vicieuses) de la tête. Dans les deux cas, la tête est penchée sur le côté.

Classification 

On distingue plusieurs variétés de torticolis (liste non exhaustive) :

  • Le torticolis musculaire est le plus connu, appelé également torticolis musculaire permanent. Il est dû à la rétraction du muscle sterno-mastoïdien (muscle s'insérant par l'une de ses extrémités sur le sternum, et par l'autre sur le mastoïde, os situé à proximité de l'oreille).
  • Le torticolis auriculaire de Gellé est un torticolis secondaire à l'irritation du muscle sterno-mastoïdien, due à une lésion de l'oreille (comme une otite suppurée).
  • Le torticolis naso-pharyngien ou maladie de Grisel se caractérise par un début brusque, et par une atteinte de la première vertèbre cervicale (atlas), qui se trouve en position de luxation associée à une rotation (les surfaces articulaires de la vertèbre ne correspondent plus : absence de congruence articulaire). Cette anomalie des surfaces articulaires est :
    • Secondaire à une contracture des muscles situés près des vertèbres, de chaque côté du cou.
    • D'origine inflammatoire, elle-même secondaire à une infection (virale, bactérienne) survenue spontanément, ou après une intervention chirurgicale de la zone située derrière le nez : le naso-pharynx. 
    • Elle peut également faire suite à une intervention sur l'espace rétropharyngien (c'est-à-dire située derrière le pharynx), ou dans une zone de voisinage de cet espace. L'infection primaire est quelquefois un simple rhume, ou peut être plus sévère comme un abcès du cou. L'évolution de ce syndrome se fait en deux phases :
      • D'abord une infection rhinopharyngée proprement dite.
      • Puis survenue d'un torticolis apparaissant de façon brusque, et devenant par la suite permanent (fixé). Ce mécanisme de fixation est dû à la rétraction (raccourcissement) permanente et définitive, des fibres musculaires et des ligaments. Ceci a des conséquences sur les tissus nerveux de voisinage (bulbe, moelle épinière) essentiellement par un mécanisme de compression. Les lésions osseuses, quant à elles, sont absentes en dehors de l'absence de congruence précédemment vue. En conclusion, le torticolis naso-pharyngien démontre l'intérêt d'un examen otorhinolaryngologique complet, recherchant une éventuelle infection rhinopharyngée entre autres. Normalement, le syndrome de Grisel cède avec le traitement anti-infectieux. 
  • Le torticolis mental de Brissaud, appelé également tic du cou, s'observe chez certains individus présentant une perturbation psychologique de type névropathique. Ces patients redressent complètement la tête à la manière d'un tic. Cette variété de tic ferait partie d'une affection appelée la dystonie lordotique progressive, ou spasme de torsion.
  • Le torticolis secondaire à des calcifications des disques intervertébraux (disques situés entre les vertèbres).
  • Le torticolis spasmodique est un spasme des muscles du cou secondaire à l'irritation continuelle du nerf spinal (ou nerf accessoire) qui innerve les muscles sterno-cléido-mastoïdiens, dont une extrémité s'insère sur le sternum, et l'autre extrémité sur le mastoïde (os situé derrière l'oreille). Le nerf spinal innerve également le muscle trapèze, muscle large et triangulaire situé dans le dos et tendu de l'occiput (os situé en arrière du crâne) à la XIIème vertèbre thoracique. Il s'insère également sur la clavicule et l'omoplate (scapula). Le nerf spinal est issu de l'encéphale, qui est une partie du système nerveux central situé dans le crâne, et comprenant le cerveau, le cervelet et le tronc cérébral (segment supérieur de la moelle épinière). Cet organe assure le contrôle de l’ensemble de l’organisme. Il y a douze paires de nerfs crâniens (un de chaque côté). Ils sont numérotés de I à XII . La XIème paire crânienne, est le nerf spinal qui contrôle les mouvements des muscles du cou, et de l’épaule. Les fibres nerveuses (filets nerveux) constituant les nerfs rachidiens proprement dits, prennent naissance dans de petits îlots de substance grise disséminés dans la substance blanche de l’encéphale. Le torticolis spasmodique, est dû à une irritation chronique de ce nerf spinal soit par perturbation des fibres constituant le nerf lui-même, soit par perturbation de ces petits îlots de substance grise.
  • Le torticolis néonatal comprend :
    • Le torticolis congénital, qui apparaît dans le cadre du syndrome du bébé moulé comprenant une plagiocéphalie, qui est une malformation du crâne due à la fermeture d’un seul côté d’une suture coronale (suture située entre l’os frontal en avant, et l’os pariétal au-dessus du crâne). C'est une forme de craniosténose, fermeture prématurée par soudure anticipée, d’une ou de plusieurs sutures de la voûte crânienne. Cette pathologie est à l’origine d’un arrêt du développement, et de déformations sous-jacentes de diverses parties du crâne. A cela s'associe une scoliose (déviation latérale de la colonne vertébrale) du nourrisson, un bassin asymétrique (bassin ne présentant pas la même morphologie d'un côté et de l'autre) de nature congénitale. Le torticolis congénital, est quelquefois associé à un ensemble de mal positions comme une luxation congénitale de la hanche. L'examen clinique des torticolis congénitaux n'est pas facile, car le cou du nouveau-né est bref. La palpation de la face latérale du cou, doit découvrir un muscle tendu sous la forme d'une corde dans la région sterno-cléido-mastoïdienne. Le muscle sterno-cléido-mastoïdien, est un muscle qui s'insère sur le mastoïde (os situé derrière l'oreille) d'une part et d'autre part sur le sternum (os situé avant du thorax). Ce muscle se dessine en quelque sorte en travers du cou sur le côté de celui-ci. Le bébé se présente avec la tête inclinée du côté du muscle rétracté. La palpation du cou (l'enfant étant assis) retrouve également une petite grosseur de la taille d'une olive (tuméfaction olivaire), dans l'épaisseur du muscle ainsi tendu. L'examen de l'enfant doit également s'effectuer en position couchée, la tête légèrement en arrière (extension), et tournée à droite ou à gauche. Cette position permet également de retrouver la tuméfaction olivaire. D'autre part, la tête est en rotation (tournée) du côté opposé à la contracture musculaire. Ceci signifie qu'un muscle rétracté du côté gauche, est à l'origine d'une inclinaison gauche, et d’une rotation à droite de la tête. Le torticolis congénital ne nécessite pas, du moins à la naissance, les examens complémentaires comprenant une radiographie du rachis cervical, et une échographie qui ne feraient que montrer ce qu'un bon examinateur découvre de lui-même à la palpation. Par contre, un torticolis congénital persistant, imposant une opération, nécessite une I.R.M. de la moelle épinière. En effet, certains de ces torticolis sont secondaires à des anomalies du système nerveux central. L'évolution est favorable dans 80 % des cas, quand elle est aidée par des postures qui consistent par exemple à attirer le regard de l'enfant dans le sens opposé à la déformation, avec en plus un appareillage par coquille porté pendant la nuit dans les cas les plus graves. Enfin, chez les individus rebelles au traitement, et tout particulièrement quand il existe une croissance du visage de l'enfant plus importante d'un côté que de l'autre (asymétrie de la face), le traitement devient chirurgical et consiste à allonger le muscle sterno-cléido-mastoïdien suivi de la pose d'une minerve qui va maintenir l'ensemble cou-tête pendant 2 à 3 mois.
    • Le torticolis malformatif fait suite à des malformations congénitales du rachis cervical (rachis correspondant au cou). Son diagnostic n'est pas aisé chez le nouveau-né. En effet, l'absence de corde musculaire comme pour le torticolis congénital, nécessite de faire passer les radiographies du rachis cervical à l'enfant de façon à préciser le diagnostic. Dans ce cas, la malformation apparaît, et sa nature précise peut être une malformation vertébrale (demi-vertèbre), un syndrome de Klippel-Feil (malformation du rachis cervical = partie de la colonne vertébrale correspondant au cou) qui se traduit par l'absence de cou, du moins apparemment. Il est nécessaire, dans ce cas, de procéder à l'examen très soigneux du rachis cervical, et de l'omoplate.
  • Les spondylodiscites cervicales, qui sont des malformations d'une vertèbre et d’un disque du rachis cervical, d'origine infectieuse ou rhumatismale, se traduisent par des douleurs violentes du cou, une raideur très importante pouvant irradier jusque dans le rachis dorsal, voire lombaire. Ces pathologies, se traduisent par des signes d'infection mis en évidence par des examens de laboratoire. Leur apparition est brutale et rapide, et les examens complémentaires (particulièrement les radiographies) sont normaux. Le diagnostic précoce peut être posé grâce à la scintigraphie osseuse, qui confirme le diagnostic.
  • Le mal de Pott est actuellement en recrudescence. Il correspond à une tuberculose des disques intervertébraux, qui aboutit classiquement (quand il n'est pas traité) à une destruction de cet élément.
  • Le torticolis neurologique est dû à des tumeurs :
    • De la fosse postérieure (partie arrière du cerveau).
    • De la moelle épinière de la région cervicale.
    • A certaines malformations résidant plus haut dans le bulbe (zone située entre la moelle épinière et le cerveau). Cette variété de torticolis se caractérise par une raideur particulièrement prononcée du rachis cervical. Dans quelques cas, un syndrome méningé (symptômes survenant à la suite d'une irritation des méninges, d'origine infectieuse ou inflammatoire) peut être confondu avec un torticolis. L'I.R.M. de la moelle épinière, associé à une ponction lombaire, ainsi qu'à un examen neurologique complet, permet dans la majorité des cas de poser le diagnostic.
  • Le torticolis dû à une tumeur osseuse touchant les vertèbres cervicales, est secondaire à une tumeur qui peut être bénigne ou maligne. Dans ce cas, la radiographie lue par un radiologue expérimenté (tant la tumeur est difficile à voir, du moins au début) permet avec la scintigraphie osseuse (qui est l'examen de choix) de confirmer l'existence de cette tumeur, et de porter l'indication du traitement.

Forum : discussions concernant "Torticolis"

  • torticolis hyperalgique ... que quelqu'un me me donner son avis : j'ai un torticolis très douleureux depuis 10 jours, qui ne s'améliore pas du tout. La ... si bien que je suis sous morphine. J'ai régulièrement des torticolis depuis environ 1 an, mais jamais à ce point ! Par ailleurs, je me ...
  • Torticolis congénital ... donc fait passer une radio qui a en effet révélé un petit torticolis et nous a prescrit 5 séances de kiné pour commencer. Gautier est ... peur. Par ailleurs, nous n'avons pas l'impression que ce torticolis le gêne réellement. Il a un développement psychomoteur tout à ...
  • torticolis congénital ... quand j'étais petite je me suis faite opéré à cause d'un torticolis congénital. Je ne sais pas si j'ai bien été suivi mais ...
  • Torticolis très douloureux !!! ... et depuis mon réveil ce matin je suis proie a un terrible torticolis qui me fait de plus en plus souffrir. Que faire pour le soigner ? ...
  • torticolis ... j'ai consulté la semaine passée pour un torticolis. mon médecin m'a donné un décontracturant, un anthalgique ...
Lancez une discussion sur le forum

Aucun commentaire pour "Torticolis"

Commentez l'article "Torticolis"