Néphropathie glomérulaire

Des virus, des champignons et d'autres bactéries que le streptocoque peuvent également être origine de ce type de glomérulonéphrite. La glomérulonéphrite aiguë se caractérise essentiellement par l'émission d'une très petite quantité d'urine qui est de coloration foncée, trouble et contenant des protéines, des globules rouges et des cylindres. Les cylindres correspondent à une agglutination de protéines de différentes origines (anciens globules rouges, anciens globules blancs et autres protéines) qui vont se rassembler sous la forme de petits cylindres microscopiques. Ils apparaissent dans les tubules rénaux ou tubes urinifères (conduisant l'urine du glomérule de Malpighi, organe de filtration, jusqu'à l'extrémité de la papille rénale) dont ils gardent la forme. Une fois récupérés, les cylindres contenus dans l'urine du patient se rassemblent (dépôt) au fond du récipient où les urines ont été placées et ont reposé pendant une douzaine d'heures. Le comptage des éléments recueillis constitue le compte d'Addis. Chaque type de cylindre oriente vers une variété de maladie des reins (néphropathie). La présence d'un nombre excessif de cylindres dans les urines constitue la cylindrurie. Le patient présente d'autre part une asthénie plus ou moins intense (fatigue), une coloration des téguments (peau) pâle, des oedèmes, une élévation de la tension artérielle. La fonction cardiaque est défaillante et le dosage de l'urée dans le sang est plus ou moins élevée.
La guérison, en quelques mois, est l'évolution habituelle de ce type de glomérulonéphrite.

La biopsie (prélèvement de tissu rénal) montre des lésions du glomérule à type de multiplication de cellules situées à l'intérieur des vaisseaux microscopiques. Quelquefois à l'extérieur de la membrane basale du glomérule, on constate la présence de dépôts riches en immunoglobulines (anticorps) et en compléments (système constitué d'enzymes fabriqués à partir des globulines qui interviennent les uns après les autres dans une réaction en chaîne participant au système immunitaire antigène-anticorps). La glomérulonéphrite aiguë avec prolifération de cellule endothéliale aboutit à la transformation du tissu rénal à type de dégénérescence hyaline (destruction du collagène donnant un aspect vitreux). Elle est rarement mortelle mais quand c'est le cas elle aboutit à une anurie (absence d'émission d'urine) de manière irréversible avec insuffisance rénale.

La glomérulonéphrite chronique. appelée en anglais chronic glomerulonephritis, elle regroupe un ensemble d'affections rénales faisant rarement suite à une glomérulonéphrite aiguë et dont l'évolution se fait fréquemment, lentement et irrégulièrement vers une insuffisance rénale mortelle. Cette variété de glomérulonéphrite semble être secondaire à un phénomène immunitaire. En effet, on constate un dépôt de complexes immuns circulants. La glomérulonéphrite chronique est le plus souvent primitive et a été classée par jean Hamburger en :
Glomérulonéphrite extra-membraneuse ou glomérulonéphrite membraneuse des anglo-saxons (en anglais membranous glomerulonephritis] caractérisée par un syndrome néphrotique. Le syndrome néphrotique est la fuite des protéines dans les urines (protéinurie) supérieure à 4 g par 24 heures. Parfois cette quantité de protéines peut atteindre, voire dépasser, 20 g par 24 heures. On constate également au cours de cette pathologie une baisse du taux de protéines dans le sang (inférieur à 60 g par L) essentiellement l'albumine : on parle d'hypoalbuminémie. Ce chiffre peut parfois descendre à 15 g par litre. Les patients présentent d'autre part une augmentation du cholestérol, une augmentation des triglycérides (corps gras constituant la majeure partie des lipides alimentaires, stockés dans la graisse) et des troubles de la coagulation du sang. L'examen du patient montre la présence d'oedèmes (liés la diminution de la quantité d'albumine dans le sang) aux membres inférieurs, sur l'abdomen, le visage, le dos la région lombaire et une prise de poids.

Néphrose lipoïdique s'accompagnant d'un syndrome néphrotique typique (voir ci-dessus), de lésions peu importantes des glomérules. Généralement l'évolution de cette affection est bonne à condition que le patient soit traité par corticothérapie (cortisone).

Néphrite proliférative chronique dont le type est la glomérulonéphrite membrano-proliférative (anglais membranoproliferative glomerulonephritis). Cette affection comporte la présence de protéines, de globules rouges dans les urines et d'œdèmes. L'évolution de la néphrite proliférative chronique se fait généralement vers une insuffisance rénale, une élévation de la tension artérielle et un épaississement de la paroi des minuscules vaisseaux du rein. Il existe deux formes pour cette affection : la forme lobulaire et une forme se caractérisant par l'existence de dépôts d'immunoglobulines.

Forme mésangiale (en anglais mesangioproliferative glomerulonephritis), s'accompagne de dépôts dans le tissu situé entre les vaisseaux (mésangium)d'anticorps : des immunoglobuline A, quelquefois G en plus petite quantité. Cette variété de glomérulonéphrite, bien étudiée par Jean Berger et P. Galle en 1962, est la plus fréquente des glomérulonéphrites chroniques touchant les sujets jeunes. Elle se caractérise par la présence de globules rouges dans le sang (petite quantité : hématuries microscopiques) qui récidive et qui reste bénigne au cours de l'évolution de l'affection. Néanmoins certains patients présentent une hypertension artérielle ou une insuffisance rénale que l'on appelle maladie de Berger.

La glomérulonéphrite extracapillaire de Volhard (en anglais extracapillary glomerulonephritis) appelée également glomérulonéphrite à croissants, glomérulonéphrite maligne, glomérulonéphrite aiguë anurique, glomérulonéphriic aiguë nécrosante. Il s'agit d'un type de glomérulonéphrite survenant rarement mais dont l'évolution est grave. Celle-ci s'accompagne d'une insuffisance rénale avec anurie. Le prélèvement d'un échantillon de tissu provenant du rein permet de déceler La multiplication (prolifération) en forme de croissant, de cellules dont l'origine est immunitaire. L'évolution de cette pathologie se fait vers une perte d'élasticité du tissu rénal. Les étiologies (origines) sont immunitaires (syndrome de Goodpasture) et on constate également la présence d'une inflammation des vaisseaux (angéite) avec des dépôts d'immunoglobulines (lupus, endocardite d'Osier).

La glomérulonéphrite focale (en anglais focal glomerulonephritis) appelée également glomérulonéphrite segmentair-e de Vernier correspond à une variété de glomérulonéphrite chronique où l'on retrouve des lésions localisées à certaines zones du glomérule. Autrement dit dans cette variété de glomérulonéphrite les lésions sont distribuées en foyer et ne touchent que certains glomérules. On décrit de nombreuses variétés (formes cliniques) avec seulement hématuries (présence de sang dans les urines) mais récidivantes. Cette affection rénale se rencontre au cours d'autres pathologies telles que les endocardites infectieuses subaiguës, le syndrome de Goodpasture, les collagénoses, le purpura rhumatoïde .

La glomérulonéphrite lobulaire ou nodulaire ou lobulo-nodulaire de Allen (en anglais lobular glomerulonephritis est une variété de glomérulonéphrite se caractérisant par une prolifération s'étalant sur une longue période, avec à l'examen, des glomérules rénaux augmentés de volume, déformés, apparaissant sous forme de petit lobes et s'accompagnant d'une multiplication des cellules à l'intérieur des vaisseaux. L'examen des prélèvements rénaux montrent également de petits grains de nature vitreuse (hyalinose). Progressivement ces structures s'agglutinent pour envahir l'ensemble du lobule.

La glomérulonéphrite maligne (en anglais malignant glomerulonephritis) appelée également glomérulonéphrite aiguë et glomérulonéphrite extracapillaire.

La glomérulopathie fibrillaire (en anglais fibrillary glomerulopathy) est une affection rénale touchant les glomérules et évoluant de façon chronique. Cette pathologie comporte dans les espaces situés entre les glomérules et la membrane basale du glomérule des dépôts d'une substance constituée d'une variété de protéines (collagène) ou quelquefois d'une autre protéine telles que l'amylose ou des complexes anticorps antigène liés à certaines pathologies telles qu'une gammapathie monoclonale un lupus érythémateux disséminé ou d'autres affections comportant des dépôts de chaînes légères. La maladie des chaînes légères d'Antonovych (en anglais light chain deposition disease) correspond à une variété très rare de dysglobulinémie monoclonale (rencontrés dans certains myélomes multiple ou analogue. Il s'agit d'une infection rencontrée parfois chez le sujet âgé ou chez certains malades présentant une atteinte du système lymphoïde (rate, thymus, ganglions, organes lymphoïdes), une maladie auto-immune (le malade fabrique des anticorps contre ses propres tissus) ou une cirrhose du foie.

La glomérulopathie immunotactoïde de Schwartz et Lewis (anglais immunotactoid glomerulopathy) correspond à une variété rare de glomérulopathie fibrillaire (voir ci-dessus). Cette affection s'observe à un âge moyen de la vie et se présente comme une néphropathie glomérulaire chronique évoluant vers l'insuffisance rénale.

La glomérulonéphrite à dépôts denses (voir glomérulonéphrite chronique).

La glomérulonéphrite aiguë anurique. voir glomérulonéphrite extracapillaire.

La glomérulonéphrite aiguë nécrosante. voir glomérulonéphrite extracapillaire.

Aucun commentaire pour "Néphropathie glomérulaire"

Commentez l'article "Néphropathie glomérulaire"