Tic et syndrome de Gilles de La Tourette

  1. Les tics

L’origine exacte de ce mot est pour l’instant incertaine. Il pourrait venir de l’Allemand ticken signifiant toucher légèrement.

Le tic est un mouvement convulsif, fait la plupart du temps sans intention. Cette habitude correspond à des contractions des muscles de n’importe quelle partie du corps, reproduisant le plus souvent des gestes réflexes ou des automatismes de la vie ordinaire (G. Guimon). Autrement dit, ces gestes brusques, rapides et stéréotypés (qui se répètent) reproduisent des début de geste, mais qui ne se terminent jamais. Comme si le patient atteint de tic n’osait aller au bout de ses desseins.

Il semble que les tics "démarrent" à l’occasion d’une contrariété, d’un stress, d’une frustration. L’existence de ce que l’on pourrait appeler une épine irritative, comparable à une gâchette (port de lunette chez un enfant, dents blessée, etc) paraît pouvoir constituer un motif à la genèse des tics (chez l’enfant comme chez l’adulte).

Les mêmes gestes se répètent identiques à eux-mêmes, inlassablement, parfois une vie entière. Ils sont vifs, brusques (moins d’une seconde le plus souvent). Leur nombre par minute est variable suivant les individus, il est fonction du degré de gravité de l’affection (de 1 à 100).

Causes

Fréquents chez l’enfant, les tics atteignent environ 2 à 6 % d’entre eux avant l’âge de 12 ans.

Il n’existe pas pour l’instant d’explication génétique à la survenue des tics. Certains chercheurs ont avancé un dérèglement des neuromédiateurs de type dopaminergique, maissans aucune preuve.

Ils n’ont aucun rapport avec les autres manifestations neurologiques, comme lors de la choréepar exemple : les mouvements choréiques sont involontaires, ils peuvent affecter toutes les parties du corps, et agitent constamment le patient, sauf pendant le sommeil. Le malade tire langue, la parole apparaît comme hésitante puis explosive. Ces mouvements sont irréguliers et variables, et leur caractéristique majeure est leur permanence. Ils peuvent être simples ou complexes, rappelant parfois la complexité de certains mouvements volontaires. Cela n’empêche pas le malade d’avoir des mouvements volontaires normaux, car cette maladie ne s’accompagne pas de paralysie. Néanmoins, les tentatives sont parfois trop rapides, interrompues et déformées par les mouvements choréiques. Pour différencier un mouvement choréique d’un tic, il suffit de demander au patient d’effectuer un geste habituel, comme se déshabiller, pour s’apercevoir que le tiqueur peut le faire sans problème, alors que le choréique non.

Il n’est pas de notre propos de passer en revue l’ensemble des mouvements anormaux d’origine neurologique.

Les tics apparaissent aux environs de l’âge de six à sept ans, parfois plus tôt, et ne sont pas liés à une quelconque lésion neurologique (atteinte du système nerveux). On les observe souvent chez des enfants par ailleurs en bonne santé, avec une scolarité normale, mais présentant un profil anxieux. Ils appartiennent le plus fréquemment à des familles des tiqueurs, dont l’atmosphère familiale est généralement tendue, avec une mère semble-t-il plus anxieuse et plus perfectionniste que les autres. Certains tics sont susceptibles d’être à l’origine de lésions. Ainsi, celui qui consiste à se lécher la lèvre supérieure entraîne à la longue des érosions cutanées et des gerçures qui ont beaucoup de mal à cicatriser, et qui d’autre part sont particulièrement dévalorisantes pour l’enfant sur le plan esthétique.

La thérapeutique (voir ci-après) doit tenir compte de cet état de fait. En effet, il est impossible d’espérer obtenir des résultats thérapeutiques chez un enfant, si celui-ci est continuellement plongé dans une ambiance délétère qui ne peut qu’aggraver ses tics. Pour cette raison, il semble nécessaire de premier temps d’intervenir au niveau familial en demandant quelques efforts aux parents, dans la mesure où le niveau socioculturel de la famille le permet. Les réprimandes et autres manifestations de type autoritaires n’apportent aucune amélioration et entraîneraient plutôt une aggravation des tics. Bien au contraire, les parents et les thérapeutes doivent se munir de patience, de façon à permettre l’enfant d’acquérir une confiance en lui. Le plus souvent ces enfants semblent avoir un Q I légèrement supérieur à la normale, qui ne peut que faciliter la procédure thérapeutique. Celle-ci doit doit comporter une explication patiente et élaborée du " pourquoi les tics".

Symptômes

Les tics les plus fréquents sont au niveau de la face :

  • Grimaces
  • Clignement des yeux
  • Fermeture forcée des paupières
  • Ouverture brutale de la bouche
  • Retroussement de la lèvre supérieure
  • Morsure des coins de la bouche
  • Léchage des lèvres

Ils peuvent néanmoins toucher d’autres parties du corps :

  • Elévation d’une épaule ou des deux épaules à la fois
  • Ecartement du coude du tronc
  • Mouvements de dénégation de la tête
  • Hochement d’acquiescement

  • Petit saut de cabri
  • Ecartement des jambes

Ils peuvent également consister en " bruits " divers :

  • Reniflements
  • Toux
  • Eructation
  • Râclements de gorge

Le labo

Toutes les analyses sont normales

Les radiographies de les examens paracliniques (scanner, IRM etc.) du système nerveux sont normaux.

L’électroencéphalogramme n’apporte rien.

Evolution

Si la majeure partie des tics survenant chez les enfants disparaissent au fil des années et plus particulièrement vers l’âge de 15 à 20 ans, il n’en est pas de même en ce qui concerne le syndrome de Gilles de La Tourette (voir ci-après).

En ce qui concerne les tics considérées comme courants, la majorité d’entre eux disparaissent en quelques mois, au maximum en quelques années. Néanmoins, certains adultes (un tout petit nombre) continuent à avoir des tics par la suite. Contrairement à ce qu’il est possible de lire dans la littérature médicale, l’entourage ne s’’habitue pas toujours aux tics des proches. Depuis quelques années, la thérapie comportementale et cognitive permet d’obtenir de très bons résultats sur les personnes rencontrant un véritable handicap à cause de leurs tics.

Traitement

Ainsi que nous l’avons précisé précédemment, la thérapeutique employée " contre " les tics ne fait pas appel à une quelconque autorité, mais à une technique dite comportementale et cognitive qui consiste à faire participer le patient (quand celui-ci le demande) à sa propre thérapeutique.

Derrière le mot pompeux de thérapie comportementale se cache simplement la prise de bonnes résolutions avec essentiellement une prise de confiance en soi, puis de bonnes habitudes. En effet, les tics étant des gestes le plus souvent inconscients (de la même façon que l’on appuie sur la pédale d’embrayage d’une voiture pour changer de vitesse sans s’en rendre compte), il faut essayer de faire prendre conscience au tiqueur de l’inutilité de ses gestes. Toute la difficulté de ce type de thérapie réside dans l’approche de l’individu à qui il ne faut pas rajouter un stress supplémentaire.

La méthode du miroir, devenue maintenant classique, consiste à demander à l’enfant de se mettre tous les jours devant une glace pendant un temps très court qu’il augmentera de lui-même chaque jour pour apprendre à se contrôler.

 

2) Le syndrome de Gilles de la Tourette (SGT)

Cette affection neurologique est relativement rare et se caractérise par l’existence de tics accompagnés ou pas de coprolalie (émission de mots orduriers), d’écholalie (répétition de mots ou de phrases entendues). Pour certains, la maladie des tics est le synonyme de ce syndrome, la maladie de Gilles de La Tourette et les tics courant seraient les deux extrêmes de cette affection d’origine génétique. Pourtant, les tics courants sont relativement fréquents.

Il semble qu’il faille les différencier du syndrome de Gilles de la Tourette qui représente une forme plus complexe et élaborée de la maladie des tics comportant presque toujours une évolution vers la chronicité. Ce qui signifie que les malades atteints par le syndrome de Gilles de La Tourette ont peu de chances de voir leurs symptômes régresser, contrairement à ceux atteints par des tics courants.

Le syndrome de Gilles de la Tourette débute entre 2 et 15 ans, en moyenne autour de 7 ans, c’est-à-dire plus tard que les tics courants. La maladie débute par des tics simples de la face, du cou, des membres puis, après un certain temps, surgissent des tics complexes qui viennent s’associer aux précédents.

Les tics du syndrome Gilles de la Tourette ne sont pas comparables aux tics courants. En effet, il s’agit de tics plus agressifs. La caractéristique majeure de ce syndrome est la survenue au bout d’un an, des tics vocaux à type de coprolalie, d’écholalie, de grognements, de raclements de gorge importants (ressemblant à des cris d’animaux : miaulement, aboiements, etc.).

La coprolalie, qui consiste en l’émission de mots orduriers, existe dans environ 30 % des cas. La palilalie, qui consiste à répéter involontairement les mots, vient parfois se rajouter aux autres signes.

Certaines compulsions peuvent apparaître également.

Le diagnostic du syndrome de Gilles de la Tourette, pour être posé, doit répondre aux critères suivants :

  • Début entre 2 et 15 ans
  • Présence de mouvements répétitifs rapides sans aucun but, nécessitant l’intervention de nombreux muscles de l’organisme
  • Tic vocaux (cris, etc...)
  • Durée ses symptômes supérieure à une année

Evolution

Classiquement, la maladie de Gilles de la Tourette évolue par épisodes comportant des rémissions et des agravations.

Chez l’enfant, cette variabilité est plus importante que chez l’adulte

Il y a parfois des rémissions pouvant durer 1 an, voire plusieurs années.

Parfois, le syndrome de Gilles de La Tourette est accompagné de compulsions, d’hyperactivité, d’obsessions, pouvant aller jusqu’à l’automutilation.

Traitement

L’utilisation de certains types de neuroleptiques (pinozide halopéridol) est parfois conseillée par certains thérapeutes. Leur maniement étant délicat, il est parfois nécessaire de suspendre l’utilisation de ces molécules.

Certains médecins ont avancé l’effet favorable du Prozac et du clonazépam.

En cas d’hyperactivité, il est parfois conseillé d’utiliser le méthylphénydate. Malheureusement, ce produit accentue les tics dans certains cas.

La clonidine est parfois préférée par d’autres, en association avec méthylphénydate.

1 commentaire pour "Tic et syndrome de Gilles de La Tourette"

Portrait de SimonC
J'aime 0

Article intéressant dans l'ensemble, ceci-dit inutile d'être méprisant (je vous cite "Derrière le mot pompeux de thérapie comportementale se cache simplement la prise de bonnes résolutions avec essentiellement une prise de confiance en soi, puis de bonnes habitudes"). Les TCC ne se résument pas à une simple prise de confiance en soi ni même à des habitudes.

Commentez l'article "Tic et syndrome de Gilles de La Tourette"