Rush

Voir rush, mithridatisation, immunoglobuline, thériaque, lymphoïde

Méthode thérapeutique utilisée pour désensibiliser un sujet faisant partie des techniques d'immunothérapie (traitement des maladies par modification de l'activité du système immunitaire) et dont le but est de diminuer la sensibilité allergique d'un individu. Cette technique, par rapport à la désensibilisation classique, est accélérée et ne doit se faire qu'à l'hôpital. Elle permet en théorie d'atteindre la dose d'entretien en quelques heures ou quelques jours. Alors que les techniques habituelles permettent d'obtenir la dose d'entretien en quelques semaines ou quelques mois. À périodicité des injections utilisées pour la technique acide désensibilisation varie quant à elle de plusieurs semaines voire plusieurs mois.

Mécanisme
La désensibilisation traitement consiste à injecter à un patient de très petites quantités d'allergènes (substances susceptibles de déterminer une allergie) dont le but est de provoquer chez lui une sensibilisation à l'origine de la fabrication d'anticorps neutralisants. Les anticorps sont des protéines sériques (appartenant au sérum, partie liquidienne du sang) appelées également immunoglobulines, fabriqués (synthétisés) par une variété de cellules : les cellules lymphoïdes, après l'introduction d'une substance étrangère dans l'organisme : l'antigène. Pour certaines équipes d'allergologues ces anticorps neutralisants bloqueraient l'interaction des anticorps avec les allergènes.

La désensibilisation spécifique est la suivante : il est procédé à des injections du produit contenant des allergènes qui déclenchent habituellement la réaction, en utilisant de faible dose à des concentrations au départ minimes afin d'éviter des réactions secondaires. Progressivement des doses sont augmentées jusqu'à introduire dans l'organisme une dose maximale considérée comme dose d'entretien qui sera répétée à intervalles réguliers pendant plusieurs années. De ce fait le sujet qui a reçu les injections développe progressivement une tolérance vis-à-vis de l'allergène en cause.

L'indication de la désensibilisation est décidée uniquement après avoir déterminé avec précision le composant allergique dans la pathologie en cause. Les allergènes habituellement utilisés sont les acariens, le pollen, les venins, les phanères des animaux. Ceux-ci sont purifiés et standardisés. Ce sont essentiellement les allergies respiratoires et oto-rhino-laryngologiques (asthme et rhinite) ainsi que les allergies aux venins d'hyménoptère qui peuvent être traités de la sorte. Les autres maladies allergiques semblent ne pas répondre positivement à cette technique.

Il s'agit d'une méthode relativement astreignante dont le début se fera sous surveillance discale stricte. La désensibilisation spécifique comporte quelquefois des dangers. C'est la raison pour laquelle le médecin qui effectue cette technique dispose de moyens (à portée de main) de réanimation comportant essentiellement la possibilité d'injecter de l'adrénaline et de donner de l'oxygène en cas de nécessité à son patient. Certains malades présentent des réactions secondaires après la désensibilisation spécifique nécessitant alors le recours à l'adrénaline et quelquefois même aux corticoïdes (cortisone) ou encore à d'autres médicaments comme les antihistaminiques.

La désensibilisation aux venins d'hyménoptère (abeille, frelons, guêpe) se rapproche de la mithridatisation. Celle-ci est particulièrement efficace (90 % des patients désensibiliser sont protégés).
En pathologie infectieuse la désensibilisation est quelquefois employée pour lutter contre des maladies infectieuses entraînant une intolérance vis-à-vis d'un (bactérie). Révisé le 15/11/2002

Aucun commentaire pour "Rush"

Commentez l'article "Rush"