Scarification

Terme issu du latin scarificare : inciser

Incision superficielle de la peau réalisée à l’aide d’un bistouri ou d’une petite plume pour vacciner.

Cette technique est utilisée notamment pour traiter les cas rebelles de couperose (dilatation permanente et visible des petits vaisseaux de la peau du visage).
Cette affection très fréquente touche essentiellement les femmes ayant une peau claire et fragile. Apparaissant entre 30 et 50 ans, favorisée par les émotions, les excitants comme le tabac, le café, les alcools, cette maladie de la peau se voit essentiellement pendant les grossesses. Elle accompagne aussi les troubles digestifs. L’utilisation abusive de médicaments pour la peau contenant de la cortisone et l’alcoolisme aggravent la couperose, alors qu’elle est encore à peine visible.
Cette maladie se traduit au niveau du visage (où elle survient par poussées après les repas) par une rougeur devenant permanente et par des télangiectasies, c’est-à-dire une dilatation permanente des petits vaisseaux, que ce soient des veines ou des artérioles (petites artères) situées dans le derme. Le derme est le tissu cutané situé entre l’épiderme (en superficie de la peau), et l’hypoderme (en dessous).
Ces télangiectasies sont constituées de fines lignes rouges, parfois violettes, d’une longueur allant de quelques millimètres à quelques centimètres. Elles dessinent souvent des réseaux appelés angiomes stellaires (entrelacement de petits vaisseaux ayant la forme d’étoile).
Quelquefois, elles sont secondaires à une radiothérapie, c’est-à-dire des séances de rayons pour soigner une maladie telle qu’un cancer, une inflammation, etc.

Aucun commentaire pour "Scarification"

Commentez l'article "Scarification"