Pellagre infantile d’Afrique noire

" Maladie de l’enfant sevré quand son cadet vient de naître " : traduction de Kwashiorkor en dialect ashanti du Ghana.

Malnutrition de l'enfant résultant d'une alimentation pauvre en protéines, les besoins caloriques globaux pouvant être par ailleurs couverts.

C’est essentiellement en Afrique tropicale et équatoriale, que le kwashiorkor sévit et touche les enfants entre 6 mois et 3 ans, au moment du sevrage (arrêt de l’allaitement maternel). Mais on le retrouve également dans tous les pays en voie de développement.

Tant que l’enfant est alimenté par le lait maternel apportant une alimentation équilibrée, et riche en protéines, il ne montre pas de déséquilibre protéïnique. Après le sevrage, l'enfant adopte la nourriture des adultes (essentiellement végétale) comprenant de la bouillie de céréales, de tubercules ou de bananes plantains pauvres en protéines. Ce sont les prémices de la maladie.

A cette période de sa vie, l’enfant nécessite d’énormes besoins en protéines, pour une croissance normale. Le kwashiorkor s'associe également à une carence en certains minéraux comme le fer, le zinc, les vitamines.

Les symptômes :

  • Apathie
  • Anorexie (perte d’appétit)
  • Fonte musculaire
  • Pâleur
  • Retard de croissance
  • Œdème (gonflement) des membres inférieurs
  • Ballonnement abdominal s’accompagnant d’une augmentation de volume du foie avec stéatose (surcharge graisseuse)
  • Lésions cutanées
  • Troubles psychomoteurs

Labo

  • Anémie
  • Déficit en albumine (protéine simple normalement présente dans le sang)

L'évolution est mortelle, sans traitement

Les infections dans ces pays sont particulièrement fréquentes et violentes. Les enfants fragilisés par le déficit en protéines donc en immunoglobulines (anticorps), y sont très sensibles. Il s’agit essentiellement de la tuberculose, du paludisme, des diarrhées infectieuses.

Traitement

Il tente de réintroduire progressivement des protéines dans l'alimentation, et de surveiller l'enfant. La mortalité des enfants atteints de formes avancées de la maladie n'est pas négligeable.

Forum : discussions concernant "Pellagre infantile d’Afrique noire"

  • Bonjour a tous , je me présente rapidement, je m'appelle Arnaud j'ai 37 ans et je travail en hypermarché.
    Je suis depuis jeune hypersensible ce qui m'a toujours provoqué du stress .
    A 17 ans j'ai eu 2 abcès cérébraux du a une carie dentaire mal soigné ce qui ma valus 1 mois d’hôpital une semaine de coma...

  • Bonjour,

    pas facile à expliquer puisqu'il semble y avoir une multitude de situations bien différentes mais dont la description est très similaire.

    Tout d'abord ce que ce n'est pas (et surtout ce à quoi ça ne ressemble pas):

    Une boulle dans la gorge (grippe ou autre)
    Une boule similaire à...

  • bjr à tous

    voilà j'ai toujours eté de nature anxieuse et depressive, depuis plus d'1 mois je souffre d'angoisse chronique , le 1er crise d'angoisse a commencé dans la salle d'attente chez ma gynecologue (attente de plus de 2 heures) palpitations et coeur qui cogne fort.

    Maintenant ça se passe tous les...

  • c est tres compliqué de trouver une personne qui vit la meme chose ou qui a vecu la meme chose que soit mais j aissaie tout de meme . je ne vais pas raconter ma vie mais juste ce que je vis en ce moment ,

    en septembre 2009 du jour au lendemain (deja juste agoraphobe avant pas tres severe) je me suis...

  • Bonjour à tous,

    Je m'appelle Julien, j'ai 33 ans et je suis actuellement expatrié au Cambodge depuis octobre 2017. Je suis dans ce pays pour le travail (env. 3 ans). Le problème est que je ne m'adapte pas du tout à ma nouvelle vie car le choc culturel est trop important. Je me sens également très seul....

Lancez une discussion sur le forum

Aucun commentaire pour "Pellagre infantile d’Afrique noire"

Commentez l'article "Pellagre infantile d’Afrique noire"