Roberts

Roberts est un des chercheurs à s’être intéressé aux antibiotiques (après Pasteur en 1877, et enfin Duchesne en 1897-1898). Par leurs réflexions sur la question des produits susceptibles d’entraver la multiplication des germes comme les moisissures (champignons microscopiques se développant à l'humidité sur des milieux organiques), ces scientifiques amorcent la découverte de Sir Alexander Fleming.

Etymologiquement, antibiotique veut dire contre la vie.

Un antibiotique est une substance d’origine naturelle ou synthétique ayant la capacité d’arrêter la multiplication des bactéries ainsi que d’autres agents infectieux. Suivant leur variété, certains sont capables également de détruire des microbes. (Le mot microbe, employé largement par le grand public, regroupe tous les organismes microscopiques ne possédant qu’une seule cellule. C’est le cas par exemple des virus, des bactéries, des champignons constitués d’une seule cellule que l’on nomme unicellulaires. Le synonyme généralement employé dans le domaine médical est germe). Certains antibiotiques agissent également sur les cellules cancéreuses.

Toutes les découvertes médicales effectuées au cours du XXe siècle sont évidemment importantes, cependant l’antibiotique, dans la mesure où il a fait reculer le taux de mortalité en permettant de guérir certaines maladies infectieuses, est sans doute le médicament dont la découverte a le plus bouleversé la médecine et la démographie. Bien entendu, ces maladies n’ont pas disparu, et elles restent la principale cause de mortalité.

La découverte heureuse de ce savant, qui sans le vouloir mit en contact des germes avec un milieu contenant des moisissures, va permettre de mettre en évidence le pouvoir d’inhibition de celles-ci sur la multiplication des bactéries appelées Penicillium notatum.

En fait, l’histoire des antibiotiques commence réellement en 1929, date à laquelle on constate qu'une moisissure se développant naturellement sur des fruits ou des fromages, empêche la prolifération du bacille de la diphtérie et de celui du charbon dans les boîtes où l'on cultive ces microbes, en laboratoire. On baptise le liquide de culture de cette moisissure Penicillium notatum et on constate qu'il n'est pas toxique pour la souris à laquelle on l'injecte. Malgré tout, cette découverte fantastique n’attire pas vraiment l’attention des chercheurs et reste sans lendemain.

En 1935, l’Allemand Domagk, reprend les idées qu'Ehrlich avait mises au point en 1905 sur l'effet anti-infectieux de certains colorants, en se servant d’un colorant pour traiter certaines infections par une bactérie appelée streptocoque.

A l’Institut Pasteur, le Français J.Tréfouël et sa femme montrent que le produit actif appartient à une famille appelée sulfamide.

A partir de ce moment et pendant une quinzaine d’années, cette variété de médicament sera employée contre les germes, reléguant du même coup à une seconde place les moisissures et autres produits susceptibles de posséder des capacités antibiotiques.

Ce n’est qu’en 1939 que le Français R. Dubos découvre qu'une bactérie appelée Bacillus brevis est capable de produire une substance empêchant la multiplication de certaines bactéries. Grâce à un système de coloration qualifiée de "gram +" (d'après une méthode de coloration due au biologiste danois Hans Gram), il met en évidence cette bactérie.

La pénicilline était en train de naître, et depuis elle est devenu l’antibiotique le plus connu.

Les antibiotiques découverts par la suite seront généralement de nature synthétique. Leur nombre deviendra tel qu’il faudra progressivement établir des règles de prescription que l’on appelle antibiothérapie.

Chaque antibiotique a une activité préférentielle. Il est transformé et éliminé par l’organisme, mais possède également des effets indésirables (réaction allergique, toxicité pour les reins, pour le foie, pour le système digestif et le sang).

Certains antibiotiques présentent des contre-indications, c’est-à-dire qu’ils ne doivent pas être employés dans certaines circonstances (chez le nourrisson, l’enfant, pendant la grossesse, chez l’insuffisant rénal, chez un individu présentant des allergies, chez l’insuffisant hépatique, etc…)

Aucun commentaire pour "Roberts"

Commentez l'article "Roberts"