Mithridatisme Mithridatisation

Par allusion à Mithridate et plus précisément à sa légende, le mithridatisme est la tolérance à l'égard des poisons de diverses origines (minérales ou végétales). Il s'agit d'une sorte d'accoutumance d'origine immunitaire acquise suite à l'absorption répétitive de poisons dont les quantités sont tout d'abord minimes et facilement supportées, puis progressivement augmentées.

La mithridatisation est le procédé consistant à insensibiliser un individu à toute substance qui est introduite dans son organisme peut le tuer ou altérer ses fonctions vitales. Selon la légende Mithridate le grand (113-63 av. J.-C.) craignant un éventuel empoisonnement par ces ennemis, s'était soumis régulièrement à un régime important quotidiennement une quantité très petite mais progressivement croissante de substance préjudiciable à sa santé : un poison. Celui-ci devait assurer ainsi un état d'insensibilité.

Pour certains scientifiques la légende de Mithridate se rapproche de la technique de désensibilisation spécifique. La désensibilisation spécifique est une immunothérapie qui est utilisée dans certains traitements de type manifestation allergique immédiate.

La technique de la désensibilisation spécifique est la suivante : il est procédé à des injections du produit contenant des allergènes (substances susceptibles de déterminer une allergie) qui déclenchent la réaction en utilisant de faible dose à des concentrations au départ minimes afin d'éviter des réactions secondaires.
Progressivement des doses sont augmentées jusqu'à introduire dans l'organisme une dose maximale considérée comme dose d'entretien qui sera répété à intervalles réguliers pendant plusieurs années.
Une autre technique dite technique accélérée (qui ne doit se faire qu'à l'hôpital) appelée également rush permet théoriquement d'atteindre la dose d'entretien en quelques heures ou quelques jours. Alors que les techniques habituelles permettent d'obtenir la dose d'entretien en quelques semaines ou quelques mois. Le rythme (périodicité) des injections varie de 2 à 6 semaines.

L'ndication de la désensibilisation est décidée uniquement après avoir déterminé avec précision le composant allergique dans la pathologie en cause. Les allergènes habituellement utilisés sont les acariens, le pollen, les venins, les phanères des animaux. Ceux-ci sont purifiés et standardisés. Ce sont essentiellement les allergies respiratoires et oto-rhino-laryngologiques (asthme et rhinite) ainsi que les allergies aux venins d'hyménoptère qui peuvent être traités de la sorte. Les autres maladies allergiques semblent ne pas répondre positivement à cette technique.

La désensibilisation spécifique comporte quelquefois des dangers. C'est la raison pour laquelle le médecin qui effectue cette technique dispose de moyens (à portée de main) de réanimation comportant essentiellement la possibilité d'injecter de l'adrénaline et de donner de l'oxygène en cas de nécessité à son patient. Certains malades présentent des réactions secondaires après la désensibilisation spécifique nécessitant alors le recours à l'adrénaline et quelquefois même aux corticoïdes (cortisone) ou encore à d'autres médicaments comme les antihistaminiques.

La désensibilisation aux venins d'hyménoptère se rapproche de la mithridatisation. Celle-ci est particulièrement efficace (90 % des patients désensibiliser sont protégés). Révisé le 14/11/2002

Aucun commentaire pour "Mithridatisme Mithridatisation"

Commentez l'article "Mithridatisme Mithridatisation"