Syndrome athymormique

Définition 

Le syndrome athymormique se caractérise par une inertie du comportement, spontanée, totale mais réversible. Cet ensemble de symptômes survient en réponse à des stimulations extérieures. Il s'agit d'une perte de l'autoactivation psychique pouvant être associée à une impression de vide mentale, voire à une activité obsessionnelle et compulsive (TOC).

Les lésions responsables du syndrome athymormique sont bilatérales c'est-à-dire concernent les deux hémisphères cérébraux, intéressant la pointe du pallidum (un des noyaux gris centraux) et les boucles cortico sous corticale c'est-à-dire les fibres nerveuses allant du cortex (essentiellement le cortex frontal) vers les noyaux gris centraux et le thalamus, fibres contrôlant l'activité du cortex frontal.

Le syndrome athymormique est susceptible de survenir au cours du syndrome frontal qui réunit des troubles de l'activité, des fonctions cognitives et plus généralement du comportement.
Les symptômes survenant au cours du syndrome frontal comportent d'abord une atteinte motrice proche de celle observée au cours de la maladie de Parkinson. Il s'agit d'une réduction de la spontanéité motrice, autrement dit de la capacité d'effectuer le plus simple mouvement avec akinésie (absence totale de mouvement) associée à une négligence motrice.
Néanmoins le patient répond aussi à l'excitation extérieure.
Ainsi toujours dans le domaine de la motricité il présente ce que l'on appelle une préhension forcée : en anglais grasping.
On constate également la survenue de persévération qui perturbe l'écriture et l'exécution des gestes que le patient doit faire en série. Ces persévérations s'opposent à l'exécution de consignes.
L'examen du patient montre que son regard est dévié vers le côté de la lésion et l'exploration du champ visuel opposé est réduite au point de ne réaliser qu'une pseudo hémianopsie par négligence.

L'expression verbale de manière spontanée est réduite.

La cohérence du discours est également bouleversé, on parle d'aphasie dynamique.

Le patient apparaît comme dépressif mais l'indifférence à la maladie (anosognosie) associée une certaine euphorie et à une désinhibition de facilitée verbale fait que le patient dit souvent des calembours réalise ce que l'on appelle le table moria.

La libération des comportements instinctifs comme l'urination (le fait d'uriner) est très caractéristique de ce syndrome du syndrome frontal.

Aucun commentaire pour "Syndrome athymormique"

Commentez l'article "Syndrome athymormique"