Siamois (frères, sœurs)

Définition 

Les soeurs siamoises ou les frères siamois sont des jumelles ou des jumeaux qui sont attachés l'un à l'autre par de zone de leur corps, ces zones étant symétriques.

Il s'agit d'une malformation qui s'observe à la suite de grossesses gémellaires, c'est-à-dire de jumeau monozygote. Le terme monozygotes signifie que les deux jumeaux sont issus d'un seul oeuf fécondé qui se divise en deux. Au cours de la grossesse de jumeaux vrais c'est-à-dire issus du même oeuf, la séparation en deux oeufs, en cas de siamois, est incomplète et les deux individus, c'est-à-dire précisément les deux foetus, vont se développer tout en restant soudés l'un à l'autre.

Ce type de malformation est rare puisqu'il concerne une grossesse sur 100 000 et que d'autre part il apparaît dans environ 1 % des grossesses gémellaires. Ces grossesses gémellaires ont pour caractéristique principale d'avoir des embryons monozygotes. L'autre caractéristique est le nombre de filles puisqu'ils représentent 90 % des cas.

Le mécanisme des soeurs siamoises et des frères siamois est le suivant. Quant un oeuf est fécondé par un spermatozoïde où s'il se divise tardivement en deux, les embryons ainsi obtenus vont restés de ce fait rattachés par certaines parties de leur corps. Généralement les zones communes sont la paroi abdominale, la paroi thoracique, la tête et quelquefois même le cerveau. Les organes communs sont le plus souvent le foie, le péricarde, le tube digestif et le coeur.

Pour la majorité des siamois et siamoises les enfants ne vivent pas.

Pour porter le diagnostic de cette malformation avant la naissance il est nécessaire de procéder à une échographie dans les premières semaines de la grossesse. Mais l'échographie ne révélera les fusions que si celles-ci sont importantes.

Parfois, mais rarement et tardivement, ou quand l'accolement n'est pas très important, l'accouchement a lieu par césarienne et il est possible alors d'intervenir chirurgicalement et de séparer parfois les enfants. Dans certains cas la séparation chirurgicale des deux jumeaux n'est pas facile à obtenir et, si la fusion n'intéresse qu'une zone superficielle c'est-à-dire si les deux jumeaux n'ont pas un organe vital en commun le partage peut se faire facilement. À l'opposé si un organe vital est en commun pour les deux individus il est parfois nécessaire alors d'en sacrifier un. Il s'agit de décisions prises uniquement après un examen consciencieux et précis de chaque cas.

2 commentaires pour "Siamois (frères, sœurs)"

Portrait de Denise09
J'aime 0

Je n'imaginais pas que le taux de survie puisse être aussi faible mais j'imagine que cela différe selon que les organes soit partagés ou pas comme je l'ai lu ici : http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/lemonde/archives/2015/02/20150223-213800.html

Portrait de Denise09
J'aime 0

Ils en parlent aussi ici

Commentez l'article "Siamois (frères, sœurs)"