Sclérose en plaques et bolus de corticoïdes

Définition 

Les bolus de corticoïde (cortisone) sont souvent employés pour traiter (entre autres) la sclérose en plaques. En appelle bolus de corticoïdes, des doses importantes de cortisone injectées directement dans une veine (on dit que l'injection est faite de manière intraveineuse). Le terme bolus, de façon générale, est une injection intraveineuse, en quantité importante, de n'importe quelle substance médicamenteuse.

On ne connaît pas avec précision la cause exacte de la sclérose en plaques. Le mécanisme responsable est sans doute une perturbation du système immunitaire entraînant une agression de la myéline c'est-à-dire de la gaine qui isole les prolongements nerveux. Ceci aboutit à la constitution de plaques disséminées à l'intérieur du cerveau et à un défaut de transmission du message nerveux et consécutivement à l'apparition des symptômes variant selon la localisation de la plaque.
Les autres traitements de la sclérose en plaques, en dehors des corticoïdes sont des traitements de fond:

  • Les immunosuppresseurs : azathioprine.
  • Methotrexate.
  • Cyclophosphamide (Endoxan)
  • Mitoxantrone (Novantrone)
  • immunoglobulines intraveineuses.
  • Immunomodulateur : interféron bêta par voie sous-cutanée (Bétaféron ou Rébif) et par voie intramusculaire : Avonex.
  • Copolymère 1 (Copaxone).

L'administration des bolides corticoïdes se fait de la façon suivante.

Il est tout d'abord vérifié l'absence de contraindications que sont.

Avant de commencer à donner les corticoïdes au patient il est nécessaire de vérifier que celui-ci est bien sous régime sans sel et éventuellement régime diabétique si les glycémies augmentent sous corticoïdes.
Il est alors administrer, de préférence le matin, à cause de survenue d'une excitation éventuelle liée à la cortisone, les corticoïdes sous la forme de méthylprednisolone à savoir Solumédrol en perfusion dans une substance, que les médecins et les membres du corps médical, appellent un glucosé à 5 % (liquide contenant du glucose : sucre, à une concentration de 5 %) à raison de 500 mg ou 1 g par jour durant trois jours ou une semaine.

L'étape suivante consiste à faire un relais qui sera dégressif de manière rapide, par voie orale, c'est-à-dire que l'on arrête la perfusion et que l'on donne, à la place de la perfusion, des comprimés au patient sous la forme de prednisone (Cortancyl) prednisolone, ou (Solupred), ou méthylprednisolone (Médrol).

Il est absolument nécessaire d'effectuer une surveillance consignée, d'autre part, sur une feuille de surveillance mentionnant le poids, la température, la tension artérielle et si nécessaire les glycémies qui seront effectuées au doigt du patient.

Forum : discussions concernant "Sclérose en plaques et bolus de corticoïdes"

  • ... dire que le premier aliment que je devais éviter était "la tomate" hors je ne trouve pas la tomate dans ma liste qui contient 160 aliments. Qui peut me confirmer que la ...
  • ... prends une carotte râpé avec une orange, au déjeuner une tomate et une orange au diner une orange plus 1h30 de marche chaque jour et je ...
  • ... repit et c'est revenu je mange tres peu de gruyere et peu de tomate ,je le precise car je sais que cela peut en provoquer donner moi une ...
  • ... peuvent faire disparaitre cette douleur et si a part la tomate , l'alcool, les agrumes, le café, le thé, le piment, le poivre, ...
  • ... tomates pour la vitamine k il adore les pates a la sause tomate quel quantité peu t il manger par semaine a compter qu il en verse une ...
Lancez une discussion sur le forum

Aucun commentaire pour "Sclérose en plaques et bolus de corticoïdes"

Commentez l'article "Sclérose en plaques et bolus de corticoïdes"

Les textes que vous publiez via ce formulaire sont accessible à tous, et sont susceptibles de constituer des données sensibles. Soyez en conscient lorsque vous rédigez vos messages : vous êtes responsable des informations personnelles que vous divulguez.