Rhabdomyolyse aiguë

Terme issu du grec rhabdos : raie, mus : muscle et lusis : dissolution.

Destruction des cellules musculaire des muscles striés (muscles volontaires, contrairement aux muscles lisses qui sont des muscles automatiques) associée à une libération de myoglobine (protéine musculaire) qui passe dans le sang et les urines, provoquant alors une myoglobinurie.

Causes
La rhabdomyolyse peut être provoquée par (liste non exhaustive) :

Un traumatisme musculaire entraînant un écrasement

Destruction massive des muscles (syndrome de Bywaters)

Efforts musculaires prolongés (particulièrement chez les sujets non ou peu entraînés) Contractions musculaires secondaires au tétanos, à une épilepsie ou au delirium aigu s'accompagnant d'hallucinations, d'agitation, de tremblements, d'hyperthermie (fièvre) et de déshydratation sévère.

Une intoxication

Une hypokaliémie (baisse du taux de potassium dans le sang)

Une hypophosphorémie (baisse du taux de phosphore dans le sang)

Une acidose métabolique : elle peut être causée principalement par une insuffisance d'élimination d'acides par les urines, mais également par un diabète sucré non contrôlé, un jeûne, une forte diarrhée, une intoxication par l'aspirine, une myopathie (maladie des muscles héréditaire ou d'origine alcoolique, une intoxication par l'oxyde de carbone, la strychnine l'alcool ou l'éthylène glycol)

Une prise de médicaments : aspirine, isoniazide, amphotéricine B, barbituriques, amphétamines, benzodiazépines, neuroleptiques, cérivastatine (Staltor, Cholstat) tout particulièrement quand ces molécules sont associées au gemfibrozil (lipur)

Une toxicomanie par l'héroïne

Une hyperthermie (élévation de la température) grave suite à une anesthésie générale

Une embolie artérielle (obstruction des artères par un caillot sanguin) des membres

Certaines maladies enzymatiques comme la maladie glycogénique

Des anomalies génétiques (maladie de Mac Ardel)

Le sevrage alcoolique entraînant une hypophosphorémie (baisse du taux de phosphore dans le sang)

Des infections d'origine bactérienne ou virale

La rhabdomyolyse récurrente est une forme chronique de polymyosite, qui est une maladie rare se caractérisant par une inflammation et une dégénérescence des fibres constituant les muscles squelettiques (muscles des mouvements volontaires). Il s'agirait d'une atteinte du collagène (protéine de soutien de l'organisme), peut-être d'une maladie par hypersensibilité retardée (mécanisme auto-immunitaire : le malade fabrique des anticorps contre ses propres tissus).

Symptômes

Contractures musculaires
Douleurs musculaires
Durcissement et gonflement musculaire douloureux, soit localisé soit généralisé
Diminution de la force musculaire
Crampes
Hyperthermie (élévation de la température)
Choc (insuffisance de fonctionnement des organes vitaux)

Le diagnostic peut être confondu (diagnostic différentiel) avec une douleur de l'abdomen ou une atteinte de l'appareil respiratoire, étant donné la faiblesse des muscles de cet appareil qui peut occasionner une insuffisance de fonctionnement des poumons

Evolution
Risque de complications touchant l'appareil rénal et entraînant une insuffisance de fonctionnement de la filtration des reins. Dans certains cas, on assiste à une précipitation : regroupement de substance à l'intérieur des tubules (zones du rein) de cylindres de myoglobine.
Dans ce cas, les cylindres sont une agglutination de provenant de la myoglobine qui vont se rassembler sous la forme de petits cylindres microscopiques. Ils apparaissent dans les tubules rénaux ou tubes urinifères (conduisant l'urine du glomérule de Malpighi, organe de filtration, jusqu'à l'extrémité de la papille rénale) dont ils gardent la forme. Les cylindres contenus dans l'urine du patient se rassemblent (dépôt) au fond du récipient où les urines ont été placées et ont reposé pendant une douzaine d'heures. Le comptage des éléments recueillis constitue le compte d'Addis. Chaque type de cylindre oriente vers une variété de maladie des reins (néphropathie). La présence d'un nombre excessif de cylindres dans les urines constitue la cylindrurie.
L'insuffisance rénale est aggravée par la diminution du flux rénal, l'hypovolémie (diminution de la quantité de sang et plus précisément de plasma qui est la partie liquidienne du sang dans les vaisseaux), l'hypoxie (diminution de la quantité d'oxygène distribuée par le sang aux tissus).

Le labo

La myoglobinurie (présence de myoglobine dans les urines) est mise en évidence par une méthode radio immunologique, elle apparaît dans les urines quand son taux dans le sang dépasse 15 à 20 mg par litre

Oligurie (diminution de la quantité d'urine émise pendant un laps de temps donné) et anurie (absence démission d'urine).

Émission d'urine de couleur rouge ou brun foncée

Les bandelettes réactives changent de couleur pour l'hémoglobine

Élévation des taux sanguins des enzymes musculaires (créatine phosphokinase, aldolase, lacticodéshydrogénase, transaminases : SGOT)

Troubles du potassium
Hyperphosphorémie (élévation du taux de phosphore dans le sang)

Hypocalcémie (diminution du taux de calcium dans le sang)

Traitement
C'est celui de l'insuffisance rénale, qui peut exiger dans certains cas une dialyse en urgence et qui est susceptible de menacer la vie du patient.

Mise à jour août 2001

Le 16 juillet 2001 l'AFSSAPS (agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) annonce que 2 médicaments contenant de la cérivastatine (stator et Cholstat) et du gemfibrozil (lipur) sont dorénavant contre-indiqués.

Le 8 août 2001 nouvelle annonce de l'AFSSAPS : suspension de l'AMM (autorisation de mise sur le marché) du Staltor et du Cholstat. Cette suspension fait suite aux informations qui ont été communiqué par la FDA ( food and drug administration) qui indique que 31 décès sont liés à des Rhabdomyolyses sévères consécutives à la prise de statines. Douze décès sur les 31 seraient consécutifs à la prise concomitante de gemfibrozil. En ce qui concerne la France, 29 cas dont 1 décès ont été pour l'instant recensés. Les laboratoires Bayer dont Jean-Pierre Milon est le PDG en France, vont alors annoncer leur décision de retirer cette molécule (la cérivastatine) du marché mondial à l'exception du Japon, en effet le gemfibrozil n'est pas commercialisé dans ce pays.

Le 10 août 2001 paraît un point d'information sur les médicaments ayant pour rôle de faire baisser le taux de cholestérol dans le sang (anticholestérol). La même agence, l'AFSSAPS rappelle alors qu'il est absolument nécessaire d'arrêter la prise de Staltor et de Cholstat et que les patients doivent consulter leur médecin sans urgence. De façon à ce qu'il mette en place une substitution médicamenteuse en remplaçant les statines dangereuses par d'autres médicaments appropriés.

Aucun commentaire pour "Rhabdomyolyse aiguë"

Commentez l'article "Rhabdomyolyse aiguë"