Procès ciliaires

Définition 

Les procès ciliaires sont des zones de l’œil dont les franges permettent la sécrétion de l'humeur aqueuse (liquide ayant un rôle particulier dans le globe oculaire).

Ils font partie de la membrane vasculaire de l’œil intermédiaire à la choroïde, et à l'iris.

Anatomie 

Plus précisément la choroïde est une membrane très vascularisée dans la couleur brune. Elle constitue environ un peu plus de la moitié de la partie arrière de la tunique vasculaire. Grâce à ses vaisseaux sanguins, l’œil peut fournir des nutriments (alimentation) à toutes les tuniques du bulbe (partie renflée de l’œil).

Les pigments de la choroïde produits par les mélanocytes permettent d'absorber la lumière, et d'empêcher sa diffusion et sa réflexion à l'intérieur de l’œil ce qui serait à l'origine d'une vision brouillée. La choroïde, s'interrompt à l'arrière à l'endroit où le nerf optique quitte l’œil.

A l'avant elle forme le corps ciliaire, sorte d'anneau de tissu relativement épais qui entoure le cristallin. Le corps ciliaire est constitué essentiellement de faisceaux musculaires lisses (muscles automatiques) entrecroisés, formant le muscle ciliaire lui-même. Ces muscles ciliaires possèdent la propriété de déformer le cristallin, et de permettre ainsi l'adaptation (rendre la vision claire).

A proximité du cristallin, à la face postérieure (arrière) du corps ciliaire, on observe de petits plis appelés les procès ciliaires possédant de minuscules vaisseaux qui sécrètent un liquide permettant de remplir la cavité du segment antérieur du bulbe de l’œil (cavité avant).

Aucun commentaire pour "Procès ciliaires"

Commentez l'article "Procès ciliaires"