Sensibilité (examen de la)

Définition 

La sensibilité est l'un des cinq sens, qui comprend différents modes avec des récepteurs bien distincts, des voies neurologiques qui conduisent les informations au cerveau, où elles sont analysées.

 

Classification 

On distingue trois types de variétés de récepteurs :

  • La première variété comprend les récepteurs tactiles, qui sont sensibles à la pression, d’autres au contact (le toucher), et qui se trouvent à l'intérieur du derme, c'est-à-dire de la peau (dans sa partie moyenne), constituée de trois couches :
    • L'épiderme qui est la partie superficielle.
    • Le derme qui est la partie moyenne.
    • L'hypoderme correspondant à la partie profonde de la peau.
  • La deuxième variété comprend les récepteurs thermiques, qui sont sensibles au froid et au chaud, il a été décrit à peu près 250000 points récepteurs du froid pour 30000 récepteurs du chaud.
  • La troisième variété comprend les récepteurs à la douleur, qui est le résultat de sensations mécaniques obtenues par piqûres, pincements, ou encore écrasements. Les sensations chimiques, électriques et thermiques sont obtenues quand on expose la peau à un excès de chaud ou de froid, de manière excessive. Bien entendu un stimulus devient douloureux quand il est trop intense. Ce sont les terminaisons nerveuses libres situées à l'intérieur de la peau, qui représentent les récepteurs. Elles sont plus précisément, situées dans les couches profondes de l’épiderme, et les couches superficielles du derme. Il est nécessaire de distinguer :
    • La sensibilité proprioceptive va permettre à un organisme d'apprécier le tonus (la possibilité de contraction), la posture (position) du corps dans l'espace, et le mouvement. Les récepteurs  proprioceptifs sont situés dans les muscles, les tendons, les articulations, et le labyrinthe de l’oreille interne.
    • La sensibilité viscérale est sous la dépendance du système neurovégétatif sympathique et parasympathique. Il s'agit de la partie du système nerveux autonome, ou si l'on préfère permettant de faire fonctionner automatiquement les organes. Ce type de sensibilité est peu précis. De façon générale, il s'agit d'une variété de sensibilité qui répond grossièrement en ce qui concerne la sensibilité douloureuse. Par exemple, le coeur répond à l’ischémie (diminution de l'apport sanguin vers l'organe), et le poumon à la distension en produisant des douleurs violentes. D'autres organes viscéraux, comme la plèvre, le péritoine possèdent une sensibilité douloureuse. Certains organes comme le globe oculaire, ou l'oreille, ainsi que la langue, et le nez, ont une sensibilité à des stimuli particuliers aboutissant à l'apparition de sensations spécifiques.

Aucun commentaire pour "Sensibilité (examen de la)"

Commentez l'article "Sensibilité (examen de la)"