Spondylarthrite ankylosante (nouveau traitement)



Voir également spondylarthrite ankylosante, cytokine, polyarthrite rhumatoïde.

Les traitements utilisés au cours de la spondylarthrite ankylosante étaient jusqu'à présent :

Le repos
Les antalgiques (antidouleurs)
Les anti-inflammatoires ne contenant pas de cortisone (non stéroïdiens)
La Salazopyrine
Le Méthotrexate
L'Imurel (azathioprine)
Le Neoral (cyclosporine)
Les anti TNF-alpha (plus récemment) : appelés également anticorps anti TNF-alpha, ils s'agit de substances correspondant à une variété de protéines entrant dans la composition des immunoglobulines et ayant la capacité de combattre les TNF à l'origine de la nécrose (destruction) des cellules composant certaines tumeurs.


Les TNF sont des substances du système immunitaire jouant essentiellement un rôle dans la lutte contre les cellules cancéreuses et accessoirement contre d'autres cellules. Ce sont des cytokines dont on décrit deux variétés. Cette substance est produite naturellement dans l'organisme et participe aux défenses contre les infections et le processus tumoral malin (cancer entre autres) de façon générale.

Les anticorps anti TNF constituent une nouvelle classe de médicaments utilisée chez les patients atteints par la polyarthrite rhumatoïde pour lesquels les anciens traitements n'ont pas donné les résultats escomptés. Cette nouvelle classe de molécule réduit très significativement les signes cliniques, les symptômes et en particulier la douleur liée à la polyarthrite rhumatoïde. D'autre part, les expérimentations faites à partir de ce médicament prouvent que les anticorps anti TNF inhibent la progression de la maladie. Il est maintenant envisagé d'utiliser cette molécule chez les patients atteints de spondylarthrite ankylosante.

Grâce à la biotechnologie, il a été possible de mettre au point plusieurs molécules (composés chimiques) capables de bloquer l'action des TNF-alpha. Il s' agit de l'infliximab et de l'Adalimumab respectivement appelés en pharmacie Enbrel®, Remicade®, Humira®. Différentes équipes médicales ont prouvé l'efficacité de ces molécules au cours de la spondylarthrite ankylosante (congrès de la ligue européenne de rhumatologie : Eular 2003). Reste maintenant à déterminer quels sont les patients qui peuvent profiter de ces substances utilisées également dans la polyarthrite rhumatoïde entre autres. Différents critères ont été avancés pour cela. La douleur, l'impotence fonctionnelle (difficulté pour le patient de se mouvoir), la raideur et la fatigue sont mis en avant. Un examen biologique parmi d'autres : le dosage de la CRP (C. réactive protéine) qui augmente en cas d'inflammation, a été un des critères montrant l'efficacité de ce médicament.
Le prix des anti TNF alpha représente un obstacle majeur à l'utilisation de ce médicament. En effet, il faut compter plus de 10 000 € par an et par patient pour mettre en place un traitement adapté contre cette pathologie.

À titre d'exemple dans la polyarthrite rhumatoïde :

L'infliximab (Remicade) est utilisé en perfusion intraveineuse de 3 mg par kilo, toutes les 4 à 8 semaines.

L'etanercept (Enbrel) : le patient adulte reçoit 25 mg par voie sous-cutanée 2 fois par semaine, le patient enfant : 0,4 mg par kilo par voie sous-cutanée 2 fois par semaine.

Les contre-indications à ces médicaments sont les infections, les maladies sanguines (hémopathies), l'allaitement et la grossesse. D'autre part, les anti TNF alpha nécessitent une surveillance biologique régulière.


Aucun commentaire pour "Spondylarthrite ankylosante (nouveau traitement)"

Commentez l'article "Spondylarthrite ankylosante (nouveau traitement)"